Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Dominic Sena
Pays d'origine Etats-Unis
Durée 1h39
Sortie en France 12/09/2001

Avec
Gabriel Shear (John Travolta)
Ginger Knowles (Halle Berry)
Stanley Jobson (Hugh Jackman)
L’agent J T Roberts (Don Cheadle)
Marco (Vinnie Jones)
Le sénateur Jim Reisman (Sam Shepard)

Scénario Skip Woods
Musique Christopher Young
Production NPV Entertainment / Silver Pictures / Village Roadshow Pictures / Warner Bros
Distribution Warner Bros





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 1

Opération Espadon
(Swordfish)
 
A éviter
 

10/09/2002
voir les images
Début du film : Travolta se lance dans un monologue sur le cinéma hollywodien, qui pourrait inaugurer un film plutôt couillu.
Le personnage joué par le héros de Pulp Fiction et Grease a revu ses classiques et épingle avec une prétentieuse déférence le prétendu manque de réalisme de Dog Day Afternoon.
Si le verbiage est très instructif sur le film qui nous attend, ce n’est pas parce qu’il est bon mais plutôt horriblement mauvais : du bluff pompeux sans rien derrière.

Et effectivement, vu l’intrigue, cela ne présage rien de bon : Stanley, hacker de génie déchu interdit de clavier, moisit entre son boulot dans une station service et sa caravane infâme. Divorcé et père d’une gamine d’une dizaine d’années, il n’a guère de chance de récupérer sa fille car les avocats compétents sont hors de portée financière.
A moins que… l’ange Gabriel ne se pointe ?


Mais puisque de miracle ce film ne fait pas, parlons plutôt du réalisme du film. Les scènes les plus ridicules sont celles dans lesquelles Sena essaie de positionner les personnages, caricaturaux au delà du possible.
Stan d’abord, le gentil héros aux beaux pectoraux, génie de l’informatique très, très con mais tellement bien intentionné que ses erreurs en sont largement rachetées. L’ex du gentil en question, une mère indigne doublée d’une belle garce qui fait des apparitions dans les films pornos que produit son nouveau mari. (le genre de personnage à la mort duquel notre bonne conscience devrait se sentir presque soulagée).

Passons donc au grand méchant héros charismatique, présenté en voix off sur fond de techno surréaliste comme « existant dans un monde au delà du nôtre », écartant d’un geste de main toute contrainte (et toute réalité). Sans oublier sa petite amie, alliée de Stanley ou vile manipulatrice (très très difficile de trancher, non ?????) ?
Cela dit, les scènes d’action sont plutôt bien menées et parfois impressionnantes.

On se demande ce que fait l’excellent Don Cheadle dans ce film, l’acteur faisant généralement preuve de discernement dans ses choix de rôles, contrairement à Hugh Jackman… (Disons que Swordfish est à Cheadle ce que X-Men est à Jackman : une faute de parcours)

Si le début d’Opération Espadon revendique clairement une audace absente dans la plupart des films hollywoodiens, autant vous dire que c’est justement de ça que le film manque. Il est racoleur, oui. Il est visuellement attractif, certes. Il tire sur des ficelles maintes fois utilisées (sexe, violence et rock’n roll, quelle originalité) ; ok.
C’est du divertissement pur, qui vise simplement à nous détendre, peut-être. Mais doit-on pour autant accepter la puanteur de ce film destiné à un public prétendument incapable de réagir à la morale douteuse qu’il expose ?

Tout dans ce film est convenu, tout dans le scénario vise tellement à ne pas nous déranger dans notre conscience, si tant est que le scénariste s’est refusé à faire passer Gabriel pour ce qu’il est : non pas un surhomme mais une ordure mégalomane à l’idéologie fumeuse. Logique, l’ordure lutte à armes supérieures contre tout terrorisme à l’encontre des USA, alors aussi fou soit-il…


Conclusion : malgré une scène d’ouverture brillante, Opération Espadon n’est qu’un film fonctionnel à la moralité à 2 balles, faux pied de nez au légendaire puritanisme américain. A ignorer.




.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Frodon a écrit le 09/03/2003 à 19h16.  Commentaire 661, Visiteur 387
j ai juste lu en travers l'article et je trouve cela nul comme critique je pense ke tu n'as pas pris le sujet au bon degre pour le comprendre car ce film et un film d'actualite ki raconte biensur avec un bonne part d'effets ki en font trop mais la realite n est pas loin derriere je pense ke ce film a deux fonctions
un film d'action simple a comprendre si on ne reflechi pas trop (un defouloire pour nos yeux)
mais si l'on creuse un peu le scenario on decouvre des choses et cela est assez instructif mais bon cela n'engage que moi mais je trouve ta conclusion simpliste est expeditive est sans aucune ouverture voila je pense ke c est tout ce ke j ai a dire
bon bye et a plus

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites