Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Francis Ford Coppola
Pays d'origine USA
Durée 2h33
Sortie en France 11/05/2001

Avec
Marlon Brando (Colonel Walter E. Kurtz)
Robert Duvall (Lt. col. William Kilogore)
Martin Sheen (Capt Benjamin L. Willard)
Dennis Hopper (Reporter photo)
Laurence Fishburne (Lance B. Johnson)
Harrison Ford (Col. G. Lucas)

Scénario John Milius, Francis Ford Coppola
Musique Carmine Coppola, Francis Ford Coppola
Production Francis Ford Coppola / Pricel et Studio Canal +
Distribution Pathé distribution





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Apocalypse now redux
(Apocalypse now redux)
 
Come again
 

18/08/2002
voir les images
Acheter le filmAchetez che Amazon.fr
Come again

A voir absolument
53 minutes de plus. 3h17 de film. Une sortie à Cannes en compétition officielle. Francis Ford Coppola met le paquet pour la renaissance de la Palme d'Or 1979. Avec Apocalypse Now Redux, il s'est sans doute fait plaisir, mais nous a-t-il fait plaisir ?

Apocalypse : now ang again

Dans la nouvelle version, The end des Doors entame le film, et accompagne son achèvement.
La voix-off de Martin Sheen commence à nous raconter l'histoire du Colonel Kurtz, et telle la préface d'un livre, nous embarque dans son état d'esprit à lui, nous enchaîne à sa destinée et tient la barre qui nous mènera à Kurtz, enfin.
Avant d'accoster, près de 3h de film. Etrange, nouveau, déroutant. Inégal aussi.

La première heure est décidément la meilleure, la plus hallucinante (le reste est peut-être plus hallucinogène en revanche).
Martin Sheen est remarquable, c'est certain, mais en présence de Robert Duvall, il se fait plus discret. Duvall joue le rôle d'un gradé dingue de surf, prêt à aller narguer les viet-congs sur leur territoire pour quelques bonnes vagues. Il faut dire que quand il s'aperçoit que parmi les membres de l'équipage qui escortent le capitaine Willard (Sheen) il ne sait où (mission classée top secret), il y a un champion de surf, son égo demande à se mesurer à la star. Cela donne lieu à des scènes incroyables (les soldats surfant au milieu des bombardements, le comportement aveugle et inconscient du Colonel, le vol de la planche de surf...).
D'où une croisade démente, en hélicoptère et en musique (Wagner effraierait les "niacs" qui offre à Willard son ticket pour la suite des aventures que lui promet sa mission. Cette mission, c'est liquider un général, ancien des forces spéciales, qui est tombé dans la folie et a bati un empire à la frontière cambodgienne, sur lequel il règne en Dieu absolu et meurtrier.
Willard est flanqué de quelques bleus sous l'autorité du "Chief" qui tient la barre de leur bateau.
Il y a Clean (Laurence Fishburne, qui avait à peine 14 ans et avait menti sur son âge pour pouvoir participer au film), Lance le surfeur (Sam Bottoms), et Chef le saucier (Frederic Forrest).Des gamins ou presque, qui vont basculer dans la folie. Un bon prétexte pour nous montrer les horreurs du Vietnam, une version longue pour y intégrer une plus grande dimension historique.

Valeur ajoutée

Les scènes avec les playmates (révélatrices de l'état d'esprit des soldats), l'épisode de la plantation française (qui ne manque pas d'intérêt mais m'a paru un peu indigeste) donnent également au film une identité différente de celle que l'on trouvait à Apocalypse now.
On s'éloigne encore du film de guerre. Le film fonctionne par décalages, c'est ahurissant : un colonel qui risque une dizaine d'hélicos simplement dans l'idée de surfer, une plantation française qui vit dans un semblant de luxe alors que dehors c'est la folie, la guerre, la misère, le chaos, un magnétophone qui lit une cassette destinée à un gars qui au moment même où elle passe ("on espère que tu reviendras bientôt, et surtout en un seul morceau") lui-même trépasse, c'est presque inconcevable. Tout tend au non-sens.

Et c'est sûrement le sens du film. Puisque cette foutue guerre c'est une saloperie, de l'hypocrisie concentrée, de l'horreur gratuite (enfin par pour tous puisque certains y ont trouvé leur compte). Quelque 22 ans plus tard le film a toujours autant d'effets, plus encore peut-être. Cette nouvelle version est bien longue, mais si on y réfléchit 2 minutes (ou un peu plus), le film n'en est que meilleur.


.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Carola a écrit le 26/05/2004 à 18h32.  Commentaire 6739, Visiteur 2619
Entrez votre commentaires ici !

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites