Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 






votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Eternal sunshine of the spotless mind
 
 

23/10/2004
voir les images
Un film de Michel Gondry c’est forcément un peu space et original, et si on ajoute du Charlie Kaufman pour le scénario, on ne fait que renforcer la première hypothèse. Le résultat est que c’est un film à l’intrigue aussi singulière, déjantée et tarabiscotée que « Dans la peau de John Malkovich », mais sur fond d’histoire d’amour à l’américaine entre Kate Winslet (Clémentine) et Jim Carrey (Joël).

En fait, tout commence par une rupture entre Joël et Clémentine. Comme toutes les belles histoires, elles laissent des marques et il est difficile de s’en remettre. Joël est complètement anéanti. Il découvre alors que Clémentine a eu recours à une entreprise, Lacuna, dont le rôle est de physiquement effacer les souvenirs du cerveau d’un personne. Ainsi, elle a éradiqué Joël de sa mémoire. Ce dernier décide alors de faire la même chose pour en finir un fois pour toute. La procédure d’effacement consiste alors à lui faire revivre ses souvenirs, alors qu’il est sous sédatifs, puis à les supprimer (avec un espèce de laser). Mais alors qu’il est dans sa tête et qu’il revit toute son histoire, il réalise que les choses ne sont pas telles qu’il le croyait.

Au début, on a un peu de mal à suivre l’histoire, car on ne sait plus trop faire la part entre la réalité, les souvenirs, les flash-back et la phase d’éradication mémorielle. Mais petit à petit, le jour se fait sur une intrigue complètement dingue et géniale. Et surtout, cette histoire d’amour entre ces deux anti-héros est magnifiques et vraiment émouvante. En outre, Jim Carrey et Kate Winslet s’amusent comme des fous dans cette fable amoureuse qui n’est pas sans rappeler la structure narrative de « 5 x 2 ». En effet, l’effacement des souvenirs fait revivre à Joël des moments sinistres de la fin de la relation à la rencontre amoureuse, et lui fait comprendre comment il a succombé.

Mais l’intrigue est bien plus complexe que cela, et on peut faire confiance à Kaufman pour expérimenter des mises en abîmes bien allègres qui font perdre pied au spectateur. En tout cas, c’est un film très divertissant et frais, malgré un vrai sens de la comédie dramatique liée à la rupture (Jim Carrey se fait une tête de looser comme on avait jamais vu), avec ce mélange baroque de romance, fantastique et jeu de pistes mnémoniques !


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites