Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Peter Howitt
Pays d'origine GB
Durée 1h30
Sortie en France 23/07/2003

Avec
Rowan Atkinson (Johnny English)
John Malkovich (Pascal Sauvage)
Natalie Imbruglia (Lorna Campbell)
Ben Miller (Bough)
Tim Pigott-Smith (Pegasus)
Neville Phillips (Le prêtre)
Rowland Davies (Sir Anthony Chevenix)
Kevin McNally (Le Premier ministre)

Scénario Neal Purvis - Robert Wade - William Davies
Musique Edward Shearmur
Production Tim Bevan - Eric Fellner - Mark Huffam
Distribution Mars Distribution





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Johnny English
 
Jojo les catastrophes
 

28/07/2003
voir les images
Il ne craint rien, il ne comprend rien, il n'a peur de rien, et surtout pas du ridicule.
Après avoir revisité l'histoire au vitriol en hantant les écrans d'Arte dans Black Ader, Rowan Atkinson s'approprie le mythe de l'agent secret sous la direction Peter Howitt (antitrust).

L'histoire

Essayer de résumer l'histoire de Johnny English en quelques lignes tient du miracle. Non pas que celle-ci soit complexe. Au contraire. Et bien oui, au contraire.
Pour faire court, le fil conducteur prétexte est simple : suite à de nombreuses boulettes les agents secrets de sa Gracieuse Majesté sont décimés. Tous les espoirs du MI7 reposent sur leur dernier élément encore en place, chargé de surveiller puis de retrouver les joyaux de la couronne récemment rénovés grâce au soutient de Monsieur Sauvage, généreux donateur français incarné par John Malkovich.
Evidemment, l'indigence du scénario n'a d'égal que les enchaînements de boulettes toutes aussi involontaires que prévisibles de notre cher agent secret. Mais, dans une comédie, britannique de surcroît, demande-t-on aux scénaristes d'être ingénieux ?

I vaant to bi ze king !

N'allez pas croire que je n'apprécie pas nos amis mangeur de boeuf bouilli à la menthe. Non, non, non, pas du tout, je les apprécie. Simplement, de la même manière que nous ne sommes qu'une bande de compléxés prêts à tout pour conquérir leur Sainte Ile, ils ne manquent pas une occasion de nous rappeler ces vieux conflits ancestraux qui nous opposent.
Dans le rôle du méchant français : John Malokovich (tout de suite, le film prend plus de consistance).
Dans le rôle de l'agent secret britannique totalement incapable : Rowan Atkinson.
Les gags s'enchaînent, les caricatures fusent, le public s'amuse...

Totalement prévisible, Johnny English n'en constitue pas moins une comédie bien distrayante qui saura vous sortir de votre torpeur estival (les salles sont climatisées).


.::Jean
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Lesia a écrit le 04/08/2003 à 10h36.  Commentaire 2424, Visiteur 368
je ne savais pas que Malokovitch jouait dedans.... comme tu dis le film prend plus d'importance à present, d'autant que le duo Malkovitch/Atkinson doit valoir le detour!

Brobichou a écrit le 08/01/2004 à 22h35.  Commentaire 4141, Visiteur 1844
Salut tout le monde
j'ai bien aime ce film et je voudrais bien connaitre les references musicales du choeur chante dans l'eglise lors du courronnement de P.Sauvage

merci

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites