Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Elie Chouraqui
Pays d'origine France
Durée 2h10
Sortie en France 24/01/2001
Sortie Mondiale
2000

Avec
Andie MacDowell (Sarah Lloyd)
Scott Anton (Cesar Lloyd)
Diane Baker (Mary Francis)
Alun Armstrong (Samuel Bruneck)
Adrien Brody (Eric Kyle)
Dragan Antonic (Chetnik)
Brendan Gleeson (Marc Stevenson)
Christian Charmetant (Jeff)

Scénario avec Michael Katims
Musique Bruno Coulais
Production 7 films cinéma et studiocanal
Distribution Cinevia Films





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Harrison's Flowers
 
Guerre et média
 

18/08/2002
voir les images
Merci Monsieur Chouraqui

Pas simplement pour le message délivré par le film, l'intérêt ou même l'utilité d'un tel long-métrage, mais pour le réalisme ressenti de Harrisson's Flowers, que certains s'accordent à consacrer comme œuvre magnifique quand d'autres parent leur surprenante indifférence de " déception ".

Harrisson's Flowers, même s'il est inspiré de l'expérience (mais peut-on qualifier un traumatisme d'expérience ?) d'un grand reporter qui a risqué sa vie pour retrouver un ami à l'hôpital de Vukovar, et surtout bien qu'il témoigne de l'horreur de la guerre en ex-Yougoslavie, est avant tout une fiction. Pour le réalisateur, il était hors de question de mêler images d'archives et bobines de cinéma.
Il a eu raison. Et il a eu raison également de se garder des flashbacks abusivement utilisés dans les drames (bien que son film ne soit pas linéaire).
Ils n'auraient pas eu leur place dans Harrisson's Flowers, qui lui-même est un retour sur le drame vécu par les Lloyd au milieu d'une tragédie guerrière.

Synopsis

Harrisson Lloyd est grand reporter de guerre pour Newsweek, a remporté le Pullitzer et en ce début de l'année 1991, il sent que sa chance l'abandonne. Il accepte cependant de partir à Vukovar où se produisent des " accrochages ethniques ".
Quelques semaines plus tard il est porté disparu.

Un choc

Harrisson's Flowers est un film choc.
Les scènes tragiques, la volonté de réalisme et tout simplement peut-être le sujet du film : la guerre, sont bouleversants.
Avec son style relativement épuré il ferait presque penser à La Ligne rouge (on retrouve d'ailleurs Elias Koteas et Adrien Brody qui figuraient déjà au générique du film de Malick), car il nous touche aux tripes. L'utilisation de la musique en est pourtant différente, la construction également.
Tout au long de Harrisson's Flowers, la musique se fait rare, dans la première et bien sûr surtout dans la deuxième partie, quand les bombardements raisonnent dans notre crâne et que le silence apaise (le personnage de Brendan Gleeson le fait d'ailleurs remarquer : c'est pendant cette guerre qu'il a appris que le silence, c'était la paix).

La première partie expose la vie confortable et paisible des héros dans le New Jersey.
La vraie rupture intervient peu après l'arrivée de Sarah à Graz, lorsqu'elle est brutalement immergée dans la réalité de la guerre.
Images chocs d'exécutions sommaires, bombardements sauvages, utilisation parcimonieuse du digital (surtout à la fin du film pour retranscrire l'architecture de Vukovar) avidité de témoignage et désespoir des reporters, Harrisson's Fowers est quasiment la chronique d'une guerre moderne, noyée dans la surmédiatisation pour l'opinion publique et relativement ignorée par les gouvernements occidentaux.

Elie Chouraqui y rend également un poignant hommage aux témoins que sont les reporters de guerre et par là même au devoir de mémoire.

Un beau film


N.B. : Harrisson's Flowers a coûté 64 MF (si ma mémoire est exacte) et a été tourné en République Tchèque après de nombreux repérages en Yougoslavie



.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Steva a écrit le 03/02/2006 à 14h13.  Commentaire 16723, Visiteur 4743
Très beau film mais film affreux !!! Certaines scenes font vraiment enrager, quelle sauvagerie.... Difficile à soutenir

Fred. a écrit le 11/06/2006 à 16h43.  Commentaire 18094, Visiteur 5084
J'ai revu ce film pour la deuxième fois hier et je me sens à nouveau complètement bouleversé. Je suis profondément effrayé par tous ces comportements barbares. Comment est-ce que l'on en arrive là ? Comment vis t-on quand on a vécu cela ?
Frédéric.

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites