Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de David Fincher
Pays d'origine USA
Sortie en France 1992

Avec
Sigourney Weaver (Ellen Ripley)
Lance Henriksen (Bishop II)
Charles Dance (Clemens)
Charles S. Dutton (Dillon)
Pete Postlethwaite (David)
Brian Glover (Andrews)

Scénario David Giler - Larry Ferguson - Dan O'Bannon - Ronald Shusett
Musique Eric Goldenthal
Production Brandywine Productions Ltd





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Alien 3
 
Univers carceral
 

20/06/2002
voir les images
Acheter le filmAchetez che Amazon.fr
Acheter la musique du filmAchetez che Amazon.fr
Après Ridley Scott et James Cameron, c'est à David Fincher qu'il revient de réaliser le troisième volet de la saga de science fiction Alien.

Ejectée de la navette en feu, la capsule qui recueillait les survivants du deuxième volet atterrit sur une petite planète.
Ripley est la seule à sortir de son hyper sommeil, elle se retrouve sur une planète-prison, un ancien pénitencier reconverti en fonderie de plomb qui abrite 25 anciens détenus, un médecin, le geôlier et son adjoint.
C?est dans un univers exclusivement masculin constitué majoritairement par la lie de l'humanité (violeurs, assassins, pervers, tous comportant 2 chromosomes Y), elle tente, avec l?aide du médecin, de déterminer la cause de l'incendie dans la navette. La disparition étrange de plusieurs « habitants » transforme rapidement ses doutes en certitudes.

Fincher donne un nouveau souffle à la saga

Scott avait donné dans l'horreur avec brio, Cameron dans l'action, Fincher lui concentre ses efforts, avec raison, sur l'atmosphère et sur le thème de la confrontation.
Des 3 premiers Alien, celui-ci est le plus claustrophobique, confiné qu'il est aux murs de la prison. C'est plus qu'il n'en faut au réalisateur pour instaurer un climat lourd et pressant. Avec sa caméra qui sonde l'espace limité de l'univers carcéral en travellings efficaces, la tension monte dès les premiers instants et si la bête ne se montre pas tout de suite, inutile de dire qu'elle est cependant omniprésente.

Car dans ce troisième opus, point d'invasion mais un seul Alien, d'une nouvelle espèce, redoutable s'il en est, une Reine, plus agile, rapide et implacable que les autres. Son lien avec Ripley sera plus fort que jamais (jusqu'à Alien 4 dans tous les cas) et la confrontation à couteaux tirés.
Ripley devant également faire face à l'hostilité des prisonniers (qui se sont convertis à la religion et ont fait voeu de chasteté), du geôlier et son assistant, tout concourt donc à créer de la tension.

Fincher se sert admirablement des relations entre Ripley et les différents protagonistes principaux (y compris l'alien) pour asseoir son atmosphère et faire évoluer l'intrigue.
Sigourney Weaver est plus que jamais le centre et l'atout du film, elle fait de Ripley une femme très humaine, charismatique et déterminée.

Ce troisième Alien est donc plus focalisé que les précédents : sur un seul ennemi, sur Ripley, sur les relations personnelles entre les différents protagonistes, sur l'atmosphère instaurée, les scènes d'action n'en étant que plus marquantes.

Une réussite.



.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites