Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Kim Ki-duk
Pays d'origine Corée Sud
Durée 1h33
Sortie en France 01/09/2004

Scénario Kim Ki-duk
Musique Jang Young-gyu
Production Lee Seung-Jae
Distribution Pretty Pictures





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 3

The Coast guard
 
 

13/09/2004
voir les images
Kim Ki-Duk, nous propose l'histoire du caporal Kang, soldat sur une base côtière en Corée du Sud, chargé comme ses compagnons de surveiller la zone interdite et de tirer sur tout ce qui bouge. Puis un jour, un jeune couple vient s'envoyer en l'air sur la plage interdite, et Kang tire, et tue l'homme. La femme sombrera alors dans la folie, et lui-même sera traumatisé et deviendra incontrôlable. Descriptif d'une descente aux enfers et révélation des tensions parmi des hommes soumis à un stress continu.

Suggestion d'émotions

Claire Denis avait montré le quotidien de légionnaires avec Beau Travail. Bon ben là, c'est un peu pareil, mais ce sont des marines et ça se passe en Corée, le seul pays encore aujourd'hui divisé par la guerre. Et Kim Ki-Duk n'est pas un grand militariste convaincu, ça se voit.
Son film présente différentes formes de violence, entre la hiérarchie stupide, lâche et irresponsable, qui maltraite les soldats, la folie d'une femme pour qui la vie a montré à quel point elle pouvait être injuste, le caporal écorché vif, ou les soldats vivant dans la hantise de se faire tirer dessus. Pas un portrait fier et glorieux de l'armée...
Un film violent, avec en plus une ironie de la bande originale où chante a capella une jeune fille quand les gens se font trucider. Un peu froid, un peu glauque, sans pour autant chercher à atteindre le gigantisme d'une violence spectacle. Ce film suggère davantage les émotions aux spectateurs, qu'il ne veut les lui imposer. Alors c'est forcément moins fort, forcément y a moins d'adrénaline.

Dimension intimiste de la violence

J'ai pas été totalement convaincu par ça. Peut-être parce que la dimension intimiste de la violence était moins prenante. Et peut-être aussi parce que ce film n'avait pas l'exotisme du précédent Kim (Printemps, Eté, Automne, Hiver et Printemps). Malgré tout, ça reste une bonne publicité pour l'office du tourisme coréen, avec ses fleurs bleues et oranges, ses crabes sur la plage et ses grandes prairies d'herbes hautes. Oh et puis c'est intéressant de voir ce que ressentent sans doute beaucoup de Coréens vis-à-vis de leur armée.


.::Oli blog
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites