Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Terry Gilliam
Pays d'origine Amérique
Durée 120m

Avec
Johnny DEPP (Raoul Duke (Hunter S thompson))
Benicio DEL TORO (Dr Gonzo (Oscar Zeta Acosta))
Christina RICCI (Lucy)
Tobey MAGUIRE (Auto-stoppeur)
Cameron DIAZ (La blonde ds l'ascenceur)
Gary BUSEY (Agent de sécurité routiere)
Ellen BARKIN (La serveuse du North Star Café)
Mark Harrmon (Reporter)

Scénario Terry Gilliam, Tony Grioni, Tod Davies et Alex Cox.
Musique Ray Cooper
Production Laila Nabulsi, Patrick Cassavetti et Stephen Nemeth

Le DVD
Zone2
Piste Son
2.0
Sous-titres
français

Sur le Web
Site officiel
Las Vegas Parano (français)





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 5

Las Vegas Parano
(Fear and Loathing in Las Vegas)
 
Psychédélique... mais ce n'est pas juste un "délire"
 

27/04/2003
voir les images
Acheter le filmAchetez che Amazon.fr
Acheter la musique du filmAchetez che Amazon.fr
Tout d'abord, quelques mots sur le livre:
Ecrit par Hunter S. Thompson, il parut tout d'abord par épisodes dans le magazine Rolling Stone, en novembre 1971. Ce roman fut le point de départ du "Gonzo journalisme"...
Le film:
Le fait qu’il ait fallu plus de vingt-cinq ans pour porter ce livre à l’écran prouve sa singularité. Sans doute fallait-il attendre le bon metteur en scène. Qui d’autre que Terry Gilliam ? Cela faisait dix ans environ que ce dernier cherchait à adapter Las Vegas parano, Pourtant la première mouture du scénario fut écrite en dix jours, et le tournage ne dura que cinquante jours!
Les précédents films de Terry Gilliam - Brazil, Les Aventures du Baron de Munchausen, Fisher King, L’Armée des douze singes, sans compter l’essentiel de son travail au sein des Monty Python - témoignent de la même croyance : seule la folie peut permettre à des êtres humains conscients et sensibles de supporter l’absurdité du monde ...

Evocation caustique et réaliste de l'année 1971 aux Etats-Unis, pendant laquelle les espoirs des annees soixante et le fameux rêve américain furent balayés pour laisser la place à un cynisme plus "politiquement correct".
Le film: Raoul Duke (Johny DEEP), journaliste de l’extrême (avec son short, sa chemise ouverte et son bob) et son avocat, le Dr. Gonzo,( décrit par Duke : "Un mutant à l'energie dense, un des prototypes personnels de dieu, trop bizarre pour vivre et trop rare pour mourir" ) partent sous pretexte d'un reportage pour une course de moto, dans une décapotable écarlate,(une «Red shark») avec un crédit à la consommation illimité et le coffre bourré de précieux trésors; incluant une valise remplie de drogues en tout genre dont Raoul nous donne le détail: "On avait deux sacs bourrés d'herbe; soixante-quinze plaquettes de mescaline; cinq feuilles complètes d'acides en buvards; une salière à moitié pleine de cocaïne; une galaxie multicolore de remontants; sédatifs, larmoyants, hilarants, criants; en plus une bouteille de Tequila; une bouteille de Rhum; une caisse de bières; une demi-litre d'éther pur et deux douzaines de poppers." pour trouver, une fois pour toutes, le Rêve Américain, au dernier endroit où l’on puisse encore le trouver.

Ce film est introduit par une citation : "Celui qui se fait bête se débarrasse de la douleur d'être homme." La suite du film se résume à une "description" des plus réelles sur l'effet de toutes ces drogues qu'ils embarquent avec eux. Narrée par Raoul Duke, l'histoire intrigue de part son étrange réalisme. Le monde dans lequel se plonge l'homme drogué face à la société est ici superbement (si j'ose dire) retranscrite. Leurs descente dans le fin fond de la paranoïa donnent lieu à de purs instants de frénésie, et tout s'emballe alors dans l'excès total. Le tout décrits avec une déconcertante clareté qui est pourtant la principale carence lors de leurs délires hallucinatoires. flash-backs, montées , aggression morale, euphories...redescentes difficiles. Terry Gilliam, sans doute de part sa propre expérience, (volontairement éxagérée) a réalisé ici un film aussi bon que Brazil, (à mon avis biensûr) mais dans un tout autre registre celui d'une commédie un brin dramatique! En plus du scénario exellent et délirant, Terry Gillian nous a offert un magnifique casting : Johnny Deep, (qui est mon acteur préféré) dans un role qu'il joue à merveille, bien loin de ses habituelles "poses de lover" et le grand Benicio Del Toro, qui a pris plusieurs kilos pour ce film, loin lui aussi de ses roles habituels! Les apparitions brèves de stars d'hollywood sont impressionantes, grace à leurs ridicule, dans ce film: Jake Busey, Christina Ricci (complétement paumée et fan de Barbara Streisant!), Harry Dean Stanton, Cameron Diaz, Lyle Lovett, Ellen Barkin et Katherine Helmond.A noter aussi que l'on apercoit dans le film le vrai "Raoul Duke" (oui il existe!) dans un bar entouré de femmes, johnny Deep dans son délire le regarde et dis "oh mais c'est moi!"
une oeuvre visionnaire à l'humour furieux et intense, décapant! Las Vegas Parano reste l'un des films les plus droles à mes yeux, Terry Gilliam oblige. reste à vous avouer que je n'ai pas lu le livre de Thompson mais ça, ça ne saurait tarder...


.::Lésia
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Virae a écrit le 27/04/2003 à 18h01.  Commentaire 967, Visiteur 497
C'est peut etre un peu facile de representer les drogués par exactement tout l'inverse d'une persone saine.
On pousse tout a l'extreme et hop, ca y est on a notre drogué...
M'enfin, c'est bien marrant quand même. Tout dépend du degrès auquel on le prend.

Gritche a écrit le 28/04/2003 à 10h42.  Commentaire 979, Visiteur 26
très subtil, ton commentaire, Virae :-/
c'est comme jouer un alcoolique, suffit d'avoir l'air torché et de dire pleins de conneries, c'est ça ?
j'ai le drogué n'est pas naturel pour tout le monde

les drogues ont des effets étranges et variés et nos deux gugusses font là une bien belle performance.
ce livre longtemps jugé innadaptable a enfin un film à sa mesure
merci qui, merci terry

lien copain : http://fontfuck.free.fr/lasvegas

Gritche a écrit le 28/04/2003 à 10h43.  Commentaire 980, Visiteur 586
je vouulais dire
jouer le drogué n'est pas naturel pour tout le monde

Virae a écrit le 30/04/2003 à 13h18.  Commentaire 1001, Visiteur 497
Si il sagit de "jouer" alors lacteur devrait faire ca naturellement.

Virae a écrit le 30/04/2003 à 13h21.  Commentaire 1002, Visiteur 497
En plus Lésia l'a précisé. "volontairement exagérée".
Jessayait juste d'expliquer que c'etait ca mon problème avec se film, l'exagération. Fallait pas y chercher de subtilité.

Lesia a écrit le 30/04/2003 à 22h26.  Commentaire 1006, Visiteur 368
oui c'est volontairement exagéré dans le sens ou cela reste un film humoristique d'un réalisateur ex monty python! ;)
Comme l'as dit Gritche ce film est tiré d'un livre dont le narrateur a réellement vécut l'histoire...
Mais je comprend ce que tu veut dire Virae ("C'est peut etre un peu facile de representer les drogués par exactement tout l'inverse d'une persone saine") mais je ne pense pas que Las Vegas Parano fasse partit de ce genre de "préjugés" Car on y dénotte souvent une grande part de mal-être, d'incomprehension... et une étrange impression de gachis dans de nombreuses scénes (Dans le bar avec la serveuse, dans la baignore ...)
Ps. J'ai rajouté quelques détails qui n'avaient pas été notés auparavant dans cet article à cause de mes petites imperfections informatiques...Jettez-y donc un coup d'oeil.

Virae a écrit le 01/05/2003 à 01h42.  Commentaire 1008, Visiteur 497
En tout cas sache, Lésia, que ma réaction n'etait en aucun cas ciblée sur toi mais bien sur Las vegas parano. C'est pas la chronique qui m'a révulsée bien au contraire mais bien le film!
kiss

Gritche a écrit le 02/05/2003 à 12h10.  Commentaire 1017, Visiteur 26
c'est normal
dans las vegas parano, il y a le mot "parano"
cette sensation est parfaitement retranscrite dans le livre et dans le film. on se sent piégé, prisonnier, observé, jugé, catégorisé
hunter thompson est un grand paranoiaque, son pote l'avocat aussi
c'est ce qui met mal à l'aise certaines personnes quand elles regardent ce film

d'Hunter S. Thompson, j'ai bien aimé le livre "Le Nouveau Testament Gonzo". on y trouve tous ses articles pour rolling stone magazine, c'est génial. le passage sur les élections de nixon est un peu long, mais le reste est génial. on y apprend notament la vérité sur le personnage de l'avocat de las vegas parano

Dario Gonzo a écrit le 21/01/2004 à 17h16.  Commentaire 4275, Visiteur 1909
Las Vegas Parano, est mon film préféré depuis 4 ans.
La 1ère fois que je l'ai vu, je l'avais loué, je n'ai pas saisi le sens du film, puis la 2ème fois, ça m'a fait réaliser le message réel et ça m'a tout de suite plu !!!!
J'ai du le regarder une vingtaine de fois en V.F et peut-être 2 fois en V.O.
L'ambiance de ce film et le caractère des personnages sont vraiment uniques.
Benicio Del Toro étant mon Acteur préféré, c'est ce qui m'a incité à voir Las Vegas Parano; Et il excelle dans ce rôle d'avocat véreux en puissance.
Ce film reste de loin le film le plus psychédélique, et réaliste sous toute l'ironie du sort !

Scampysickert a écrit le 30/01/2005 à 14h47.  Commentaire 10405, Visiteur 3577
ce film est une vraie merveilles !! c lui ki ma donné envie de faire connaissance avec les drogues psychadéliques !! De vrais merveilles !! Je n'ai pa lu le livre mé ça me tente bien et g spère ke les trips des 2 garçons qui sont représentés avec un réalisme éffarant !!

Jbay a écrit le 12/04/2005 à 00h17.  Commentaire 12076, Visiteur 3833
mais bordel fouttez moi vos putains de chaussures de golf et la j verrais d koi vous etes capable !!!!!!
g lu le livre et vu le film c du pareil au meme sa dechire c tout !!!!!!!!

Lesia a écrit le 26/09/2005 à 20h37.  Commentaire 15219, Visiteur 4337
Mais dis moi on te paye combien pour baiser avec l ours polaire !!!!!!!!!! saletée de mescaline il pourrait pas la faire un peu moins pure!!!!!!

Duke a écrit le 16/01/2006 à 15h52.  Commentaire 16541, Visiteur 4691
" sainte mère de dieu, c'est moi, nom de dieu!" Ce filmlest une originalité incroyable. Un de mes préfèrés. Scénario et comédiens au summum de l'hallucination. il représente le climat de la fin des 60s. Un film culte qui demande une grande ouverture d'esprit pour pouvoir l'apprécier a sa juste valeur!

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites