Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Peter Weir
Pays d'origine Etats-Unis
Durée 2h14
Sortie en France 31/12/2003

Avec
Russell Crowe (le capitaine Jack Aubrey)
Paul Bettany (le docteur Stephen Maturin)
Billy Boyd (Barrett Bonden)
James d'Arcy (le lieutenant Thomas Pullings)
Lee Ingleby (Hollom)
George Innes (le marin Joe Plaice)

Scénario Peter Weir et John Collee
Production Samuel Goldwyn Jr. et Duncan Henderson
Distribution United International Pictures (U.I.P.), France





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Master and commander : de l'autre côté du monde
(Master and commander : the far side of the world)
 
Guerre maritime et paix intérieure
 

03/01/2004
voir les images
Si le récent affrontement entre la France et l’Angleterre pendant la dernière coupe de monde de rugby, ne vous a pas rassasié, allez donc voir son remake maritime qui vient de sortir au cinéma sous le titre martial de « Master and Commander ». Tiré de la série romanesque de Patrick O’Brien, ce film marque également le retour au premier plan de Peter Weir, cinéaste touche-à-tout au parcours très inégal. Sa mise en scène articule remarquablement ici le grand spectacle et l’intime, l’épopée et la chronique pour aboutir à un excellent divertissement, digne de la flamboyance de l’âge d’or hollywoodien.

Chasse en mer

Nous sommes embarqués à bord du Surprise, vaisseau britannique qui a pour mission de neutraliser l’Achéron, mythique bateau français qui va exporter dans le Pacifique, la guerre qui ravage l’Europe au début du 19ème siècle. On y suit donc la vie quotidienne du Surprise, à travers une galerie de personnages typiques tant moralement que physiquement. A commencer bien sûr par son capitaine intrépide, Jack la Chance (interprété par un Russell Crowe très crédible dans une performance où l’outrance du rôle pouvait tourner au ridicule), marin légendaire et paternaliste, admiré et aimé de ses hommes. On y suit également un médecin naturaliste, épris de découvertes scientifiques et plusieurs jeunes sous-officiers dévoués mais tourmentés par l’ambition ou par des démons. Les couches les plus basses de l’équipage ne sont pas oubliées et on pénètre ainsi dans toutes les strates du bateau, de son noble leadership jusqu’à son prolétariat, dans un saisissant raccourci d’une société anglaise profondément clivée en classes sociales.
C’est indiscutablement une des grandes qualités du film, sa volonté de description réaliste de l’existence de cette communauté hiérarchisée mais soudée par le code de l’honneur et des règles immuables, faites de traditions et de superstitions. On pourrait en sourire tant cet aspect semble a priori idyllique mais le flegme et le respect qui émanent littéralement de tous ces marins, indépendamment de leur origine, de leur position et de leur âge, les rendent véritablement attachants. Leur dévouement allant même jusqu’au sacrifice pour sauvegarder l’intérêt général.
Mais quoi de mieux qu’un adversaire terrifiant et invincible pour créer une profonde solidarité ? Si ces patriotes fervents prennent à cœur leur mission, au service du Roi dans son combat contre Napoléon, leur sens du devoir est ici transcendé par la fascination mêlée d’effroi que leur inspire l’Achéron. C’est l’une des grandes idées du film, que l’on pourrait rapprocher du « Duel » de Spielberg : on ne voit pratiquement rien du vaisseau français, si ce n’est une lointaine silhouette qui déchire les flots et attaque par surprise. C’est au sens premier du terme, un bateau fantôme, obscure menace surnaturelle, qui apparaît soudainement pour mieux disparaître. C’est la figure même de l’Autre, qui inquiète d’autant plus que l’on ne connaît que très peu de choses sur lui.

A la découverte du Monde

D’un postulat de western (la poursuite et le duel), on bascule subtilement dans un beau fantastique (l’irrationnel et les spectres). Capitaine Jack fait de cette chasse une affaire personnelle (mélange de revanche, de sens exacerbé de sa tâche et d’accomplissement de soi), entraînant avec lui son équipage, prêt à le suivre au bout du monde. Et ils y arrivent, plus précisément aux Iles Galápagos, Ailleurs merveilleux qui s’avère être le terrain de jeu de très belles robinsonnades poétiques et scientifiques. Le Monde n’est pas fini, il prend souvent les allures d’une page blanche sur laquelle tout est à écrire. Le médecin symbolise cet Honnête Homme, explorateur passionné et fin. Le temps se suspend alors mais la quête doit s’achever. C’est l’objet de l’assaut final, fruit de la ruse et du courage des hommes du Surprise. Ce morceau de bravoure est le dernier du film, qui en comporte bien d’autres, tous plus formidables les uns que les autres. Car le film a un impératif de spectaculaire, qu’il remplit à la perfection. Quelques unes de ces séquences fortes feront date tant nous sommes pris au cœur de ces batailles maritimes, brinquebalés d’un bout à l’autre du navire. Leur réalisme est saisissant et ne sent jamais la reconstitution virtuelle. La mise en scène de Peter Weir fait bien ressortir l’épaisseur humaine de ces combats féroces face à l’ennemi et de ces épreuves contre une Nature en furie. Le spectacle de « Master and Commander » n’est pas celui des parcs d’attraction mais celui des espoirs et de la souffrance des hommes.



.::Samuel
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Mister Spoke a écrit le 26/02/2004 à 22h27.  Commentaire 4697, Visiteur 2123
C'est bien bien fait et réaliste !
(avec un petit clin d'oeil à Titanic quand Jack la Chance va à la proue !)
Pour s'en rendre compte, allez visiter le VICTORY de Nelson à Portsmouth : c'est un vaisseau de ligne beaucoup plus grand que la SURPRISE, et c'est quand même petit pour plus de deux cents hommes.
Pour prolonger le film, la (re-)lecture des aventures du Capitaine HORNBLOWER s'impose.
Très bon film.

Syskhann a écrit le 13/03/2004 à 18h08.  Commentaire 4983, Visiteur 2215
Le pb de ce film est que d'un point de vue historique cela est faut , puisque en faite c'est bien une frégate anglaise , mais contre une frégate américaine...On comprend bien le choix délibéré des sénaristes de mettre un bateau francais plutot qu'américain : d'une part parce-que les américains ne peuvent pas etre les méchants !!! , et d'autre part parce-que ce film est fait dans l'année 2003 , soit en pleine guerre diplomatique entre la France et les USA a propos de l'Irak....

Samuel a écrit le 15/03/2004 à 23h44.  Commentaire 5083, Visiteur 1384
S'il est exact que mettre autant d'argent pour faire passer les américains pour les méchants était impensable pour un grand studio, il est faux d'affirmer pour autant que le choix de désigner les français est lié à la Guerre du Golfe 2.
Le projet était en route bien avant l'opposition diplomatique entre Paris et Washington. L'adaptation du roman s'est faite avant mais par contre la sortie du film a été saluée par des journalistes conservateurs, qui se réjouissaient de voir le drapeau français déchiré par un boulet anglo-saxon ...

Legolasse (Vevilyawe a écrit le 12/04/2004 à 23h41.  Commentaire 6042, Visiteur 2402
Bonjour tout le monde !
Je suis allée voir ce film car je trouve que Peter Weir est un réalisateur extraordinaire, c'est LE réalisateur du siècle ! Et car c'était un film de bateaux... :-)
Je n'ai pas été déçue, c'est un film merveilleux, Russell est incroyable et Paul Bettany est toujours "very beautiful"
VIVE WEIR !

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites