Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Clint Eastwood
Pays d'origine USA
Durée 1h47
Sortie Mondiale
1973

Avec
William Holden (Frank Harmon)
Kay Lenz (Breezy)
Roger C. Carmel (Bob Henserson)
Marj Dusay (Betty Tobin)
Joan Hotchkis (Paula Harmon)
Jame Smith-Jackson (Marcy)

Scénario Jo Heims





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 5

Breezy
 
Respirez, c'est du cinéma !
 

02/09/2002
voir les images
Acheter le filmAchetez che Amazon.fr
Riche et intense

Quand Eastwood attaque Breezy, il déjà derrière lui l'échec relatif de son premier essai derrière la caméra (Play Misty for me, 1971), film intimiste qui casse avec l'image de macho qu'il traine alors. Suite à cette déconvenue il tourne l'Homme des hautes Plaines (1973), produit par Universal et Malpaso (sa société de production) qui remporte un vif succès.
Il en profite pour réaliser dans la foulée un film qui lui tient plus à cœur, alors qu'une autre étiquette lui colle à la peau : celle de fasciste de première (Cf. Dirty Harry).
Breezy développe 2 thèmes chers au cinéaste, la tolérance et les Etats-Unis du début des années 70, plus précisément le contexte de l'après guerre du Vietnam…
Ce film sera le plus gros échec d'Eastwood en tant que réalisateur/co-producteur…

Une histoire… d'amour

Etats-Unis, début des années 70.
Franck, la cinquantaine largement sonnée, divorcé, mène une existence bien réglée entre des liaisons éphémères et un poste confortable d'agent immobilier.
Quand Breezy, une jeune hippie qu'il a prise en stop, s'introduit dans son existence, c'est tout son bel équilibre qui est remis en question.

La leçon de cinéma

La mise en scène de Clint Eastwood est révélatrice de la qualité de ce cinéaste majeur : totalement au service de ses personnages et de l'histoire, discrète et sobre, et en même temps quelle force elle dégage !
Oui Breezy est un hymne à la tolérance, à la compréhension plutôt, dans un contexte qui ne s'y prêtait pas forcément. La drogue, l'amour d'un couple dont les amants ont une forte différence d'âge, il fallait oser ! Eastwood ose et va plus loin, plus subtilement.

Il y a cette façon de filmer le couple, de parler de l'amour, riche, profonde. La meilleure amie de Breezy, droguée, exprime le mal de vivre d'une génération qui a perdu ses repères dans un monde où elle ne se retrouve plus. Le collègue et ami de Franck rêve d'une liaison débridée mais l'alcool et la routine confortable d'homme marié lui conviennent bien plus qu'il n'ose l'avouer. Franck et Breezy ne leur ressemblent en rien. Leur liberté d'abord les rapproche, pourtant les raisons qui les motivent sont bien différentes : Franck papillonne pour se protéger, Breezy est la liberté même et balade sa candeur en bandoulière comme sa guitare dont elle ne se sépare jamais.
Leur lien, c'est les sentiments…
La différence d'âge, alors, ne compte pas. Les qu'en dira-t-on, non plus. Pourtant Franck est déchiré entre ce qu'il éprouve et le malaise face à l'opinion des "autres".
William Holden est formidable dans ce rôle et donne à Franck une telle humanité, une telle sincérité, c'en est stupéfiant. En face de lui, il fallait bien un caractère comme Kay Lens, fraîche et superbe.

Le film, c'est à travers son point de vue qu'il se déroule. Eastwood ne juge pas. Même s'il est réaliste sur l'histoire d'amour de ses protagonistes. Nostalgique, parfois noir et sans illusion, mais riche et intense.
Un très beau film.



.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Fred le tendre a écrit le 28/02/2002 à 21h25.  Commentaire 185, Visiteur 103
Une des plus jolie histoire d'amour que j'ai vue. Sophie, tu es dans mon coeur pour ton caressant commentaire sur ce film un peu unique où il ne se passe rien à l'écran et où tout le chemin est intérieur, quelquefois à contre-sens. Et malgré les grands écarts qu'ils doivent faire à chaque nouveau pas (l'âge, l'argent, le regard des autres...)ils tentent le coup, "it might last a year". Enfin un moment de paix dans ces années de haine et de guerre urbaine...

Rich a écrit le 17/07/2002 à 16h37.  Commentaire 186, Visiteur 104
Breezy:la sobriete jointe a l'efficacite.Du bon cinema,au sens noble du terme,la ou les acteurs revelent un talent souvent compromis par des effets aussi speciaux qu'inutiles;tout le contraire de ce film!
Breezy,c'est un murmure,des regards et des gestes justes(faits rares!)poses sur une humanite en laquelle elle reussit a nous redonner confiance.Bravo,et merci pour cette phrase lors de leurs retrouvailles,au parc:"hello,my love";et elle,de repondre:"hello,my life"...Une bien belle leçon!

Non à la guerre a écrit le 11/04/2003 à 17h28.  Commentaire 870, Visiteur 514
Je me souviens d'avoir vu ce film il y a deux ans a peu près. J'avais été entraîné à l'époque par cette histoire un peu banale de deux personnes qui se rencontrent. Il y a rien d'autre dans le film, et pourtant je fus frappé, je ne sais pas, peut être est-ce à cause de l'allégresse de la jeune fille face au désespoir de la vie moderne. Début des années 70, lorsqu'on croyait aux robot et aux hommes sur la lune...

Shalamar a écrit le 05/12/2004 à 00h35.  Commentaire 9431, Visiteur 3351
Superbe film , Kay Lenz et William Holden sont remarquables de fraicheur et de spontaneïté dans cet superbe histoire d'amour. De tous les films où Clint Eastwood est uniquement réalisateur (Bird, Mystic River,etc..)c'est à mon avis probablement le meilleur malgré l'échec commercial du film à l'époque.

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites