Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 






votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Vaillant
 
 

01/04/2005
voir les images
L’histoire est vraiment pas mal à la base, il s’agit de reprendre le rôle des pigeons voyageurs dans les échanges de messages secrets pendant la seconde guerre mondiale. De la substance pour des personnages héroïques et des péripéties aériennes qui devraient bien aller avec un film en images de synthèse.

Et en effet, les personnages au premier coup d’œil ont l’air de tenir la route. On a un petit pigeon, Vaillant, très courageux mais pas à la taille réglementaire qui part s’engager pour la RAF. Vaillant rencontre sur le chemin un autre pigeon, débraillé et à l’hygiène douteuse, qui part avec lui. Les méchants allemands sont personnifiés par des faucons nazis cruels qui bouffent du pigeon en vol et intercepte les messages. Ainsi, on trouve dans un bunker sur les côtés françaises, un faucon général allemand avec un accent à couper au couteau qui descend un à un tous les messagers anglais.

Vaillant et son équipe de pigeons boiteux sont la dernière chance pour transmettre un message et récupérer une réponse des résistants français.

Donc l’intrigue est plutôt sympa même si très convenue, et l’idée des pigeons voyageurs est charmante. Mais au final, j’ai plutôt été déçu par le film. Déjà dans la forme, les images de synthèse ne sont vraiment pas au niveau de Dreamworks ou de Pixar. Les décors sont statiques, la mer est bidon et les animations manquent de peps. Du coup, pour rattraper une forme un peu artisanale, il fallait des personnages truculents et une narration avec du punch. Or, ce n’est pas le cas, tout est très classique et pas spécialement drôle.

Il ne se passe pas grand-chose dans ce film, et on ne peut pas dire qu’on ait droit à un scénario bien original. Le seul moment où ça décolle un peu et où on pense qu’on est tombé sur des personnages un peu plus hauts en couleur, c’est lorsque les pigeons rencontrent les résistants français qui sont des souris. La fille souris et surtout son comparse « Sabotage » sont vraiment marrants, mais on les voit trois minutes seulement.

Dommage donc, il y avait un bon potentiel, mais le résultat est très décevant pour moi.

NB: Je pense que j’ai aussi souffert de la VF… bouerk.


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites