Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Larry Clark et Edward Lachman
Pays d'origine E-U/NL/F
Durée 95'
Sortie en France 08/10/2003

Avec
Adam Chubbuck (Ken Park)
James Ranson (Tate)
Tiffany Limos (Peaches)
Stephen Jasso (Claude)
James Bullard (Shawn)
Shanie Calahan (Hannah)
Eddie Daniels (la mère de Shawn)
Bill Fagerbakke (Bob)
Patricia Pace (La grand-mère de Tate)
Amanda Plummer (la mère de Claude)

Scénario Harmony Korine
Musique Matt Clark
Production Kees Kasander et J-L Piel
Distribution PanEuropéenne





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Ken Park
 
 

19/10/2003
voir les images
J’avais beaucoup aimé « Kids ». Je l’avais découvert quand j’étudiais à Newcastle, dans un petit ciné de quartier. A l’époque, on disait que c’était le film « qui avait choqué Madonna », et en effet il y avait de quoi. Mais surtout c’était une réflexion pleine de sagacité (en même temps qu’une critique au vitriol) et de constats dérangeants sur le sexe chez les adolescents, ainsi que la manière dont l’âge de l’inconscience rencontrait celui des premières expériences. Et surtout, il présageait la manière dont le sexe se fait, de plus en plus jeune, sans repère ni raison et sans aucun discernement.

En ce sens, Ken Park est le juste dérivé de « Kids ». En effet, le film est trivial et largement plus voyeur en terme de scènes de cul. Je n’avais jamais vu de démonstrations aussi explicites, et ce n’est pas tant que j’ai été choqué de cette crudité (pas mal excité même) que je n’ai plutôt pas compris son intérêt, étant donné que ce n’était pas le prétexte à un trait de scénario mais la simple mise en abîme d’une série de faits.

L’histoire tourne autour d’une bande de jeunes de Californie qui se font littéralement chier, sont complètement en inversion de phase avec leurs parents, et cherchent à tout prix à passer le temps. Il y a donc plusieurs portraits qui se succèdent, et le film démarre par le suicide assez spectaculaire et gore de l’un d’entre eux. Cette mort est le prétexte à une séries de présentations des personnages dans leurs familles et environnements. Ils sont tous plus déstructurés et paumés les uns que les autres, les enfants vivant les affres de l’adolescence, et les parents sont engoncés dans leurs vies moroses. L’un des ados se tape la fille et la mère, tandis que le second ne supporte plus ses parents et expérimente le gasping en se branlant (une scène assez space… on le voit se branler et éjaculer tout en s’étranglant pour avoir une meilleure jouissance), il finit par assassiner ses grand-parents parce qu’il ne les supporte plus, une autre a un père catho intégriste complètement taré etc.

J’ai été un peu déçu par cette manière de montrer un environnement et des situations vraiment extrêmes et rien d’autre, ainsi que par les scènes de sexe qui ne débouchent sur rien de spécial dans le film (même si dans la réalité c’est assez plausible). En fait je m’attendais à un scénario mieux construit, et j’ai seulement vu un défilement de jeunes gens perdus et écartelés, qui baisent et c’est tout. Du coup, quel est vraiment l’intérêt de cela ? Et la surenchère dans le suicide du début et le crime des grand-parents ?! Vraiment, j’ai eu du mal à suivre.

Je ne peux pas dire que c’était complètement nul ou bien que je n’ai pas été sensible aux personnages, mais je ne vois pas où il veut en venir. Et finalement, ce qui m’a plu c’est que les mecs étaient plutôt bien montés, qu’on voyait leurs bites, que les scènes de cul (hétéros) étaient plutôt bandantes, et que le plan à trois de l’affiche est aussi beau que la photo (une scène vraiment très sensuelle, à la fois tendre et sexuelle…). Est-ce que c’était le but du film ? Non quand même pas ? Ou alors, j’ai raté le coche. Ouai ça doit être ça.


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Samuel a écrit le 18/10/2003 à 12h18.  Commentaire 3080, Visiteur 1384
Oui, je suis plutôt d'accord avec toi. Lary Clark est vraiment un cinéaste très surestimé, à mon avis. Certaines scènes sont intéressantes, prises de façon autonome mais l'ensemble ne fonctionne pas. J'ai eu l'impression d'une vaine juxtaposition. On comprend vite son dispositif, donc on s'attend à un effet choc dans la séquence à venir. Du coup, ces effets se désactivent progressivement. Il y avait mieux à faire pour montrer le malaise adolescent et la désagrégation de la cellule familiale.
J’avais nettement préféré « Another day in paradise » du même Clack, film plus tenu, plus maîtrisé, plus classique si l’on veut, mais plus fort au final.

Alfonce a écrit le 27/10/2003 à 20h18.  Commentaire 3198, Visiteur 1440
Sans doûte dois-je être très vieux et bien blasé.... Ce film est inexistant. Un adolescent se scuicide. Un autre se tappe la mère de sa copine avec une prédilection pour un nettoyage de clitoris. Un autre se branle avec adresse - rigolote fin de plan !!! - et un peu plus tard il tue ses grand-parents. Une voue un respect à son père qui a perdu sa femme (et donc sa mère) tout en se tappant son copain en voulant l'accrocher (trippe sado ?!? ) mais, drâme.... son papa rentre du cimetière et les découvre. Dieu arrive par la Bible...
C'est pas du cinéma, c'est rien.
Un hômme pisse en buvant de la bière. A propos, pourquoi Clark n'a-t-il pas filmé une femme déféquant mangeant un gateau au chocolat ? Cela aurait-été très symbolique.... Le cycle de la vie, l'éternel retour au même....
En plus, aucun lien entre les personnages, et aucune histoire.
Je ne suis pas choqué, je me suis ennuyé, j'ai pas été excité, j'ai pas bandé, et j'ai failli sortir de la salle.
Pour les critiques qui aiment ce film, je leur conseille une vraie bonne branlette devant un vrai bon porno et qu'ils cessent de se toucher.... les neurones.... Leur maman n'est plus là pour leur interdire de se toucher.
Alfonce

Casaploum a écrit le 17/11/2003 à 18h08.  Commentaire 3520, Visiteur 1567
Sans vouloir être méprisant, il me semble que vous n'avez rien compris et êtes passés à côté du film. On peut aimer ou ne pas aimer mais le propos est clair : on ne choisit pas sa famille mais on peut choisir ses amis et son mode de vie. Maintenant, que l'on aime ou pas le style Larry Clark, sa crudité, sa représentation objective du réel et de l'amour, c'est une autre paire de manches ! Le film est brillant, maitrisé de bout en bout, dérangeant, poétique, paradoxal et contradictoire. Expérience concluante : conseillez le film à des amis, réunissez-les et entamez une conversation puis faites la même chose avec, je sais pas, Desperados 2 ou autre, vous verrez (d'accord je prends les extrêmes, mais essayez quand même, vous verrez).

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites