Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de François Ozon
Pays d'origine France
Durée 1h42
Sortie en France 21/05/2003

Avec
Charlotte Rampling (Sarah Morton)
Ludivine Sagnier (Julie)
Charles Dance (John Bosload)
Marc Fayolle (Marcel)
Jean-Marie Lamour (Franck)

Scénario François Ozon et Emmanuelle Bernheim
Musique Philippe Rombi
Production Olivier Delbosc et Marc Missonnier
Distribution Mars Distribution





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 3

Swimming pool
 
Superbe tout simplement
 

03/06/2003
voir les images
Acheter le DVDAchetez che Amazon.fr
Acheter la musique du DVDAchetez che Amazon.fr
Evidemment, je ne pouvais pas manquer ce rendez-vous avec François Ozon. J’ai mis quelques temps à y aller, mais comme on se voyait avec D. ce soir, on a rapidement décidé. D. est la personne avec laquelle je préfère aller au cinéma, on en parle toujours beaucoup après le film, échangeant nos points de vue sur l’intringue, le scérario ou bien la mise en scène. D. a une grosse culture cinématographique classique, il m’en apprend beaucoup, notamment sur les références qu’on peut trouver dans les films (par exemple un plan faisant typiquement référence à une séquence mythique d’un Hitchcock ou ce genre de choses).

Swimming pool m’a beaucoup plu. Ludivine Sagnier et Charlotte Rampling sont époustouflantes (et superbes) dans leurs rôles respectifs de jeune fille nymphogérontobitch et écrivain so british à succès taraudé par ses frustrations (notamment sexuelles). L’intrigue se déroule de manière assez lente, un peu à la façon de Sous le sable, et permet d’entrer en contact intime avec les deux personnages, leurs manières de penser, d’être et d’agir. La mise en scène est excellente, j’ai adoré les plans de la piscine (et la piscine elle-même comme outil de révélation des femmes) et l’utilisation de la musique.

Il est difficile de conclure sur l’intrigue, mais ce n’est pas le but. Je ne suis pas du tout réfractaire à ce genre de pratique cinématographique, cela permet au contraire de faire courir son imagination et d’en discuter entre spectateurs. C’est toujours amusant de comparer les versions des pragmatiques, des rationalistes, des oniriques et des barés complets (mes préférés). Finalement, cela révèle aussi beaucoup de nous-même.

On retrouve encore toutes les obsessions de ce fou d’Ozon que j’adore : une sexualité border-line, des névroses directement liées à l’éducation parentale, un mélange du genre de thriller policier et de l’étude de moeurs. L’affiche du film est superbe, mais vraiment il faut voir la manière dont il filme ses deux actrices, elles sont tellement belles, tellement femmes… j’adore.

:: Le blog de Matoo ::

.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Zaza a écrit le 22/06/2003 à 17h45.  Commentaire 1471, Visiteur 849
votre critique n'est pas justifiée! vous n'avez pas compris le film et du coup vous ne l'avez pas aimé! c'est justement pour nous étonner que le début du film et pluôt comique et que la fim elle, est dramatique! Et surtout, vous n'avez pas parlé de la musique qui envoûte le film! Et du jeu des actrices! Bref je ne relirais plus vos critiques de peur de rater des chefs-d'oeuvres!

Samuel a écrit le 22/06/2003 à 21h13.  Commentaire 1478, Visiteur 294
Vous avez lu un peu vite ma chronique.
Je n'ai pas détesté le film, contrairement à la plupart des critiques mais il m'a plutôt déçu par rapport aux précédents films de Ozon. C'est mon droit, non ? Personne n'a le monople de l'interprétation des films et je ne vois pas en quoi, je n'ai pas compris celui-ci. Si tant est qu'il faille "comprendre" le cinéma, on le ressent, on le vit mais ce n'est pas un jeu rationnel de déductions logiques.
J'ai parlé des deux actrices et de leur contraste, qui constitue à mes yeux un des aspects intéressants du film même si les retournements entre elles sont assez prévisibles.
« Swimming Pool » est honnête divertissement, sans plus, mais on est très loin du chef d'oeuvre.

Zaza a écrit le 23/06/2003 à 11h50.  Commentaire 1489, Visiteur 849
j'aime bien votre réponse car c vrai que personne n'a le monopole de l'interprétation des films!
ça vous dérangerais de me dire si selon vous il y aurait des similitudes, voire du copiage, avec La piscine?
merci et bonne journée!

Samuel a écrit le 24/06/2003 à 00h36.  Commentaire 1497, Visiteur 294
J'ai vu "La piscine" il y a trop longtemps pour établir une comparaison. Mais je crois savoir que Ozon revendique cette influence. Dans mon esprit subsiste le souvenir d'une ronde de quelques corps félins, dont celui du jeune Delon, autour de ce rectangle d'eau.
Le film joue sur l'ambiguité des relations, notamment générationnelles, entre les personnages.
L'espace constitué par et autour de la piscine est de toute manière un vecteur d'érotisme très utilisé au cinéma, voire même surchargé (cf le cinéma porno qui en fait un usage conséquent).

Samuel a écrit le 24/06/2003 à 20h07.  Commentaire 1520, Visiteur 294
Vous avez lu un peu vite ma chronique.Je n'ai pas détesté le film, contrairement à la plupart des critiques mais il m'a plutôt déçu par rapport aux précédents films de Ozon. C'est mon droit, non ? Personne n'a le monople de l'interprétation des films et je ne vois pas en quoi, je n'ai pas compris celui-ci. Si tant est qu'il faille "comprendre" le cinéma, on le ressent, on le vit mais ce n'est pas un jeu rationnel de déductions logiques. J'ai parlé des deux actrices et de leur contraste, qui constitue à mes yeux un des aspects intéressants du film même si les retournements entre elles sont assez prévisibles.« Swimming Pool » est honnête divertissement, sans plus, mais on est très loin du chef d'oeuvre.

Nyaourt a écrit le 29/06/2003 à 22h29.  Commentaire 1574, Visiteur 907
Ca me fait plaisir de voir que certains semblent avoir compris et apprécié le film ... Pour ma part je n'ai su l'interpréter ni même le comprendre ....
Je n'ai que 15 ans mais j'aime comprendre les films que je vois ! Par ailleurs (ce qui est rassurant) ma mère et ses amis n'avaient pas compris non plus.
C'est pourquoi, après avoir vu ce film, je suis venue sur Internet pour trouver des explications.
Peut-être pourriez vous me les fournir et c'est bien ce que j'espère.
Je vous remercie d'avance de bien vouloir m'aider ...

Samuel a écrit le 29/06/2003 à 22h40.  Commentaire 1575, Visiteur 294
Comme je le disais plus haut, pour moi un film n'est pas à comprendre. Ce n'est pas un problème de math ! On le vit, on le ressent bien ou mal mais ce n'est pas une froide équation à résoudre.
Chacun a ses clés de lecture, ses pistes et ses niveaux d'interprétation, surtout pour un film comme SP, qui se veut très ambigu sur la frontière réalité-fantasme. Il y a donc une interpénétration entre ce que vivent et ce que rêvent les personnages. Ainsi la fin pourrait laisser supposer que la romancière a totalement imaginé l'histoire de la fille de son éditeur. Le film (sur)joue sur le fait que c'est une auteur de polars donc fatalement attirée par le mystère et les zones d'ombre.
Elle aurait pu créer complétement cette histoire de fille maudite et meurtière, hantée par un lourd secret. Ou pas ...

Nyaourt a écrit le 29/06/2003 à 23h04.  Commentaire 1576, Visiteur 907
Merci, c'est aussi ce à quoi nous avions pensé ...
Merci ...

Widdiny a écrit le 05/07/2003 à 13h32.  Commentaire 1638, Visiteur 940
Bonjour,

Pour ma part, j'ai aimé ce film, et surtout la réalisation. Une merveille!!! Par contre, je trouve aussi que l'histoire tombe dans le médiocre quand arrive cette histoire de meurtre, un peu comme un cheveu sur la soupe, on ne comprend pas bien ce que ca vient faire là dedans...
La fin est ma foi troublante... soit il y a plusieurs interprétation possible, soit je n'ai rien compris du tout! Mais en soi, cela ne me dérange pas, car j'ai surtout été impressionnée par cette merveille de réalisation. Les émotions sont parfaitement transmises au spectateur. (par exemple, la solitude lorsque charlotte rampling entre pour la 1ere fois dans la maison)...
Aimant beaucoup les films ambigus et assez étrange (j'adore mullholand drive de Lynch), je suis assez contente de celui là!!

Lulu a écrit le 13/07/2003 à 13h49.  Commentaire 1677, Visiteur 970
bonjour a tous
je trouve que ce film est une pure merveille etque les actrices jouent leur roles a la perfection.ce sont des films comme cela qu il faut et non pas des absurdités comme batman et compagnie !!!

Katerina a écrit le 16/07/2003 à 10h26.  Commentaire 1703, Visiteur 985
Moi j'ai trouve le film exceptionnel, il y a juste une question que je voudrais poser. La fille qui apparait a la fin du film comme la fille de John, c'est qui????????
Merci

Zaza a écrit le 16/07/2003 à 20h05.  Commentaire 1715, Visiteur 849
C'est la vrai fille de john! la question est plutôt la suivante : qui est la jeune fille incarné divinement par Ludivine? Je pense que c'est un personnage inventé par l'écrivain à partir d'une idée de son editeur qui a évoqué l'existence de sa fille au cours d'une conversation. Et c'est là que le réel et l'imaginaire se croisent et brouillent les pistes!
Si vous avez d'autres interprétations...

Mickael a écrit le 23/07/2003 à 15h15.  Commentaire 1831, Visiteur 1037
Je suis assez d'accord avec cette interprétation, la première chose que j'ai pensé est que cette julie n'est qu'une pure imagination de la romancière. Cependant, mon admiration pour François Ozon et le fait que ce film m'ait tenu en haleine pendant toute sa durée me poussent à croire qu'il pourrait y avoir une interprétation plus subtile, moins évidente...si au contraire l'explication est celle que nous pensons, je trouverais en effet la fin moins réussie que le reste du film, un peu rapide. Il faudrait avoir l'avis du réalisateur. La solution est peut-être qu'il n'y a pas réellement d'issue toute faite et que l'objectif d'Ozon est simplement de nous mettre le doute. Je dois dire que, dans mon cas, il a réussi! j'ai été réellement séduit! vivement le prochain ozon...

Amir a écrit le 29/07/2003 à 19h58.  Commentaire 2028, Visiteur 1066
I enjoyed the film immensly here in Washington, D.C. I am curious, who sings the diso "Do It?" in the dance scene? Can anyone e-mail me with the name? I want to add it to my large collection of dance music. I will mail a dance CD to whoever helps me! desperate...webmaster@slystone.com

Rochie a écrit le 22/08/2005 à 20h34.  Commentaire 14617, Visiteur 4230

Bonjour! je vous écrit depuis l'Argentine ayant a peine vu le film. J'ai absolument decidé de surfer la net entière pour savoir si c'était moi qui n'avait compris la fine ou bien je pouvais partager les differents interpretations avec des autres.
Merci bien, de m'avoir donné l'oportunité de lire vos impressions et avoir maintenant une vision plus claire, contactez moi si vous voulez, Rochie

Jaja et lna a écrit le 08/01/2006 à 22h37.  Commentaire 16403, Visiteur 4659
salut!
nous, on a trop adoré, surtout quadn Ludivine nage, cette impression de mystère et de surnaturel qui vient d'un truc pourtant si simple! pour la fin on pense qu'il s'agit plutôt de la cousine par alliance de marc, comme suggéré dans la troisième conversation entr les deux héroines, sachant bien sûr qu'il s'agissit peut-être d'une conversation imaginaire, qui sait?

Lol a écrit le 08/01/2006 à 22h40.  Commentaire 16404, Visiteur 4660
l'editeur a deux famille, une abandonnée en france, et une officielle en angleterre les deux filles on plus ou moins le meme nom (affaire courrante) à part qu'il à completement "oublié" l'existence de la fille francaise.

Jaja et lna a écrit le 08/01/2006 à 22h44.  Commentaire 16405, Visiteur 4659
Est ce que cette seconde famille ne serait pas celle du ténébreux Marc ? Ainsi que le laisse supposer la disposition des feuilles à la surface de l'eau. Moi, je sais pas, mais c'est quand même troublant... Mais je pense qu'une partie de la réponse se trouve dans l'histoire du foie gras. A suivre...

Laurent a écrit le 08/01/2006 à 22h57.  Commentaire 16406, Visiteur 4661
Pour arriver à une explication, il faut se rappeler la scène clé du film : Sarah, après avoir été invitée par son éditeur à profiter de sa maison de campagne, n’accepte pas tout de suite, mais rentre à la maison chez son vieux père. On la voit assise sur le rebord de la fenêtre en train de méditer. Alors il y a une coupure et l’on voit Sarah assise dans le train pour la France. En « réalité » Sarah ne va pas en France. Son séjour au Lubéron n’a lieu que dans son imagination. Elle nous présente une série de fantasmes. C’est une fiction dans la fiction, une espèce de rêve où les lois de la logique et de la vraisemblance sont mises hors fonction. Ce n’est qu’après avoir compris cet état de choses que le spectateur ne s’étonne plus d’entendre par la bouche de Julie que sa mère vit à Nice bien qu’il s’ache que celle-ci est morte dans un accident. De même, le fait que les deux femmes ne se débarrassent que très négligemment du cadavre de Franc assommé par Julie restera sans aucune conséquence dans cette seconde « réalité » imaginée.

Alors il se pose le question pourquoi Sarah agit de cette manière ou plutôt : pourquoi François Ozon fait agir Sarah ainsi. Sarah veut se venger de son éditeur John parce qu’elle est déçue et jalouse : déçue à cause du refus d’amour de la part de John et jalouse sur le plan professionnel parce que l’éditeur ne s’intéresse plus tellement à ses nouveaux projets, mais porte beaucoup d’attention à un jeune écrivain qui a du talent.

Rochie a écrit le 09/01/2006 à 16h17.  Commentaire 16410, Visiteur 4230
BONJOUR ET MERCI A TOUS POUR VOS MESSAGES!
DANS TOUT CE TEMPS J'AI EU L'OCASSION DE REVOIR LE FILM, ET CHAQUE FOIS J'HESITE PLUS QUANT A LA VRAIE INTERPRETATION.
POUR MOI LA FICTION ET LA REALITÉ COMMENCENT A SE MELANGER A PARTIR DU COUP TELEPHONIQUE QUE L'EDITEUR FAIT A SARAH OU LUI ANNONCE QU'IL NE POURRA PAS PASSER AUNCUNE TEMPS AVEC ELLE DANS LA MAISON. ALORS SARAH DANS SA SOLITUDE COMMENCE A TOUT IMAGINER, AUSSI GRACE A LA CONVERSATION QUELLE SOUTIEN AVEC SON PERE OU IL LE CONSEILLE DE NE RESTER PAS TROP SEULE.
CE DEUX CAS PUNTUELS SONT POUR MOI LE DEBUT, POUR COMEMNCER A IMAGINER QUELQUE PRESENCE DANS SON SEJOUR.
EXCUSEZ MOI POUR LES ERREURS! SOUVENEZ VOUS QUE JE SUIS ARGENTINE...
LA DERNIERE IMAGE AVEC LA SUPERPOSITION DES VISAGES ENTRE LES DEUX JULIE NOUS MONTRE QUE SARAH N'AVAIT NON PLUS EU L'OCASSION DE LA RENCONTRER VRAIMENT (C'EST POUR CELA QUE DANS L' EDITORIAL LA VRAIE JULIE NE LA RECONNAIT PAS)
C'EST UNE MANIÈRE AVEC LAQUELLE OZON NOUS MONTRE COMMENT SARAH DIT AU REVOIR A SON PERSONNAGE.
ETES VOUS D'ACCORD?

Sylvia a écrit le 06/02/2006 à 07h20.  Commentaire 16742, Visiteur 4750
Tout d'abord, je dois dire ke j'ai été étonnée de lire autant de mauvaises critiques sur un film qui, à mes yeux, represente un réel chef-d'oeuvre,que d'ailleurs tout le film retrancrit.Les personnages merveilleusement bien interprétés par Charlotte Rampling et Ludivine Saigner qui s'opposent en tout point constitue un pur fondement declencheur de toute l'intrigue.Le jeu des lumières, des contrastes, les procédés cinematographiques utilisés sont absolument splendides(le cou du mirroir...waaaaaah),et surtout tous les éléments symboliques que l'auteur suggère(la croix dans la chambre,la piscine nettoyée...)constituent toute la splendeur analytique du symbolisme du film.Mais comme Nyaourt,je n'ai que 16ans, ayant aussi vu le film en compagnie de toute ma famille,et n'ayant pas compris la fin du film(ce qui a engendré chez moi une grande frustration et déclenché tout un sujet de discution à la maison), je me suis précipitée sur internet pour trouver une reponse sur la vraie interpretation que l'on doit avoir du film.Je pencherais plutot sur la theorie selon laquelle l'auteur a immaginé Julie, personnage de son livre, et qui lui permet d'exalter une face cachée d'elle-même...mais je trouverais interressant de savoir ce que François Ozon dit de son propre film(qu'il m'explique s'il-vous-plaaaaiiit!!!)et de ce qu'il a réellement vous retranscrire par son oeuvre...

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites