Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Stephen Daldry
Pays d'origine UK
Durée 1h50
Sortie en France 20/12/2000

Avec
Jamie Bell (Billy Elliot)
Jean Heywood (La grand-mère)
Jamie Draven (Tony Elliot (le grand-frère))
Gary Lewis (Jacky Elliot (le père))
Stuart Wells (Michaell Caffrey)
Mike Elliot (George Watson)

Scénario Lee Hall
Musique Stephen Warberg
Production Working Title
Distribution Mars Films





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Billy Elliot
 
Un succès mérité
 

18/08/2002
voir les images
Acheter le filmAchetez che Amazon.fr
On resort heureux

Le jeune Billy, fils de mineur d'un bled paumé du nord-est de l'Angleterre, troque clandestinement ses gants de boxe contre des chaussons de danse. Une étoile s'apprêterait-elle à naître ?
Mais qu'est-ce qui peut bien faire que Billy Elliot, comédie dramatique calibrée aux grosses ficelles est plus qu'un de ses films faits pour gagner ?
Le scénario, d'abord, et plus précisément les thèmes qu'il aborde ne secouent pas l'originalité : un gamin passionné par la danse, orphelin de mère, doué d'un père réfractaire à l'idée que son fils puisse préférer un loisir de fillette à un sport de mecs (la boxe en l'occurrence), un niveau social relativement faible, aggravé par un contexte des plus difficiles (la grande grève des mineurs de 1984-1985 en Angleterre), un mentor incarné par une prof de danse etc, etc.
A moins que ce soit bien là que réside l'originalité du sujet...

Car tout ça marche ! Et ça marche même du feu de Dieu !

Les personnages sont délicieusement attachants. Billy Elliot en tête, virevoltant, tête de lard ou attendrissant, il est toujours charismatique (rare chez un tout jeune adolescent de 13 ans). Le père de Billy, Jacky, est quant à lui tout simplement fabuleux dans ce rôle de Papa accablé par la grève, bourru mais aimant.
Je ne citerai pas tout le monde, mais ne pourrai me passer de mentionner que Jean Heywood, dans le rôle de la Grand-Mère vieillissante est on ne peut plus attendrissante. Quelques unes de ses répliques sont tout simplement inoubliables ("I used to go to ballet", "They said I could have been a professional"…)*.La réussite du film est par ailleurs bâtie sur un timing impeccable en termes de temps forts et de moments drôles, rythmés par une musique extrêmement judicieuse et dynamique.
La danse, omniprésente, fait osciller le film entre comédie dramatique et comédie musicale. L'équilibre est tenu parfaitement tout le long du film.

Droit au cœur

Ces personnages touchants de concert, la musique de T-Rex, entraînante, la montagne de bons sentiments (solidarité, amitié, "tolérance", la volonté plus forte que les épreuves)…
Au final Billy Elliot nous ensorcelle, nous fait vibrer, et peu importe que les ficelles soient grosses ou pas.
On ressort heureux, n'est-ce pas le but premier d'un film, faire naître en nous des sentiments, heureux si possible ?
Un régal pour les yeux, les oreilles et le cœur !


*( Je faisais de la danse. On disait même que j'aurais pu être une professionnelle).




.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites