Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Jean-Marc Barr et Pascal Arnol
Pays d'origine France
Durée 1h49
Sortie en France 00/02/2001
Sortie Mondiale
2000

Avec
Jean-Marc barr (Lyle)
Elodie Bouchez (Juliette)
Rosanna Arquette (Amy)
Ian Vogt (Vernon)
Ian Brennan (Bert)
Hutton Cobb (Wally)
Kim Burch (Pam)
Sue Barr (Tammy)

Scénario Jean Marc barr et Pascal Arnold
Musique Misko Plavi et Irina Decermic
Production Toloda
Distribution Rezo Films





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 3

Too much flesh
 
Dogme
 

26/08/2002
voir les images
Rankin, USA

Lyle vit dans un coin reculé des Etats-Unis, et du reste du monde. Dans une bourgade profondément religieux, intolérant et soucieux d'un traditionalisme stupide et dépassé.
Quand Vernon, son ami d'enfance, auteur à succès, revient dans sa ville natale flanqué d'une sensuelle française, les désirs refoulés de Lyle, la frustration d'un mariage non consommé explosent violemment.

Apologie du désir et du plaisir

Numéro 2 dans la free trilogy, Too much Flesh de Jean-Marc Barr et Pascal Arnold, avec qui l'acteur réalisateur signe aussi l'adaptation et les dialogues, s'annonce comme une apologie du plaisir autant que du désir.

A la base, la bêtise de villageois arriérés

On a convaincu Lyle que son sexe était difforme (trop de chair, Cf. le titre). Il vit (naïvement) ce handicap plus que comme une honte, comme une souffrance. Quand Amy, sa femme qui refuse d'être touchée, se sert du sexe de son époux comme prétexte, Lyle se promène nu dans les champs. Moment de liberté, d'oubli de soi, d'oubli d'un entourage hostile.

A Rankin, mieux vaut coller parfaitement à la norme. Le mode de vis est réglé par les conventions, la religion et l'œil du voisin sont là pour veiller au bon respect des traditions. Amy songe même à avoir un enfant (par insémination) car leur mariage, à la longue, pourrait paraître suspect…
Il faut dire que le fameux mariage, non consommé par ailleurs, a été arrangé afin de regrouper toutes les terres du villages au sein de la même famille. D'où l'hostilité aiguisée du village à l'égard de Lyle (sans compter l'autre raison, la protubérance du héros).

Et Juliette fit son apparition à Rankin

Femme libérée qui libère Lyle, de ses angoisses vis-à-vis de son membre, et de sa frustration en le rendant aux plaisirs du sexe.
Les relations entre Juliette, Lyle et Amy sont profondément humaines, les villageois, leur intolérance, leur hypocrisie sont insupportables autant qu'inaltérables.
Patricia Arquette est formidable en bête blessée par la vie, qui n'attend plus rien et qui a de la tendresse pour son mari, elle qui est plus humaine que tout le village réuni, puritain en diable.

Dogme

Comme Lovers, Too much Flesh suit les principes de Dogme 95, est filmé en numérique (transposé par la suite en 35 mm) avec une volonté de sobriété manifeste.
Et c'est une sobriété qui s'imbrique parfaitement dans la logique du film et le propos tenu. Il n'y a là-dedans aucune vulgarité pourtant, aucun voyeurisme.
C'est une chronique vibrante.
Une chronique sur la liberté sexuelle, sur la liberté de vivre.

C'est beau et touchant. A voir.


.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites