Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Sofia Coppola
Pays d'origine USA
Durée 1h42
Sortie en France 07/01/2004

Avec
Bill Murray (Bob Harris)
Scarlett Johansson (Charlotte)
Giovanni Ribisi (John)
Anna Faris (Kelly)
Akimitsu Naruyama (Akiko Takeshita)

Scénario Sofia Coppola
Musique Brian Reitzell et Kevin Shields
Production Sofia Coppola
Distribution Pathé Distribution





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Lost in translation
 
 

12/01/2004
voir les images
Je suis assez circonspect sur ce film, mais je crois c’est avant tout lié au fait que je m’attendais à autre chose. Il y a certains aspects qui m’ont beaucoup plus et amusés, et d’autres qui m’ont plutôt agacés. A voir la bande-annonce, j’avais d’abord pensé que le film irait volontairement dans la caricature pour faire rire, et que les deux protagonistes se mettraient d’accord pour s’enfuir de la ville, donnant lieu à quelques scènes burlesques. En fait, je me trompais carrément.

Bill Murray est un acteur qui vient au Japon pour une semaine afin d’y tourner une pub pour un whisky. Il y fait la rencontre de Scarlett Johansson (ça y est je me souviens, c’est la gamine de « l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux ») qui est aussi seule et perdue que lui dans cette ville. Elle a beau accompagner son mari photographe, et tenter de visiter les environs, elle est seule et prostrée par cette ville qui ne lui apporte qu’ennui et vacuité. Lui est irrémédiablement seul et incompris, à la fois par les japonais (avec des scènes d’incompréhension assez cocasses) et aussi par sa femme, restée aux US.

Sofia Coppola excelle à filmer la solitude et l’incommunicabilité dans cette ville de néons fluo et de suractivité qu’est Tokyo. J’ai beaucoup aimé les mouvements de sa caméra et son rapport aux comédiens, ainsi que les détails des plans. Le film est aussi réussi que « Virgin Suicides » sur le plan esthétique et musical, c’est un petit bijou de sensibilité et de langueur urbaine.

Néanmoins, j’ai été rebuté par la caricature exacerbée des japonais, et un fait en particulier. En effet, les personnages ont l’air de s’étonner qu’on leur parle en japonais et que les gens ne comprennent pas l’anglais. Cela m’a étonné que Sofia Coppola ait adopté un tel traitement interculturel. Je comprends la détresse, l’angoisse et l’extrême solitude générées par l’incommunicabilité qui engonce les héros, et c’est même souvent assez drôle dans le film, mais cela a fini par m’exaspérer de voir qu’on ne sortait pas trop du cliché. Et comme elle n’a pas non plus abordé en détail les intrigues des deux personnages (seulement une ébauche de désordres familiaux et relationnels), je suis resté sur ma faim, et n’ai pas compris le fin mot de l’histoire. Donc je suis un peu frustré de ce film qui présageait beaucoup de plaisirs, et qui finalement a eu, pour moi, l’effet d’un pétard mouillé.


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Clara a écrit le 15/01/2004 à 17h51.  Commentaire 4215, Visiteur 1451
J'ai adoré, donc petit décalage par rapport au commentaire de Jean, Bill Murray (à voir et à revoir, dans unjour sans fin), est drôle du début à la fin , sans même chercher à l'être. C'est cette incomprehension et ce décallage entre la culture Japonaise et la nôtre , occidentale qui crée l'effet comique, il y a incomprehension ttotale et on se bidonne. Bien sûr le film n'est pas que drôle, il parle effectivement de cette perte de sens dans un monde de consommation, et ça, bien sûr ça nous touche tous (normalement). On se rend tous bien compte à quel point la société est comme ça. Et c'est la rencontre entre un quinquagénaire en pleine crise de la cinquantaine et une jeune fille , qui invite à la rencontre entre deux solitudes, , c'est la rencontre entre deux insomniques..., bref c'est LA rencontre!!Bref c'est aussi personnel car ayant bcp voyagé, j'ai souvent ressenti c'est moment de solitudes, loin de nos repères familiers... Oui un monde sans repères!!

Lychen a écrit le 29/01/2004 à 01h17.  Commentaire 4363, Visiteur 1961
Film mal vendu, mauvaise communication???
franchement j'ai vu nul part que ce film etait vendu comme une comedie de base, et si meme c'etait le cas, comment peut on imaginer sofia coppola se lancer dans un film comique bateau.
Personnellement, ce film sera selon moi, l'un des tout meilleur de l'année 2004. C'est un film envoutant, drole, charmant avec deux comediens excellents!
Sofia coppola nous fait entrer dans un univers dépaysant et dans une ambiance delicieuse qui ne pourra malheureusement jamais etre aussi bien rendu sur nos ecrans télé que dans les salles obscures!
2003 etait une année cine assez moyenne, 2004 commence magnifiquement bien avec le meilleur film ciné que j'ai pu voir depuis la sortie du chateau dans le ciel.

Clara a écrit le 29/01/2004 à 17h59.  Commentaire 4367, Visiteur 1451
je voudrais juste avoir l'avis de gens à ce sujet: certains critiques de film disent que c'est un film xénophobe car il ridiculise la société japonaise. Prenant en compte cette remarque, je me suis dit que le côté que S.C. 'critiquait' était justement tt le côté de la sté japonaise qui copie les américains. Elle a également bien mis en image d'autres côtés; l'ikébana ( art floral japonais) et les fameux jardins japonais. Aucune société n'est parfaite , elle en a montré les travers. Ce qu'elle a dépend c'est l'ennuie, et j'ose m'imaginer qu'à la place de Bill Murray , je me serais aussi ennuyer. Même en faisant des effort leur cultures est à des années lumières de la nôtre, c'est un fait.

Keyser31 a écrit le 05/02/2004 à 09h12.  Commentaire 4430, Visiteur 1987
Franchement, j'ai trouvé ce film exceptionnel.

Rarement un film ne m'a donné autant d'émotions. C'est vrai que le sujet du film (la rencontre de deux êtres souffrant du jet-lag, perdus à la fois dans leur vie et dans ce pays dont ils ne connaissent ni la langue ni les traditions) exigeait un rythme lent plongeant le spectateur dans un même étât vaporeux presque aérien.

Effectivement, le caractère "comique" du film est bien présent (et on rit d'ailleurs souvent) mais il est pour moi secondaire. Il ne s'agit en aucun cas d'un film comique tel qu'on l'entend habituellement et les personnes qui se déplaceraient pour voir un tel film seront surpris.

La réussite incontestable de ce film est d'être parvenu à rendre attachant ce couple improbable que tout oppose au premier abord excepté leurs incertitudes sur leur avenir (doivent-ils tout plaquer et changer de vie ?)et leur passé (ont-ils pris les bonnes décisions ?).

Parallèlement, le spectateur se trouve également devant une incertitude : celle de la nature même de leurs sentiments l'un envers l'autre et leur évolution tout au long du film (s'agit-il d'une relation père-fille, s'agit-il d'amitié, s'agit-il d'amour ?).

L'intelligence de Sofia Coppola est de ne laisser au spectateur que peu d'indices, ces derniers étant d'ailleurs diffilement interprétables (que veulent dire ces silences lorsqu'ils se regardent mutuellement, cette tête posée sur une épaule, ce baiser posé "pas-tout-à-fait-sur-la-joue- pas-tout-fait-sur-les-lèvres" ?). Jusqu'à la dernière scène du film très réussie -et que je ne dévoilerais pas- qui laisse place à l'imagination du spectateur.

Bill Murray est vraiment incroyable dans ce rôle. Rien que pour sa prestaion, il faut aller voir ce film.
Pourquoi pas 3 fois comme moi ...

Michel a écrit le 11/02/2004 à 20h58.  Commentaire 4504, Visiteur 2021
J'avais le choix entre la grosse artillerie ou attendre "le" bon film. J'ai bien fait d'attendre Je n'ai pas aimé, j'ai adoré.
Cest fin, pudique, remarquablement interprété, spirituel et, de plus, ça donne aussi à réfléchir… sur les rapports humains, l'arrivisme, le désenchantement, le respect de l'autre, le mariage, l'amour, l'amitié, la façon d'aborder l'étranger. Bref… un film fait par une américaine qui n'a rien à voir avec les beaufs américains de base et tous les beaufs de la création.
Dois-je dire aussi que c'est d'un comique absolument irrésistible tout en étant d'une grande tendresse.
Je pourrais le recommander pour un tas de raisons, mais la scène finale est à elle seule une intense jubilation, mais il y a des tas de gens qui n'ont pas compris. Ils avaient dû se tromper de salle je présume…

Aud. a écrit le 02/03/2004 à 17h14.  Commentaire 4776, Visiteur 2155
Comment peut-on écrire de telles banalités et stupidités sur Lost in Translation? Comment prétendre qu'on s'attend à une comédie? J'ai plutôt été surprise de rire personnellement !

Pourquoi voir une critique de notre société de consommation quand on peut simplement évoqué l'émotion ?

Monsieur Jean, n'avez-vous donc rien ressenti? N'avez-vous pas été envoûté ? Ne repensez-vous pas tous les jours à ce film? A cette scène finale qui a fait couler de grosses larmes sur mes joues, larmes d'émotion pure?

Vous parlez de spiritualité mais vous êtes étranger à la grâce.

Pélerin a écrit le 06/03/2004 à 10h56.  Commentaire 4809, Visiteur 1016
Comme la plupart des autres personne qui ont réagi, j'ai apprécié ce film (pour ne pas dire plus). Quant à la critique tout en haut, il faudrait pouvoir effectuer une critique du film, distincte d'une critique de la promotion. Le critique doit guider l'amateur de cinéma sans pour autant défleurer le sujet et tout en donnant un avant-goût de ce qu'est le film au spectateur potentiel. Ce n'est pas le cas ici, et c'est donc une critique complètement ratée (car d'avis totalement contraire à toutes les réactions postées sur cette page).
Quant à la xénophobie, il n'y en a pas du tout (ceux qui écrivent ca n'ont jamais été à Tokyo). Sofia Coppola y a mis les impressions qu'elle a ressenti quand elle a séjourné là-bas. Il faut savoir que quand on est occidental et qu'on est à Tokyo, sortir de son hôtel est une aventure en soit. On ne comprend rien à ce qui est écrit et presque personne ne parle l'anglais. Il faut donc retenir par coeur le chemin pour retourner à son hôtel. Cet aspect des choses n'est pas directement montré ici, mais la perte de repère est là... et merveilleusement là. Ceux qui voyagent s'y retrouvent. Ceux qui ne sortent jamais de chez eux, pas. Je pense qu'on voit ici tout le décalage entre ceux qui ont soif de découvertes et ceux qui aiment vivre dans leurs pantoufles avec leurs DVD.
Désolé, mais il y a des choses qui m'énervent un peu. Et ce film est un des rares événements qui m'a réjoui.

Oli a écrit le 08/03/2004 à 09h30.  Commentaire 4866, Visiteur 355
"Le critique doit guider l'amateur de cinéma sans pour autant défleurer le sujet et tout en donnant un avant-goût de ce qu'est le film au spectateur potentiel. "
C'est écrit dans quel texte de loi? D'où vient cette règle?? La fonction du texte de Jean est de faire partager son impression, pas d'obéir à une règle très discutable et qui n'est pas de lui.

"c'est donc une critique complètement ratée (car d'avis totalement contraire à toutes les réactions postées sur cette page).
"
Des critiques qui ne sont pas d'accord avec des gens, il n'y a que ça. Serge Kaganski, des Inrocks, est souvent en désaccord avec ses lecteurs (cf sa critique d'Amélie Poulain, pour un cas extrême). Est-ce qu'il faut lui interdire de faire des critiques pour autant?

Désolé, mais je trouve cette vision des choses très, trop fermée, la critique est quelque chose de personnel qui n'a pas à être justifié a posteriori par l'opinion de ceux qui la lisent. (cas concret: mon article sur American Life, de Madonna, est en complet désaccord avec 90% des commentaires, alors que la suite des événements m'a donné raison)

Pélerin a écrit le 08/03/2004 à 10h55.  Commentaire 4868, Visiteur 1016
Salut Oli,

Sur chacun des points que tu évoques, tu as tout a fait raison. Il n'y a pas de règle, il n'y a pas d'obligation non plus. Chacun est libre de son avis. Mais ce cher Jean me donne l'impression d'être passé à côté de son sujet (il a visiblement été mal aiguillé par la pub faite en France).
Et quand tu écris "... la suite des événements m'a donné raison". Voilà ce que je pense : on se fout pas mal de qui a raison. L'essentiel est d'avoir du plaisir à regarder un film ou entendre une musique. J'ai éprouvé beaucoup de plaisir à regarder Lost in Translation. Mon commentaire se voulait marqué pour faire face à un titre comme "Ennuyeux et pourtant" et une critique qui me semblait passer à côté du sujet (là, je me répète) (c'est d'ailleurs plus pour ca que je trouve la critique ratée; il y a des tas de films très mauvais qui trouvent leur public et les critiques ont raison de les démolir).

Jean a raison de donner son avis. On est là pour le lire.
Moi aussi j'ai mon avis. Et les autres ont le leur.

Si j'ai t'ai énervé Oli, ce n'est pas grave. Moi aussi j'ai été énervé en lisant Jean. Et je suis certain qu'on est tous d'accord sur un tas d'autres films :-)

Clara a écrit le 08/03/2004 à 11h23.  Commentaire 4869, Visiteur 1451
Nous dirons donc que certains points de la critique de Jean sont discutables, mais pas ratés.Anecdote: je vais souvent voir des films avec une amie qui a souvent (mais pas tjrs) un avis contraire au mien. Pourquoi? par masochisme? Non, il me semble qu'il est extrêmement enrichissant de discuter d'un film quand on est pas d'accord.... Mais la frustration est là, lorsque , ayant les larmes au yeux, rempli d'émotion , je quitte la salle en silence et qu'elle me regarde en se demandant quel moustique m'a piqué. Alors quand on ressent une émotion, on aimerait évidemment qu'elle soit partagée, c'est mieux, d'ou la colère de Pélerin , je pense.

Rei a écrit le 17/03/2004 à 18h57.  Commentaire 5137, Visiteur 2245
J'aurais voulu savoir si l'apparition du micro du percheur, pour prendre le son, est volontaire ou non. Cela dit, c'était tout de même assez marrant
On peut voir en effet que l'on se moque un peu des japonais, sur la longueur des phrase, et je certifie que le photographe dit bien plus que "mystère" dans une longue phrase japonaise. Mais cela ne derrange pas vraiment, ce n'est tout de même pas de la xénophobie, enfin, je be trouve pas.
Je n'ai plus qu'a dire que ce film est très drôle et super...
salut

Vincent Vega a écrit le 20/05/2004 à 12h34.  Commentaire 6700, Visiteur 2602
Il faut connaitre les crises inhérentes à tous voyages, à toutes rencontres culturelles étrangère.
Le fond, c'est cette crise du soi face à l'inconnu.
La forme, c'est les moments creux du voyage, la solitude qui imprime l'âme pour toujours.
Aux antipodes d'une dramaturgie débile, Lost in Translation montre une rencontre que nous pourrions tous faire, que nous avons tous déjà faite.
La clef de ce film, s'il en est une:
Il est impossible de comprendre ce que vous verrez si vous n'êtes jamais sorti seul de votre pays maternel.
Le voyage est initiatique.
Voyagez pour appréciez Lost in translation!
Matez L I Translation pour partir en voyage.

Le film touche autant qu'une semaine seule à l'étranger.

Acteurs géniaux, mise en scène complètement maitrisée.
Et puis...

Tokyo

Sofi a écrit le 28/09/2005 à 11h45.  Commentaire 15240, Visiteur 4341
D'après vous que chuchote BOB à Charlotte ?

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites