Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Terry Gilliam
Pays d'origine USA
Durée 2h09
Sortie Mondiale
1995

Avec
Bruce Willis (James Cole)
Madeleine Stowe (Dr. Kathryn Railly)
Brad Pitt (Jeffrey Goines)
Christopher Plummer (Dr. Leland Goines)
Jon Seda (Jose)
Joseph Melito (James Cole, enfant)

Scénario Chris Marker (d'après le film la jetée),

Sur le Web
À voir :
Très bon texte ici





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

L'armée des douze singes
(Twelve Monkeys)
 
Lutte contre l'avenir ou contre le présent, peut-on sortir de la prison du temps ?
 

10/01/2003
voir les images
2035 : l'humanité est enterrée. James Cole, prisonnier pour divers méfaits, se retrouve extrait de sa cage, désigné volontaire pour participer à une expérience scientifique. Le voilà embarqué de force dans le programme de recherche visant à réintroduire l'espèce humaine à la surface de la terre. Sa première mission est d'aller récolter des échantillons pour analyser et anéantir la cause de cet enfermement : un virus qui a annihilé 99% des êtres humains en 1996.
À sa bonne résistance psychologique et à sa mémoire il doit son affectation à une nouvelle mission volontaire-obligatoire : enquêter sur les événement de 1996, sur place et en 1996.

La raison et la folie

Comme l'a très bien analysé Foucault, les scientifiques - et les psychiatres en particuliers - ont pris la fonction sociale de tracer la ligne de la normalité et de la déviance dans un grand nombre de cas. Celui qui est fou est celui qui est désigné comme tel par les psychiatres : la relation de pouvoir institutionnalisée, légitimée par le corps scientifique, et concrétisée par des systèmes individuels et collectifs de contrôle des corps, ainsi que son extrême relativité sont très justement illustrés par le film. James Cole est placé en détention psychiatrique et sous psychotropes alors qu'il ne fait que dire la vérité : qu'une catastrophe majeure menace l'existence de l'humanité.

La relation particulière entre le docteur Katryn Railly et son patient, James est tout à fait éloquente à ce sujet : pendant la première partie du film, elle ne le croit pas mais le suit par la contrainte, tentant de le convaincre qu'il est fou et qu'il devrait se rendre. Pendant la seconde partie du film, c'est le contraire : James se croit fou et le docteur Katryn Railly tente de le convaincre du contraire. La confusion est tellement bien entretenue que le spectateur lui-même en vient à se demander où est la vérité.

Le jeu d'acteur de Bruce Willis ainsi que la mise en scène de Terry Gilliam rendent très bien la difficulté à vivre dans deux univers « normaux », « réels », et « présents », au même moment. Quelle est la légitimité d'un monde ou d'une époque par rapport à une autre ? Surtout quand celle de laquelle on ne vient pas est propre, lumineuse, respirable et comporte l'être que l'on aime.

Prisonniers du temps

La question du temps est le thème central et dispose le spectateur à un questionnement philosophique tout le long du film. C'est un enjeu majeur pour le peuple du futur, car sa manipulation est le seul moyen de revenir à un état initial de la planète. La question de connaître le devenir de l'avenir si l'on en modifie les sources historiques est une réflexion récursive sous-jacente dont la réponse n'est pas donnée : la course contre la montre contre l'attentat biologique laisse trop peu de temps d'action pour l'intervention et l'avenir semble inéluctable.

En même temps la fin est relativement ouverte et permet d'imaginer d?autres retournements temporels, et la présence d'un des scientifiques (de l'avenir) dans l'avion permet d'imaginer un retournement.

En conclusion, je dirai que l'armée des douze singes est un film très réussi, captivant, dont le fond est robuste et la forme digne d'un maître. À signaler : une merveilleuse citation de Vertigo, et la musique très à la mode aujourd'hui (Bowling for colombine, Keynote d'Apple Expo) « What a wonderfull world », chantée par Louis Amstrong, ainsi que la magnifique performance d'acteur de Brad Pit.

.::Martin
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Jean a écrit le 11/01/2003 à 00h09.  Commentaire 101, Visiteur 29
Hein, hein, je vais finir par me laisser convaincre de voir ce film ;-)

Fabien a écrit le 11/01/2003 à 04h46.  Commentaire 102, Visiteur 6
Vois plutôt l'original que le remake, càd "la jetée".

Ju a écrit le 05/02/2003 à 15h42.  Commentaire 479, Visiteur 301
mon film préféré, à voir absolument !!!!!!!!!!!!!!!!

PixelShader Man a écrit le 03/04/2003 à 21h22.  Commentaire 830, Visiteur 488
C'est pour moi un film culte, acteurs nickel, scénario qui arrache , ambiance mortelle !

Lucien le ouf 4l a écrit le 11/12/2003 à 11h25.  Commentaire 3784, Visiteur 1698
je suis trop un chaud des 4l j' adore ça et je me branle sur le film.

Bebeth tete de bite a écrit le 11/12/2003 à 11h31.  Commentaire 3785, Visiteur 1699
je suis le pote de chichon la tarpette dans sa 306 on a bander devant le film.

Dana a écrit le 08/04/2005 à 15h45.  Commentaire 11971, Visiteur 3818
mon film préféré ! cultissime, à voir absolument et à avoir surtout quand on voit le petit prix du DVD
Madeleine Stowe est éblouissante d'émotions dans ce film
Bruce Willis dans un de ses meilleurs rôles
Brad Pitt renversant

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites