Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Im Sang-soo
Pays d'origine Corée du S
Durée 1h42
Sortie en France 05/10/2001

Avec
Suk-kyu Han (Ju, agent de la KCIA)
Baik Yoonshik (Kim, directeur de la KCIA)
Song Jaeho (le président Park Chunghee)
Kim Eungsoo (le colonel Min)
Woonjoong Jeong (Cha, garde du corps en chef)

Scénario Sang-Soo Im
Musique Kim Hongjip
Production Chul Shin
Distribution CIPA





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 3

The President's last Bang
 
Une prise de liberté avec les personnages créant des profils psychologiques intéressants
 

23/10/2005
voir les images
En Corée du Sud, en 1979, le président Park est assassinée par le chef des Renseignements. Ce dernier avait monté ce complot afin de lutter contre le régime quasi-dictatorial, antidémocratique en tout cas, qui régnait alors. Im Sang-Soo s'inspire très directement de cette affaire, mais au lieu d'en faire un documentaire, fictionnalise l'histoire, en créant des personnages, en imaginant ce qui aurait pu s'être passé s'il avait été témoin.

Un travail de création à partir d'un fait réel

Cette façon de faire permet au cinéaste de faire son travail de création, sans simplement être chargé d'une reconstitution. On trouvera alors un président brutal et en manque d'amour, un secrétaire obséquieux, un aréopage d'officiels serviles et prompts à la surenchère, et un chef des Renseignements dont l'idéal est, comme tous les idéaux, mi-naïf mi-arrogant. Une prise de liberté avec les personnages pour créer des profils psychologiques et ainsi transmettre le point de vue du cinéaste, donc.

Façon de faire originale, mais un rythme qui traine sur la fin

Cette façon de faire est originale, certes. Mais elle est desservie par un rythme qui fatigue à la fin, et l'attente d'une précision continue des profils psychologiques s'en trouve déçue. A la fin, retour de plain-pied dans le documentaire, comme si le film n'avait pas réussi à s'imposer jusqu'au bout. Un peu dommage, ça donne une fin fourre-tout quand les trois-quarts du film étaient bien plus convaincants.

Mention spéciale à Kwon Byunggil

Il joue le secrétaire du président, dont le jeu sert très bien le portrait qu'en fait le scénario.


.::Oli blog
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Megalol a écrit le 24/10/2005 à 17h44.  Commentaire 15652, Visiteur 4414
Ooohh un chroniqueur anonyme

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites