Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 






votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Les indestructibles
(The incredibles)
 
 

24/11/2004
voir les images
Ah là là, je préfère le titre en anglais, je n’aime pas trop cette traduction : « Les Indestructibles ». Littéralement « Les Incroyables » ou « Les Extraordinaires » auraient été beaucoup plus adaptés je trouve.

Mais sinon j’ai trouvé ça excellent !!! Vraiment c’est encore un très bel opus de Pixar. Déjà d’un point de vue image de synthèse, il n’y a rien à dire tant c’est superbe, mais là en plus, ils se permettent d’y greffer un style graphique tout à fait innovant et efficace. Les personnages sont très bédés des années 50/60, un peu à la SuperMan avec des corps disproportionnés et des tronches taillées à la serpe (ça fait aussi penser au « Hercule » de Disney). La bande sonore ajoute aussi à cette ambiance jazzy, un peu Chicago des années 50.

Robert Parr est un super héros, ainsi que sa femme Helen et ses enfants qui sont tous dotés de pouvoirs extraordinaires. Mais l’âge d’or de l’héroïsme est passé (à cause de procès « made in USA » de dommages et intérêts, l’anecdote est très drôle), et les super héros se voient contraints à s’intégrer, à travailler comme tout le monde et à cacher leurs particularités au commun des mortels. Bob a trop de mal à ne plus être un héros, et quand il est contacté par une agence gouvernementale, il n’hésite pas à rempiler.

L’intrigue rebondit toutes les dix secondes et le thème du super héros permet bien sûr les fantaisies les plus comiques avec une galerie de personnages bien hétéroclites et hauts en couleur. Et puis, des personnages secondaires qui sont assez croustillants. Notamment, un personnage clef qui est Edna Mode, la styliste italienne dans toute sa splendeur. Nous étions deux (pédés) à vraiment rire sur ces scènes, et je sais que les homos seront sensibles à ces répliques particulièrement queer qui font mouche à chaque échange. Edna est doublée par Brad Bird en personne (le réalisateur), et je pense que les français ont fait très fort en prenant Amanda Lear pour la VF (j’ai super envie de voir ce que ça donne, rien que pour cela).

Bah et bien sûr, la morale est disneyienne au possible, mais bon, pas stupide non plus. Cela reste un film à regarder avec ses n degrés d’humour, qui n’a certainement pas la même qualité graphique et le même souffle que Némo, mais qui est un divertissement drôlement réussi.


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites