Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 






votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Stage beauty
 
 

09/03/2005
voir les images
Rhalalalala, ce que je suis déçu par ce film ! Je pensais vraiment que ça me plairait vu le synopsis, mais je suis ressorti delà plutôt dépité.

« Stage Beauty », pourquoi traduit-on parfois n’importe comment des titres de film, et parfois complètement à côté, et d’autres fois on les laisse en anglais ? Dans ce cas précis, je ne comprends vraiment pas l’intérêt… ou alors un jeu de mot intraduisible m’échappe.

Je suis assez fan de « Shakespeare in Love », malgré son côté pur Miramax et pas très crédible, en effet, j’avais vraiment été touché par les comédiens, l’histoire et les décors. Avec Stage Beauty, on a des ingrédients tout à fait similaires. De bons comédiens, de chouettes costumes et décors, une histoire plutôt intéressante, mais je n’ai pas du tout accroché. C’est bizarre comme impression, j’ai trouvé que la réalisation était à chier, que le rythme n’était pas maîtrisé, et que le scénario laissait à désirer malgré un énorme potentiel.

L’intrigue fait aussi penser à « Shakespeare in Love » puisque le film figure la première femme à obtenir le droit de jouer sur les planches d’un théâtre. Jusque là, les femmes n’avaient pas le droit de jouer, et des hommes endossaient les rôles féminins. Certains comédiens étaient notamment révérés comme de grandes stars, tout en jouant sur leur ambiguïté sexuelle. C’est le cas du comédien Edward Kynaston qui joue avec un talent inégalé Desdémone dans Othello, et qui est (plus ou moins) homosexuel dans le film. En effet, la performance du comédien Billy Crudup est assez bluffante. Son habilleuse, en le copiant, obtient de devenir la première comédienne anglaise.

On ne comprend pas vraiment la relation entre eux… et c’est aussi un des aspects qui m’a rebuté. Un moment, on comprend qu’il y a une attirance, ensuite plus du tout, et puis cela revient. Au final, c’est brouillon, décousu et ça lasse plus que ça n’intrigue.

Rupert Everett est très bon en Charles II, mais même là, on a du mal à bien suivre le fil de la narration.

Donc, bof bof.


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites