Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Henry Bean
Pays d'origine USA
Durée 1h35
Sortie en France 10/10/2001
Sortie Mondiale
2001

Avec
Ryan Gosling (Danny Balint)
Summer Phoenix (Carla Moebius)
Theresa Russel (Lina Moebius)
Billy Zane (Curtis Zampf)
AD Miles (Guy Danielsen)
Joshua Harto (Kyle)
Elizabeth Reaser (Miriam)
Dean Strober (Stuart)
Kris Eivers (Carleton)
Glenn Fitzgerald (Drake)

Scénario Mark Jacobson et Henry Bean
Musique Joel Diamond
Production Fuller Films et Seven Art Picture
Distribution D Vision





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Danny Balint
(The Believer)
 
Juif et nazi
 

26/08/2002
voir les images
Acheter le filmAchetez che Amazon.fr
Titre a priori étrange que The Believer pour ce film qui ne manquera pas d'être comparé à American History X (pour le thème, le jeu de l'acteur principal…).
L'élément hautement intéressant, s'il n'est pas fondamentalement différentiateur, c'est l'angle de vue abordé par le réalisateur. Ce film n'est pas tant une dénonciation de l'antisémitisme que l'expression de la difficulté à affronter son appartenance à la religion juive. Du moins c'est l'impression que The Believer m'a donnée. Mais il serait dur d'affirmer tant le film parle de doutes.

Les premières images sont typiques de ce que l'on attend d'un néo-nazi : des poids, des muscles, de la haine. Pas de doute la dessus. Pas de place pour les doutes. Pas de doute non plus lorsque Danny tabasse le stéréotype du jeune juif (profil bas, studieux, soumis).
Et puis les flashes, les souvenirs de sa remise en question de la Tora. La mémoire a la peau dure.
Notre nazi convaincu est juif. De fait il est différent des petites frappes qui composent son club fermé de néo-nazis écervelés. Pour lui, les juifs sont une maladie et administrer une nouvelle forme de solution finale serait le meilleur remède. Du moins il s'efforce d'y croire. Et cela a marché, durant un temps …

Le réalisateur a opté pour une mise en scène sobre et efficace pour appuyer un récit réaliste qui interroge chacun de nous. Actualité de la religion (des religions), fanatisme, extrémisme, The Believer parle de tout ça.
Et de désespoir aussi. Celui né de la quête impossible d'une place, d'une position par rapport à sa religion. Un extrême et son contraire, et aucune position n'apaise Danny. Il a refusé ce qu'il considère comme les incohérences de la foi juive, et il les a refusées parce que justement il croit.
Même la solution extrême ne l'a pas protégé contre sa foi. Il a mal, on a mal.

Le film marche, en grande partie grâce au jeu hallucinant du jeune Ryan Gosling, qui nous fait aimer ce nazi par désespoir, ce gosse qui refuse de se soumettre, ce rebelle respectueux à sa manière.
Je trouve ce film très bon parce qu'il aborde des thèmes passionnants, même pour ceux que la religion n'a pas toujours passionnés, et il aborde ces thèmes avec courage et sensibilité.
Peut-être aussi avec désespoir, ce désespoir qui fait que, entre le bœuf et l'agneau, Danny ne peut se résoudre à choisir et finit par être les 2.
Et nous laisse avec nos questions sans autre réponse que " nothingness ".


.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Juldraven a écrit le 18/05/2004 à 01h57.  Commentaire 6596, Visiteur 2593
dans le genre american history x mais moins passionnant et moins violent!!!

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites