Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Clint Eastwood
Pays d'origine Etats-Unis
Durée 2h17
Sortie en France 15/10/2003

Avec
Sean Penn (Jimmy Markum)
Kevin Bacon (Sean Devine)
Tim Robbins (Dave Boyle)
Laurence Fishburne (Whitey Powers)
Marcia Gay Harden (Celeste Boyle)
Laura Linney (Annabeth Markum)

Scénario Brian Helgeland
Musique Clint Eastwood
Production Clint Eastwood, Judie Hoyt et Robert Lorenz
Distribution Warner Bros. France, France





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Mystic river
 
 

25/11/2003
voir les images
Le film débute et s’achève sur cette même vision qui à la fois explique, initie et conclut l’intrigue. Une dalle de béton avec des noms gravés dans le ciment frais, une connerie de trois mômes, trois copains de l’époque. On lit JIMMY, SEAN et DA pour Dave. Ce dernier étant incomplet car Dave a été enlevé puis séquestré par deux hommes qui, en se faisant passer pour des flics, l’admonestent et le font entrer dans sa voiture sous le regards ébahis mais résignés des deux autres compères. Dave s’échappe 4 jours après, 4 jours de sévices qui le marquent à jamais et qu’il tente d’oublier pour continuer à vivre.

Toujours la dalle de béton, toujours ces noms, toujours ce nom incomplet, et les trois amis des années plus tard, Sean Penn (Jimmy) est plus ou moins voyou et ex-taulard, Kevin Bacon (Sean) est un flic de la criminelle qui vient de se faire larguer, tandis que Dave (Tim Robbins) s’est marié et a eu un enfant. Le drame retentit et la machination infernale se (re)met en route lorsque la fille de Jimmy est retrouvée assassinée, et un faisceau de soupçons tendent à incriminer Dave.

Ce film est un des meilleurs opus de Clint Eastwood, autant dans la réalisation que dans la direction d’acteur. Mais il est aussi terriblement bien servi par une brochette d’acteurs qui fait des merveilles, Sean Penn, Kevin Bacon et Tim Robbins rivalisent en excellence dans ce film délicat. Les seconds rôles tenus par Laurence Fishburne et Marcia Gay Harden (déjà formidable épouse de Pollock) ne sont pas en reste dans cette pléiade de talentueux comédiens. Et puis simplement et terriblement, l’intrigue est excellente. On est engoncé dans un présent qui suinte des traumatismes du passé, un présent où l’amitié qui lie les protagonistes n’est plus qu’une mascarade avec une même excoriation morale : ce qui est arrivé à Dave et le sentiment de culpabilité qui en découle. On suit donc l’évolution des trois personnages tout au long du film, où se révèlent leurs peurs, leurs faiblesses et leurs singularités.

Les rebondissements du film en font un excellent thriller avec notamment cette culpabilité qui passe de suspects en suspects, et dans le fond on a une peinture pleine d’acuité de la violence urbaine et de ce milieu populaire de Boston. Enfin, j’ai été particulièrement marqué par le jeu de Tim Robbins qui est la victime ultime du film, celle qui souffre depuis le commencement et qui n’est jamais vraiment sorti de son cauchemar. La manière dont il se projette en tant que gamin, poursuivis par des loups dangereux, et l’exposé de son psychisme perturbé et de ses angoisses sont brillamment décrits et mis en scène. Comme si dès le début du film, le sort s’était abattu sur ce gamin, comme si ce meurtre devait lui retomber dessus par le plus malheureux des hasards. Un film écorché vif, brutal et angoissant sur la fatalité, où un des derniers plans remontre ce pavé de ciment avec ces noms, et ce dernier nom jamais achevé.

A lire aussi, la critique de mon aquoiboniste favori…

PS : Un bémol technique qui m’a vraiment choqué : quand Sean Penn vient voir sa fille à la morgue des pompes funèbres, il lui pose une robe sur elle. Alors on voit la robe qui se soulève au rythme de respiration de la fille… pas top crédible donc…


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Sophie a écrit le 29/10/2003 à 09h27.  Commentaire 3230, Visiteur 48
Je suis d'accord avec la plupart de tes commentaires sur le film. Néanmoins, je ne le trouve par résolument pessimiste, ni en lui-meme, ni au regard, par exemple, d'un film comme the Pledge, où aucune lueur d'espoir ne contrebalance le drame. Cela dit j'aimerais aussi une petit précision : qu'appelles-tu l"'histoire moderne" du ciné US ?
Cordialement

Samuel a écrit le 29/10/2003 à 10h36.  Commentaire 3231, Visiteur 1384
Je trouve le film très pessimiste car personne n'en sort indemne. "Tous coupables" semble nous dire Eastwood, même les victimes. Le drame de leur enfance les plonge dans une sorte d'engrenage qui rongera leur vie entière, d'une manière ou d'une autre.
Je trouve très forte la fin, effectivement, ils sont montés tous les trois dans la voiture. Et que dire de la géniale scène de la parade ? Sean sait tout bien sûr, Jimmy sait qu'il sait.
Et puis le pessimisme du film, c'est aussi sa vision très noire de l'Amérique. Ce pays paie et paiera son édification douloureuse. Trop facile de se croire innocent et de vouloir oublier, il faut rendre des comptes. Ce pays s'est bâti sur la violence et cette violence déborde aujourd'hui, en faisant exploser le couvercle de la bonne conscience.
Quant à l'histoire moderne du cinéma américain, elle commence à mon sens, à partir du Nouvel Hollywood (début des 70's), avec la génération des De Palma, Coppola, Scorsese. Après, un creux pendant les années 60, le cinéma américain retrouve la grande forme et son rôle de locomotive.
Depuis trente ans, peu de cinéastes américains ont su combiner efficacité commerciale et réussite artistique comme Eastwood. Sa filmographie devient très impressionnante et très dense au fil du temps. On peut comparer avec la constance de W. Allen mais celui-ci ne fait pas partie de cette économie des grands studios.

Jim a écrit le 12/11/2003 à 15h23.  Commentaire 3482, Visiteur 1547
Entrez votre commentaires ici !

Jim a écrit le 12/11/2003 à 15h26.  Commentaire 3483, Visiteur 1547
Le scénario du film est génial ainsi que Sean Penn, selon moi c'est incontestablement un film oscarisable.

Samuel a écrit le 12/11/2003 à 17h54.  Commentaire 3486, Visiteur 1384
Oui, enfin, "oscarisable" n'est pas franchement un compliment. Quand on voit les films primés et ceux qui ne le sont pas, on prend peur ...
Si Sean Penn est récompensé, j'espère que ce ne sera pas pour la plus belle grimace de douleur mais pour toute la complexité de sa composition.

Marco a écrit le 15/11/2003 à 18h05.  Commentaire 3503, Visiteur 1558
Une bouffée d'oxygene malgré la chape de plomb emotionnelle tout au long du film .Deux heures intenses
une réconciliation avec le cinéma quand on subit la médiocrité ambiante(notamment la soi disant exception
francaise).La noirceur ,le suspens ,l'intigue,l'excellente prestation des acteurs,les dits les non-dits ,la subtilité ,tout y est.A voir à revoir.

Ran a écrit le 11/02/2006 à 10h49.  Commentaire 16799, Visiteur 4766
Bonjour ! Je dois préparer un travail sur les thèmes principaux du livre Mystic River. Quelqu'un pourrait il me donner son avis sur les thèmes fort du livres, soit les relations entre les couples dans le livre, la revanche etc. Merci d'avance!

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites