Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Noémie Lvovsky
Pays d'origine France
Durée 1h34
Sortie en France 05/11/2003

Avec
Jean-Pierre Bacri (Jacques)
Nathalie Baye (Carole)
Melvil Poupaud (François)
Isabelle Carré (Edith)

Scénario Noémie Lvovsky et Florence Seyvos
Musique Noémie Lvovsky, Florence Seyvos et Philippe Roueche
Production Renn Productions, France
Distribution ARP Sélection, France





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Les Sentiments
 
La femme d'à côté
 

02/11/2003
voir les images
Les jeux de l’amour et du hasard constituant l’éternelle matière première du cinéma français, les risques de répétition et de saturation sont des écueils à esquiver pour tout nouveau film, qui s’aventure dans cette contrée si balisée par ici. On croit avoir tout vu et l’on n’a peut-être pas tort d’ailleurs. On saluera donc d’autant plus sincèrement le très réussi troisième long-métrage de Noémie Lvovsky, au canevas très truffaldien.
Ces « sentiments » ne sont pas écrasés par un titre – programme trop vaste pour eux ou par un casting all-stars mais trouvent au contraire ici un bel écrin, drôle, limpide et poignant. Parsemé de trouvailles, le film passe indéniablement bien la rampe du tout-venant de la comédie sentimentale, douce-amère pour atteindre une grâce simple et rare.

Quadrille

L’exposition est remarquable et nous donne subtilement d’emblée les enjeux qui vont travailler le film. Un jeune couple, François et Edith, emménage dans une maison, sous l’œil bienveillant et protecteur des voisins, Jacques et Carole. Ce n’est pas fortuit, François (joué par un Melvil Poupaud qui retrouve la grande forme) est un médecin débutant, qui doit reprendre la clientèle de Jacques (Bacri égal à lui-même).
Les deux couples sont donc amenés à beaucoup se fréquenter. Deux paires se forment naturellement, un tandem professionnel et un duo d’amies. Pendant que les maris sillonnent la région en vue de la passation de pouvoir, Carole (Nathalie Baye excellente dans un rôle ingrat) se prend d’affection pour la jeune Edith (interprétée par une Isabelle Carré plus attachante et solaire que jamais). L’effet de contraste joue d’abord à plein entre le vieux couple, rentré dans la routine depuis longtemps et l’éclatante santé amoureuse qui unit François et Edith.
Mais à petites touches, Noémie Lvovsky esquisse un tableau bien plus complexe que celui de deux couples bourgeois sans histoire. Carole et Jacques s’ennuient, chacun à sa façon, mais voient tous les deux dans la fraîcheur d’Edith, un extraordinaire bain de jouvence. Cette dernière s’avère bien plus mystérieuse que sa candeur sensuelle de femme-enfant le laissait présager de prime abord. Son mysticisme se heurte secrètement au bel animal froid et rationnel, qu’est François, bon élève et bon mari.
Tout est donc en place pour l’impensable, nœud central et moteur fictionnel du film : l’adultère. Alors que l’on pensait Carole, l’épouse alcoolique et délurée, capable de pervertir son nouveau voisin, à l’allure de jeune premier, c’est Edith, imparable girl next door, qui ne peut s’empêcher de succomber aux approches maladroites de Jacques, en plein démon de midi.
Ce renversement de perspective représente une des grandes idées du film. Nathalie Baye incarne une femme délaissée mais aimante, qui aurait toutes les raisons du monde de tromper son mari mais préfère la solitude éthylique aux aventures extraconjugales. Le personnage d’Isabelle Carré, lui, irradie le film par son étonnement perpétuel, trouvant dans la drague pataude de Jacques, une régénération de son propre désir. Elle trompe François de bonne foi, aussi étrange que cela puisse paraître. Elle l’aime toujours et le cocufie innocemment. Sa liaison avec Jacques n’est pas un divertissement passager, destiné à assouvir quelques pulsions clandestines mais une élévation vers une forme d’absolu.
Mais le mur du réel ne se franchit pas si aisément, la fin du film n’en sera que plus déchirante pour tous les protagonistes.

Sentiments humains, trop humains

Noémie Lvovsky a le grand mérite d’insuffler à son film une loufoquerie (dans sa première moitié surtout) et une folie qui le traversent de part en part. Elle filme notamment une chorale, dont les membres aux mimiques très expressives, chantent, à intervalle régulier, les sentiments des personnages. Sorte de voix off, ce chœur lyrique scande par exemple à merveille la verdeur retrouvée de Jacques, son bonheur à se sentir de nouveau présent au monde.
C’est une des composantes de la grande richesse de ce film, bien moins ordinaire que sa trame pourrait le laissait supposer. Les gags, très inventifs visuellement et verbalement, sont de petites perles décalées, distillées avec bonheur. Ils ne sont jamais gratuits et cadrent bien avec l’esthétique ligne claire, légère mais qui ne demande qu’à s’assombrir. Le film évite ainsi mièvrerie et pathos, s’imposant comme une magnifique variation sur les relations sentimentales.


.::Samuel
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Oli a écrit le 07/11/2003 à 23h49.  Commentaire 3444, Visiteur 355
J'ai pour ma part bien aimé le film, mais quand même trouvé assez inégal. Cela dit, c'est la première fois que j'apprécie Bacri dans un film. Il a presque réussi à sortir du sarcophage dans lequel il s'était enfermé, et qui ne laissait pas les spectateurs indifférents.

Samuel a écrit le 08/11/2003 à 10h15.  Commentaire 3449, Visiteur 1384
Oui, Bacri ne me passionnait pas non plus et ce n'est pas "Les sentiments" qui va vraiment changer mon opinion.
Mais j'y vois la preuve encore une fois, qu'un bon film peut nous faire modifier notre perception de tel ou tel.
J'aime bien la manière dont Bacri travaille assez subtilement à "l'intérieur" de son éternel personnage, pour le faire évoluer et nous toucher au final.
Ce n'est pas le moindre mérite du film d'éviter certains clichés inhérents au sujet et aux comédiens ...

Florie a écrit le 09/11/2003 à 20h23.  Commentaire 3468, Visiteur 1535
L'adultère, sujet banal, est traité avec beaucoup de finesse et de sensiblité dans ce film à ne pas manquer...

Constance a écrit le 09/11/2003 à 21h41.  Commentaire 3470, Visiteur 1537
j ai beaucoup aimé ce film pour la facilité avec laquelle on peut s y identifier. le jeu des acteurs est tres bon, isabelle carrée, épissante, innocente, bacri, idem a lui meme, bien que son changement de personnalité dans le film soit étonnant, et puis nathalie baye, extraordinaire dans ce role, d'une femme banale, névrosée par l'âge et par la routine de la vie.
je conseille vivement ce film, avec un avertissemnt pr les femmes en crise de quarantaine.

Kiefer a écrit le 11/11/2003 à 18h55.  Commentaire 3476, Visiteur 1543
Attention aux anglicismes lâchés sans raison! Il doit bien y avoir des équivalents français au "casting all-stars" et à la "girl next door".

Samuel a écrit le 12/11/2003 à 09h43.  Commentaire 3478, Visiteur 1384
Je plaide coupable pour "casting all-stars", expression qui a quand même le mérite d'être claire. Je voulais signifier par là que les vedettes présentes au générique ne nuisaient pas à un film, finalement très subtil et délicat. Dans la lignée des premières réalisations de Noémie Lvovsky, sans stars justement.
Pour "girl next door", par contre, je ne trouve pas d'équivalent en français. L'expression est très cinématographique, non ? On sent bien comment le voisinage est source de fantasme, comment la proximité spatiale engendre l'attirance et le désir.

Oli a écrit le 12/11/2003 à 20h14.  Commentaire 3489, Visiteur 355
J'utilise de mon côté volontiers "la fille d'à-côté". Ca a le même sens, il me semble.

Samuel a écrit le 12/11/2003 à 23h59.  Commentaire 3490, Visiteur 1384
Par l'expression "girl next door", je fais aussi référence à quelque chose de très précis dans la culture populaire américaine. Du feuilleton "Happy days" aux comédies romantiques des années 40 et 50.
Justement le personnage de Bacri, grâce à sa nouvelle voisine, retrouve cette joie de vivre quasi-juvénile. Il y a un côté très adolescent dans son comportement, qui me faisait penser à cela.
Allez promis, je vais faire preuve de patriotisme à l'avenir ...

Oli a écrit le 13/11/2003 à 00h02.  Commentaire 3491, Visiteur 355
Ce n'est pas tant du patriotisme (les Français sont une minorité parmi les Francophones ;-) ) que de la lisibilité par tous ;-)

Samuel a écrit le 13/11/2003 à 00h25.  Commentaire 3492, Visiteur 1384
Je ne pensais pas avoir utilisé une expression incompréhensible. A tort peut-être ...

Couz a écrit le 17/11/2003 à 18h44.  Commentaire 3521, Visiteur 1568
Moi aussi jai adoré ce film! A tout hasard personne ne connaitrai le titre de la chanson (anglais) sur laquelle Carole (Nathalie Baye)danse toute seule dans son salon??
merci d'avance...

Oli a écrit le 17/11/2003 à 19h52.  Commentaire 3522, Visiteur 355
Facile!!! Can't take my eyes off of you :-)

I love you baaaaby, and if it's quite alright
I need you baaaaby, to warm a lonely night
I love you baaaaby, trust in me when I saaaaay

Man a écrit le 23/11/2003 à 15h39.  Commentaire 3549, Visiteur 1589
Encore un film français impeccable avec Isabelle Carré presque parfaite avec un beauté qui guide beaucoup ce beau divertissement. Un truc bien propre comme d'habitude chez les français. Malheureusement ça manque de surprise en ce moment chez nos français même si ça reste bien et j'insiste là dessus.

Man a écrit le 23/11/2003 à 15h39.  Commentaire 3550, Visiteur 1589
Encore un film français impeccable avec Isabelle Carré presque parfaite avec un beauté qui guide beaucoup ce beau divertissement. Un truc bien propre comme d'habitude chez les français. Malheureusement ça manque de surprise en ce moment chez nos français même si ça reste bien et j'insiste là dessus.

Ouioui a écrit le 01/12/2003 à 15h41.  Commentaire 3619, Visiteur 1628
Film bien nul, invraissemblable, parisien, des vêtements chez Kiloshop, des personnages qui collent pas, un scénario rasant, une intrigue minable, peu d'étude psychologique des personnages si ce n'est de la caricature magistrale et une prestation la clope au bec coûte que coûte... une chorale débile et l'exposition prolongé du magnifique corps d'isabelle Carré... un film parfaitement adapté à l'intelligentsia française.

A éviter. (il ssortira bien assez tôt sur France 3 un mardi soir...)

Samuel a écrit le 01/12/2003 à 16h23.  Commentaire 3620, Visiteur 1384
Amusant ce commentaire ! "Les sentiments" a été attaqué par certains ardents défenseurs de ses premiers films, très parisiens justement.
Noémie Lvovsky devient presque une traite auprès de certains, qui lui en veulent de passer du côté du "cinéma
populaire de qualité".
Procès injuste, il me semble. J'aimais ses premiers pas dans
la réalisation, sans gros moyens mais avec beaucoup de pertinence. J'apprécie son nouveau film (avec des acteurs connus), intelligent et sensible.
Je ne saisis pas bien la violence de ce précédent commentaire. Il ne faut pas se fier à une trame classique, beaucoup de grandes œuvres sont construites sur ce genre de schémas. Et si le succès n’est pas le signe incontestable du talent, les deux ne sont pas incompatibles.

Clara a écrit le 06/12/2003 à 00h08.  Commentaire 3683, Visiteur 1451
désolé mais j'ai pas du tout aimé ce film, je sais pas je suis allé le voir en m'attendant à quelquechose...je sais pas comme quand on va voir un film, bref, c'est de la daube, bacri toujours égal à lui meme, encore plus égal meme, carré montre son cul et tout le monde fument.Je vois pas l'interet, je comprend rien et je m'en tape de leurs sentiments. Pourtant j'ai eu un moment de bien être , c'est quand le film s'est terminé ;-)Nan franchement faudra qu'on m'explique parce que là,je vois vraiment pas l'interet de faire des films aussi merdique. Je tiens à dire que j'aime bien nathalie bay pourtant (cf Vénus Beauté: super!!). Voilà donc pas avis au amateurs.

Florie a écrit le 07/12/2003 à 11h50.  Commentaire 3705, Visiteur 1535
Si tu t'en tapes de leurs sentiments, le titre aurait peut être du t'avertir...
Bacri est effectivement toujours égal à lui même mais il fallait s'y attendre...Son personnage m' ai devenu familier et c'est justement pour ça que j'aime le voir s'adapter à différents scénarios...Dans ce film, il apparaît enfin comme un homme amoureux et enflamé. Avant, il y avait plus de sous entendus (cf: "Cuisine et dépendance" dans son ex-amour avec Agnès Jaoui).
Son personnage évolue...Il passe du gros raleur au sentimental qui pleure à sa fenêtre...

L'intêret de ces films "merdiques" comme tu le dis, c'est justement de ne rien avoir à prouver...et de pas avoir à expliquer ces choses qui touchent ou ne touchent pas..

Clara a écrit le 07/12/2003 à 20h24.  Commentaire 3724, Visiteur 1451
Je trouve pas que ton commentaire m'éclaire ou m'apporte quoi que ce soit sur le film, il aurait été plus judicieux de donner ton avis et non pas de reprendre mon commentaire.Bacri n'est pas un acteur , c'est un personnage à lui tout seul mais il n'est pas le seul à être comme ça et j'apprecie beaucoup ses films ('un air de famille', 'le goût des autres')même si j'ai mes idées au sujet du métier d'acteur qui consiste pour moi à revêtir une nouvelle personnalité dans la mesure du possible. Je rajouterais que c'est subjectif , il ne s'agit que de mon avis et donc je laisse bien évidemment aux autres la liberté de leurs opinions. J'ai bien aimer ta dernière phrase cependant: 'ne pas avoir à expliquer ces choses qui touchent ou ne touchent pas' , moi non plus je ne veux pas expliquer ni prouver pourquoi le film ne m'a pas touché!

Florie a écrit le 07/12/2003 à 20h47.  Commentaire 3725, Visiteur 1535
Je ne voulais pas te froisser...ces commentaires sont justement des réactions par rapport aux avis des autres, c'est pour cela qu'ils sont intérressants. Je défends juste le petit bijou de Lvovsky, que tu considère comme une "daube"...qui m'a pour ma part beaucoup plus. ..En tout cas, je suis d'accord sur le fait qu'un bon acteur est censé être capable de jouer des roles différents...mais a-t-on vraiment envie de voir Bacri dans une autre peau? Et dans les Sentiments, il est plutot pas mal en homme addict de Carré?Non? Bonne soirée.

ChromoG a écrit le 20/12/2003 à 01h12.  Commentaire 3889, Visiteur 1748
Très bof,

Le film partait d'une bonne idée mais le résultat est vraiment décevant, les acteurs sont moyens, les situations téléphonées et peu crédibles, et comme en plus il ne se passe pas grand chose... Quant à Nathalie Baye, son interprétation est d'une platitude, mais c'est peut-être dû au fait qu'elle interprète une femme avec un léger penchant pour la bouteille...

On attendait un film plutôt fin, et on se retrouve avec une suite de scènes convenues (et si vous n'avez pas compris y a en plus la chorale pour en remettre une couche !!!)

Et quasimment aucune scène sans clop au bec ou verre de bordeaux dans la main...

Au final une très mauvaise soirée, impression partagée par mon amie.

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites