Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Jacques Nolot
Pays d'origine France
Durée 1h30
Sortie en France 2002
Sortie Mondiale
20/11/2002

Avec
Jacques Nolot (Le cinquantenaire)
Vittoria Scognamiglio (La caissière)
Sébastien Viala (Le projectioniste)

Scénario Jacques Nolot





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

La chatte à deux têtes
 
Inattendue et originale, une observation surprenante mais réaliste
 

10/02/2003
voir les images
Triangulaire

Dans une salle de cinéma porno hétéro, le spectateur est invité à suivre la journée de la caissière, ainsi que les allées et venues des clients. Arrêtons nous un peu sur la caissière puisqu'elle est le prétexte scénaristique du film ! En fait le film raconte l'histoire d'une relation triangulaire entre elle, quinquagénaire, immigrée italienne, un client, la cinquantaine grisonnante également, et le jeune projectionniste provincial. La caissière cherche à se rapprocher du client, qui voudrait bien coucher avec le projectionniste, qui est amoureux de la caissière. Tout le long du film cette relation est développée; la solution est toute trouvée : le couple à trois (un trouple ?).


Observation, participante ?

L'autre versant du film, le plus intéressant, est le travail d'observation qui est opéré dans la salle elle-même. L'observation est-elle participante ? Chacun est libre de ses fantasmes. Toujours est-il que la caméra est comme le sociologue : toujours à l'affût des détails, des anecdotes révélatrices et des petites habitudes de chacun. Par exemple, tous les habitués (ils le sont tous ou presque) ont prévu un briquet pour éclairer et inspecter la propreté de leur fauteuil avant de s'y asseoir. En effet, tout le monde arrive en cours de film : le caractère particulier des œuvres diffusées fait qu'il n'y a pas de séances et que les films s'enchaînent sans pause.
Le placement des spectateurs est aussi significatif : on voit très clairement les gens se distancier les uns des autres prendre de la distance pour ne pas se gêner et en fait, ne surtout pas se voir. En tout cas ceci concerne les clients qui se disent et se pensent « normaux », ce qui crée d'emblée une deuxième catégorie de clients : les travestis.


Le ballet des travestis

De la caisse, donnant sur la rue, on voit les travestis peuplant le cinéma aller et venir, exposer leurs états d'âmes et se vanter du nombre de fellations pratiquées dans l'après-midi — activité d'ailleurs pratiquée à un rythme quasiment industriel et dont j'ai du mal à comprendre la motivation ( A-t-on envie de sexe au point de sucer des verges par dizaines pendant seulement quelques heures ? par concours ? « et toi combien en as-tu sucé aujourd'hui ? - Dix, mais des grosses » sic ).
Dans la salle, on les voit s'afficher dans les allées, se montrer en passant devant le premier rang, ou bien même accoster directement dans les rang les spectateurs. Cela donne lieu à des situations cocasses comme ce travesti chantant avec son éventail telle la Castafiore pour attirer les regards.


Hétérosexualité ?

Le cinéma observé est un cinéma hétérosexuel. Et, il est intéressant de voir à quel point, si le cinéma est hétéro à l'écran, il est gay dans la salle. En effet, les clients non travestis sont soit hétéro, soit homo - jusque là tout est normal, sauf que nous sommes dans un cinéma hétéro. Ensuite, la sexualité ne se limite pas ici à un rapport à l'écran, ou à ses mains : de nombreux rapports sont filmés, et vu qu'il n'y a pas de femme dans le cinéma?
Jacques Nolot, le réalisateur, met l'accent sur les rapports entre les prétendus hétérosexuels et les travestis. Ceux-ci sont centraux dans le film et les nombreuses séquences de fellation montrent l'hypocrisie de ces hommes venant dans ce cinéma se rassurer dans leur hétérosexualité tout en se faisant sucer par des hommes. Leur attitude est d'ailleurs particulièrement révélatrice. Ils sont le plus souvent dans leur fauteuil assis à regarder le film quand un travesti vient se mettre à leur côté. Si c'est le bon moment ils mettent leur bras sur le siège voisin, dans le dos du travesti, laissant à ce dernier le champ libre pour opérer ; sans y porter attention ni le moindre regard. Ils continuent, en bon straight, à regarder le film pour se convaincre que c'est bien le film - et non le travail de leur voisin qui les excite et les fait jouir.

En dehors de ces deux aspects : l'histoire - prétexte d'une part, et cette observation d'autre part, les trois personnages sont décrits de manière très détaillées à travers leurs récits, leur poésie, et s'il serait impossible de tout résumer, cet aspect n'est pas à négliger. Que dire de plus à part peut-être se réjouir que ce film n'ait pas été classé X, car, en effet, les scènes de sexe sont explicites, et rappeler qu'agit réellement d'un film d'art et non d'un film pornographique ? (désolé Dan !) Si, résumer par un avis positif et un regret : que ce film soit si peu diffusé.


.::Martin
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

CM (le Critik Maské) a écrit le 17/02/2003 à 01h30.  Commentaire 533, Visiteur 296
J'ai rien compris...

Moipitchoune a écrit le 05/03/2003 à 02h24.  Commentaire 636, Visiteur 364
en gros un film de c.. ou des heteros se font sucer par des guay pendant qu'on projette un film porno sur une caissiere! ca promet com film!
d'la balle koi?!

Martin a écrit le 05/03/2003 à 08h40.  Commentaire 637, Visiteur 14
Mais heuuu

C'est plus compliqué que ça quand même... ou plutôt c'est plus intéressant que ça ! :/
Il y a une vrai observation, avec une vraie neutralité axiologique, mais si mais si !
Il y a aussi une grande sensibilité dans ce film.

Moipitchoune a écrit le 06/03/2003 à 15h30.  Commentaire 645, Visiteur 364
ou alors t'as tendance a pencher dans le voyeurisme! lol

Martin a écrit le 06/03/2003 à 17h00.  Commentaire 647, Visiteur 14
Ben c'est ça un sociologue !

Cahill a écrit le 16/03/2003 à 09h00.  Commentaire 693, Visiteur 409
un trouple lol...

Boubou a écrit le 15/04/2003 à 21h47.  Commentaire 891, Visiteur 530
C'est un film de boules ou pas ?

Martin a écrit le 16/04/2003 à 00h02.  Commentaire 892, Visiteur 14
Mais non ce n'est pas un film de boule !

Difficle d'être compris sur cette planète !
"maïy, c'est de l'arrt"
;)

Shagya a écrit le 28/09/2003 à 11h56.  Commentaire 2881, Visiteur 1286
Je n'ai pas vu ce film, mais je suis sensible à un point: la réflexion entamée au sujet de la bisexualité, ou plutôt le témoignage de la vision de l'auteur du film à ce sujet. Dans ce film, les relation sont soit homosexuelles, soit hétérosexuelles, il n'y a pas réellement de place accordée à la bisexualité, ou plutôt en tant que passage intermédiaire entre les deux monosexualités. Le trouple se forme car il n'y a pas d'autre choix, les "hétéros" qui se font sucer par des travestis (des hommes habillés en femmes, mais qui se considèrent comme des hommes, sinon il s'agirait de transexuels, qu'ils soient opérés ou pas) veulent se convaincre de la pureté de leur hétérosexualité à travers le film porno hétéro et le fait que l'homme qui les suce porte des vêtements de femme (tu l'as très bien analysé). Il n'y a pas réellement de place à la bisexualité dans ce film, ni à une quelconque analyse queer, c'est-à-dire de destruction des genres masculins et féminins socialement établis. Je trouve que ça manque.

Martin a écrit le 28/09/2003 à 12h34.  Commentaire 2882, Visiteur 14
C'est vrai que l'aspect de la bi sexualité n'est pas vraiment abordé, mais c'est pour mieux se concentrer sur un aspect encore plus rarement traité au cinéma : l'hypocrisie et le refoulement.

Note à tous : quelques petites corrections ont été portées à l'article : des tirets longs - marquant une précision une coupure momentanée dans la phrase entre, par exemple, le sujet et son verbe - ont été remplacés par des tirets courts car la version longue était interprétée par le serveur comme un point d'interrogation, ce qui ne facilite pas la compréhension de certaines phrases longues !

Shagya a écrit le 28/09/2003 à 14h41.  Commentaire 2883, Visiteur 1286
Oui, bien entendu, il y a également un choix de la part de l'auteur...Mais ce que je voulais dire, c'est que ce choix n'est pas mené à son terme. Mais BREF...

Moi a écrit le 21/09/2004 à 00h57.  Commentaire 8322, Visiteur 3041
je nai pas encore vu ce film mais je vais aller me le louer car je sens suil est attirant ss doute car c'est ce qui arrive tous les jours sur lavie sexuelle en tt cas. bref c'est un point de vue que jaimerais gradement voir par la suite avec ce film pour voir si ce que je pense est exact

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites