Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de David Fincher
Pays d'origine USA
Durée 2h19
Sortie en France 10/11/1999
Sortie Mondiale
1999

Avec
Brad Pitt (Tyler Durden)
Edward Norton (Le narrateur)
Helena Bonham Carter (Marla)
Meat Loaf (Robert Paulson)
David Andrews (Thomas)
Rachel Singer (Chloe)

Scénario Jim Uhls
Musique The Dust Brothers
Production Regency Enterprises
Distribution UFD

Le DVD
Zone1

D'après le roman de:
Chuck Palahniuk




votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 5

Fight Club
 
Frappe-moi si tu m'aimes
 

18/08/2002
voir les images
Résumé :
Un cadre célibataire, obsédé par les meubles ikéa, est arrivé à un tournant de sa vie. Il aime à un tel point son propre travail (en gros il calcule le cota d'accident mortel qu'un modèle de voiture peut se permettre d'avoir avant d'être rappelé) qu'il n'a qu'un fantasme c'est de mourir dans un crash lors d'un de ses déplacements professionnels. Nous faisons sa connaissance alors qu'il plonge les pieds en avant dans la dépression et n'arrive plus à dormir depuis 6 mois. Il en est au point où seul les réunions de cancéreux et autres mourants arrivent à lui faire perdre tout espoir et donc dormir un peu mieux.

Au cours d'un de ses nombreux voyages en avion il rencontre le mystérieux Tyler Durden, un fabricant de savon qui ne trouve rien de mieux à faire que de lui expliquer comment créer un explosif maison avec du coca. Rentré chez lui, il découvre ses meubles adorés sur le trottoir et son concierge lui apprend que son appartement a explosé. Notre cadre dépressif, n'ayant pas plus d'amis que d'affaires sur lui (sa valise lui a été confisquée), va se faire héberger dans une immonde maison plus sinistre que celle de la famille Addams, par Tyler. Ce dernier va l'entraîner dans une joyeuse aventure anarchiste. A eux deux ils vont créer le Fight Club, où le but du jeu est de se taper dessus, sans distinctions sociales, histoire de lutter contre la castration morale des hommes.

Le narrateur libéré des pressions sociales ne jurera plus que par Tyler, gourou philosophe grand explorateur des travers de la société consommatrice d'âmes humaines. Ça dérappe méchamment quand il se rend compte que Tyler aime autant agir que parler, voir encore plus. Et vous me ferez plaisir en achetant la suite car la fin n'est pas racontable.

Ce que j'en pense

Quand je suis sortie du cinéma il m'a fallut m'asseoir pour reprendre mes esprits. Je n'arrivais pas à y croire, j'avais vu un chef d'œuvre non seulement visuel mais aussi philosophique. Ce film on l'adore ou on le déteste, je fais partie de ceux qui vénèrent ce film comme le film d'une génération. Parce que sous son apparence violente, ce film nous parle d'amour. Et si David Fincher prend le partie d'une mise en scène spectaculaire, il n'en éclipse pas pour autant le discours au contraire il le sert. Car rien n'est plus ordinaire qu'un type qui se sent tellement anonyme et seul qu'il n'a ni nom et ni personne pour en parler. Se taper dessus c'est le côté gentil du film, car le fond, le vrai discours du film est bien plus dérangeant que quelques coups de poings.

Fight Club est une révolution, dans le sens où le film porte un certain regard critique sur la société de consommation. Est-il sain pour nous de penser que le fantasme ultime de la perfection soit incarné par Brad Pitt ? Ainsi quand le scénariste écrit "les choses que vous possédez finissent par vous posséder", le réalisateur nous le démontre avec l'ameublement de l'appartement du narrateur, filmé comme un catalogue Ikéa. Nous voyons un monde aseptisé, enfermé dans du papier glacé. Est-il possible de vivre quand on travaille pour se payer une vie qu'on nous suggère à grand renfort de publicité remplie d'anorexiques et de mannequins retouchés par Photoshop (Clin d'œil à Beigbeder) ? Et si Ikéa est pris comme cible ce n'est pas par hasard. Fléau des temps modernes, certes sous la forme de lampes en papier recyclé, mais fléau quand même dans le sens où c'est la culture des apparences, fragiles, temporaires, voyantes, et périmables faites pour être perpétuellement remplacées.

Puis Tyler arrive avec ses discours rafraîchissants directs et efficaces, sa vision critique de la société nous semble juste, et quand les choses dérapent petit à petit, on ne peut déterminer le moment où nous avons eu tort de le suivre. Car tous les actes de révoltes contre la société semblent très sympathiques du moins au début. Nos hommes vont faire exploser les cafés franchisés, symbole de l'uniformisation et de la standardisation, (José aurait-il vu Fight Club ?) faire voler des pigeons sur de belles BMW, ou plus fort faire de faux braquages nommés "Human Sacrifice" pour redonner le goût de vivre aux victimes. Pour cela Tyler forme une armée de singes de l'espaces, en référence aux animaux sacrifiés pour la course à la lune. Et là on se rend compte que rien n'a changé: au lieu de gagner en liberté, les membres du Fight Club suivent Tyler Durden comme autrefois ils suivaient fidèlement le style Calvin Klein. La liberté est-elle une illusion ?

Le film nous balade sur un superbe ruban de Moebius (lesymbole de l'infini). Le principe de ce ruban est de nous donner l'impression d'avancer alors que nous retournons en fait sur nos pas. En effet, nous pensons changer d'horizons, nous échapper, mais nous nous retrouvons en face des mêmes problèmes sans en avoir résolu aucun. Et si le film est aussi fort c'est parce qu'il pose les base d'une réflexion sans prétendre avoir de solutions miracles. Il pointe les dangers de notre société tout en nous mettant en garde contre la folie de vouloir la changer par une idéologie si belle sur le papier.

Mais ce n'est pas le seul message que l'on pourrait en tirer malgré une image très sombre et un portrait ravageur de notre vie, il ne tient qu'à nous d'être heureux, et c'est bien sur cette note d'espoir que nous quittons le film. Le besoin d'amour surmonte et dépasse alors la rage contre la société, et tous ces combats prennent alors un sens, comme un grand cri à l'aide. Si tu m'aimes alors frappe-moi pour me prouver que je suis vivant, que je suis quelqu'un avec un nom.

Pour ne rien gâcher, la démonstration spectaculaire du réalisateur rend le discours encore plus accessible. Le film est un bon résumé de tous les procédés cinématographiques possibles pour illustrer un propos, cela va des fameuses images subliminales, aux regards caméra, en passant par les flash-backs, ou bien encore les plans recréés entièrement par ordinateur, sans oublier les mouvements de caméras à vous donner le vertige tellement c'est de la beauté à l'état pure. En conclusion quand le fond, égal à la forme, atteint un tel niveau (la perfection) peu importe son nombre de détracteurs, vous ne pourrez juger que par vous-même des influences que ce film aura sur votre façon de penser. Peut-être confirmera-t-il votre façon de voir le monde, peut-être qu'il vous fera changer d'avis. Mais ce film ne peut pas vous laisser indifférent. Vous ne pouvez passer à côté car ce film n'est pas standardisé, c'est un film unique dont on ne peut pas parler sans l'avoir vu (contrairement à d'autres daubes américaines). Je ne vous conseille pas ce film je vous l'ordonne. Il est de loin supérieur au sixième sens (avec Bruce Willis) et après l'avoir vu vous comprendrez pourquoi j'écris ça.


Les Bonus :

Attention ceci est une critique du DVD zone 1. Il est sensiblement pareil que le zone2, a quelques détails près. Donc si ce que j'écris est différent de ce que vous pouvez lire sur la jaquette du dvd français, ne m'envoyez pas de mails assassins…

Ce DVD a été tellement soigné que l'énumération des bonus me prendrait une page (trois pages Word pour être précis, "je vais quand même le faire, ...bonsoir"). Donc quelques petites remarques générales avant le grand huit: si tous les DVD étaient aussi soignés pour le même prix, j'arrêterais de dire du mal des studios, mais bon c'est pas demain la veille.

L'emballage est original, au lieu de nous fourguer l'habituelle boîte en plastique, nous avons eu droit à une belle boîte entre papier et plastic avec des illustrations en patchwork. On reconnaît bien, les consignes d'aéroport truquées, et les slogans de Tyler. Un mot sur le livret, géniale compilation de propos du staff technique que des critiques positives comme assassines, je lui décerne comme pour le reste un 20 /20. Techniquement, au niveau du bonus comme de la qualité de l'image ou du son (parfait pour embêter votre voisin avec le 5.1) ce DVD est parfait. Pour l'instant il n'a pas d'égal sauf peut-être MIB qui a l'air pas mal du moins dans sa version collector, et plus récemment Gladiator. En tout cas cette qualité est une marque de fabrique de David Fincher qui suit ses films jusqu'au bout, et je peux vous dire que le Seven zone1 regorge presque autant de bonus sur deux DVD lui aussi.


A)Premier DVD, "Edward Norton": film.

1) Le WARNING

Après les messages de copyrights du FBI, dans la même mise en page on peut lire, si on est très très rapide (car on ne peut pas faire pause !!!!)

"If you are reading this then this warning is for you. Every word you read of this useless fine print is an other second off your life. Don't you have other things to do? Is your life so empty that you honestly can't think of a better way to spend these moments? Or are you so impressed with authority that you give respect and credence to all who claim it? Do you read everything you're supposed to read? Do you think everything you're supposed to think? But what you're told you should want. Get out of your apartment. Meet a member of the opposite sex. Stop the excessive shopping and masturbation. Quit your job. Start a fight… Prove you're alive. If you don't claim your humanity you will become a statistic. You have been warned…. Tyler "

Ma traduction:

AVERTISSEMENT

"Si tu es en train de lire ce message, ceci est un avertissement pour toi. Chacun des mots que tu lis de cet inutile message c'est une autre seconde de ta vie qui s'en va. N'as-tu rien d'autre à faire ? Ta vie est-elle si vide que tu es sincèrement persuadé de n'avoir pas de meilleure manière d'utiliser ces moments ? Ou es-tu tant impressionné par les autorités que tu vies dans le respect et la foi de tous ceux qui s'en réclament ? Est-ce que tu lis tout ce que tu es supposé lire ? Est-ce que tu penses tout ce que tu es supposé penser ? Tu devrais vouloir ce que l'on te dit de vouloir. Sors de ton appartement. Rencontre un membre du sexe opposé. Arrête d'acheter n'importe quoi et de te masturber. Démissionne de ton travail. Commence un combat… Prouve que tu es en vie. Si tu ne proclames pas ton humanité, tu deviendras une statistique. Tu as été prevenu…. Tyler

2) The Smiley number 1 (flèche du haut au-dessus de spécial)

Liste du staff technique, encadré par Brad Pitt et Edward Norton portant un savon dans leur main, qui a réalisé le DVD.
Dans les remerciements spéciaux, nous apercevons un denommé "Rock Paper Scissors" qui a réalisé la bande d'annonce "les règles du fight club"


3) Menu

LECTURE : JE SUIS LE FILM DE JACK.
CHAPITRE : JE SUIS LA SELECTION DES CHAPITRES DE JACK
LANGUE : JE SUIS LA LANGUE ET LE SON DE JACK

* Anglais Dolby Surround.

* Anglais 5.1 Surround.

* Français Dolby Surround.

* Test du son Surround
Ce petit gadget vous permet de bien vérifier si vos enceintes fonctionnent bien.

Sous-titres : anglais, espagnol.

SPECIAL : JE SUIS LES COMMENTAIRES DE JACK.


* David Fincher.

* David Fincher, Brad Pitt, Edward Norton & Helena Bonham-Carter.
Ou plus exactement les garçons la majorité du temps et de temps en temps Helena. Je sais aussi que sur le zone deux il n'y a plus que cette piste mais elle est sous-titrée…Consolez-vous c'est la plus intéressante.

* Chuck Palahniuk et Jim Uhls.
L'écrivain et le scénariste.

* Alex McDowell (responsable du design (Las Vegas Parano), Jeff Cronenweth (directeur de la photographie sur Seven), Michael Kaplan (responsable des Costumes sur Seven etBlade Runner), & Kevin Haug (responsable des Effets Spéciaux)



B)Deuxième DVD, "Brad Pitt" : bonus. .......


Pas d'avertissement cette fois

Menu
EQUIPE :JE SUIS LE CASTING ET L'EQUIPE DE JACK
-Bios et filmographies de 18 personnes, se lisant pages par pages.

TRAVAIL : JE SUIS CE QU'IL Y A DERRIERE LES SCENES DE JACK
Une des parts les plus importantes et intéressantes du DVD avec usage intensif du multiangles, changeables en cours de lecture.

PRODUCTION


* Variation sur un générique

* 4 Angles

* 2 Bandes sonores

* 1 Version "making of'


* Scènes du vibromasseur à l'aéroport

* L'appartement de Jack

* La maison de Tyler "Paper street" (Construite pour le film !)

* Cabine de projection

* L'œuvre d'art dorée


Lors des scènes brutes, il y a parfois un petit écran qui apparaît pour montrer la scène finie, les sous-chapitres ne varient pas beaucoup


* 2 angles (possibilité de voir les deux en même temps)

* Les indications du réalisateur et la scène brut ou prévisualisée par ordinateur

* Le Storyboard de la scène


EFFETS SPECIAUX

Très instructif et pas ennuyeux, plus développé qu'un simple lapin blanc.

* Générique

* Catalogue Ikéa

* Cave arctique avec le pingouin

* Photogrammetrie
explosion cuisine, plan des bombes dans les immeubles, galaxie de
déchets


* Le fantasme de l'accident d'avion

* La scène de sexe

* L'accident de voiture

* Le tir du pistolet

* La chute des buildings


LA PREPARATION DU FILM

Il s'agit d'une séquence alternant des plans où l'on voit les acteurs se préparant, ou bien encore les discutions sur les petits détails du film
Choix des accessoires
Préparation des combats
Maquillage de Bob

PERDUE : JE SUIS LES SCENES INEDITES DE JACK

En tout, sept scènes en plus, pas toutes intéressantes mais accompagnées d'une explication du pourquoi elles ne sont pas dans le film.

PUBLICITE : JE SUIS LE MATERIEL PUBLICITAIRE DE JACK

Toutes les bandes d'annonces possibles et inimaginables ainsi que le clip des Dust Brothers (assez speed par ailleurs). Mes bandes d'annonces préférées étant celles d'internet et les annonces concernants les avertissements d'usage (phones portables et issues de secours). Sinon c'est assez répétitif. Par contre le kit de presse est marrant. Les mecs du marketing se sont lâchés un peu entre les affiches publicitaires trashs et ce que les journalistes ont reçus. Tout ça change du dossier de presse formaté. En effet il parodie le ton télé-achat et propose de vendre un peu près tout et très cher.
Le second degré est quelque chose que les journalistes ne connaissent pas vraiment puisque certains ont traité Fincher de nazi, à cause de l'anecdote du savon. Hélas quand faudra-t-il qu'on arrête de rappeler aux critiques de prendre leurs cerveaux sur eux quand ils vont voir un film ? Si vous avez réellement vule film (attention aux simulateurs) et que vous pensez toujours que Fincher est un nazi, je suis votre homme pour un débat !

2.Smiley numéro 2 (flèche du bas après la galerie promotion)

il s'agit d'une espèce de catalogue parodique où divers objets sont "vendus', par exemple le t-shirt est vendu 40$ (280F, 42,70euros). Les commentaires sont du style "achetez le t-shirt fait main par un petit mexicain de sept ans"

ART : JE SUIS LA GALERIE DE PHOTO DE JACK

Des centaines de photos sur tous les sujets abordés et le Storyboard complet.
Je trouve cette partie un peu ennuyeuse et difficile à manipuler. A réserver aux fans les plus hard. Mais si vous vous intéressez aux coulisses ce bonus est pour vous.


.::Anne
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Leopard a écrit le 17/11/2001 à 10h44.  Commentaire 248, Visiteur 152
Trop fort ce site ! Z avez vu la qualité de cette critique ? Z avez vu tous les bonus qui nous foutent pour fight club ? Waaaaaah !

Séb a écrit le 01/12/2001 à 22h03.  Commentaire 249, Visiteur 153
Ce film est une pure merveille, le rythme est incroyable, le scénario impécable, non, je crois qu'il n'y a rien à dire!
Une chose à signaler est que la Bande Originale du film est à l'image du film: exceptionnelle... à écouter d'urgences.

Alex a écrit le 25/04/2002 à 15h58.  Commentaire 250, Visiteur 154
Salut,

Ce Fight-club, je l'ai vu au moins 30 fois. Je crois bien que, pour moi, c'est le film qui résume par excellence notre génération (j'ai 25 ans). Merci pour ce résumé qui m'ouvre encore un peu plus les yeux sur ce film. J'ai bien tout analysé dans ce film, l'auto-destruction, le lien père-représentation de dieu, etc. mais je n'avais pas remarqué le lien Tyler Durden-Calvin Klein qui pour finir endoctrine tout autant ces disciples. Peut-être que vous avez vu, mais à tout hasard si vous n'avez pas fait attention: plusieurs fois quand Edward Norton commence à pèter les plombs, Tyler Durden apparaît une dixième de seconde, par exemple quand il demande au médecin de lui prescrire des médic. pour dormir ou quand il est vers la photocopieuse. Et tout à la fin du film quand les tours s'effondrent, repassez au ralenti les images, y'a une image inhabituelle qui y est glissée (oeuvre de Durden).
Séb tu parlais de la BO, je la cherche désespérement: si tu l'as pourrais-tu me la passer?? Merci d'avance.

Et encore merci pour ces commentaires super pertinent, ton site est vraiment excellent.

A bientot.
Alex.

JL a écrit le 02/12/2002 à 16h13.  Commentaire 251, Visiteur 155
je trouve que tout ceux qui comprendront ce film à sa juste valeurs auront déjà évolué vers une génération plus vraie!!! C'est un véritable chef-d'oeuvre du cinéma américain qui mérite une attention particulière!

Tyler Durden a écrit le 12/01/2003 à 23h14.  Commentaire 109, Visiteur 44
Alors là chapeau! C'est Le commentaire que le film méritait! Il est vraiment jugé à sa juste valeur: un film psychologique qui remet beaucoup de choses en question et qui fait réfléchir sur ce que nous somme réellement dans cette société.

Seba a écrit le 28/09/2003 à 16h00.  Commentaire 2884, Visiteur 1287
Se film est vraiment trop cool.
S est le meilleur film que j ai jamais vu. S est la qu on compren se qu est 1 mega film.
je lui donne 200/100

Jayann77 a écrit le 18/11/2003 à 21h35.  Commentaire 3525, Visiteur 1571
un film coups de poings...souvent critiquer par son extreme violence.
ce film fait parti de ma vie,et je trouve qu'il est interpreté par d'exellent acteurs.par contre j'ai étè décu par la reaction de brad pitt,qui pour lui n'est q'un film a humour noire a regarder au 2° degré...
remarquez l'incontestable musique "where's my mind" du groupe pixies au générique final....
je conseil a tous les fans du film de lire le sublime roman de Chuck Palaniuk.

Juldraven a écrit le 18/05/2004 à 02h15.  Commentaire 6606, Visiteur 2593
film excellent et surprenant par sa fin,tres bon,encore merci!!!

Raaaaph a écrit le 08/02/2005 à 12h54.  Commentaire 10627, Visiteur 3606
Personne ne parle des images subliminales qu'on peut apercevoir tout au long du film ?

Norton694 a écrit le 27/08/2005 à 12h02.  Commentaire 14822, Visiteur 4244
c'est mon film culte, le film du siècle. Tant point de vue artistique que technique. En cette période où le commercial, l'argent prime sur le talent, ce film redonne l'espoir...Il ne peut laisser indifférent. Beni soit ce Fincher!!!! La BO est exceptionnelle surtout la musique de fin (Where is my mind des Pixies) est détonnante ça fout des frissons... j'adore!!!!

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites