Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 






votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Dr Kinsey
 
 

19/04/2005
voir les images
Une très bonne surprise pour ce film dont je redoutais un petit peu le traitement. Je ne connais du Dr Kinsey que le fameux rapport qui porte son nom (un relevé statistique scientifique des pratiques sexuelles des américains en 1948) et aussi l’échelle de « mesure » de l’orientation sexuelle qui va de 1 (seulement hétérosexuel) à 6 (seulement homosexuel).

Le côté faiblard du film vient d’une forme excessivement convenue et un fil narratif parfois un peu bâclé pour un film qui est vraiment la biographie de Kinsey. Le scénario démarre à sa jeunesse et se focalise sur la vie professionnelle et intime de ce personnage controversé et avant-gardiste. Mais deux choses rattrapent carrément cette forme parfois chétive, ce sont les comédiens et l’histoire en elle-même.

Liam Neeson et Laura Linney sont extraordinaires dans les rôles de Kinsey et de sa femme. Ils endossent avec beaucoup d’authenticité et de complicité ce couple autant dans les aspects « historiques » que dans leur propre relation. Ce sont des personnages du coup rendus très attachants et dont on a envie de suivre l’évolution. Et le fond de l’histoire qui est cette première enquête nationale sur les pratiques sexuelles des américains donne un scénario palpitant, drôle, surprenant et perspicace (sur les mœurs d’hier et d’aujourd’hui).

En 1948, Kinsey est un entomologiste qui étudie les guêpes à l’université. Il se rend compte du manque de connaissance et de la manière dont les mœurs puritaines ne représentent à priori pas la majorité des pratiques des américains, et la nature humaine “profonde”. Le professeur milite pour le caractère unique de chaque homme ainsi que le respect que l’on doit à cette différenciation des êtres. Seulement, lorsqu’il essaie de conseiller ses étudiants et étudiantes qui lui demandent de l’aide car ils ne savent pas comment avoir du plaisir (ou s’il est normal d’en avoir ?), s’il est normal ou pas de se masturber, la juste interprétation des règles morales de l’époque en termes de sexe, il ne peut que conjecturer puisqu’il n’existe pas d’étude dans le domaine. C’est comme cela qu’est né son projet insensé afin de savoir une bonne foi pour toute ce qui se passe dans les alcôves américaines.

Il décide donc de pratiquer des interviews précises et détaillées sur le passé sexuel de centaines de milliers de participants et participantes dans tous les USA. Et c’est marrant de voir ces administrations de questionnaires car les gens sont tellement candides et peu habitués à parler de leur sexualité, qu’ils se lâchent et racontent tout avec moult détails.

Le premier bouquin de Kinsey sur la sexualité masculine est un succès extraordinaire malgré la bombe que cela représente pour la société entière. Il démontre que statistiquement « 50% des hommes mariés ont des liaisons extra-conjuguales, 92% des hommes ont une pratique de la masturbation et que 37% des Américains ont eu au moins une expérience homosexuelle ». Par contre, plus tard il publie l’équivalent pour les femmes et c’est un fiasco. En effet, ce qu’il produit est perçu comme extrêmement choquant pour l’époque, un peu comme s’il traitait les américaines de traînées. « 62% des femmes avouent se masturber, 50% d’entre elles ont eu des relations sexuelles avant le mariage et 26% reconnaissent avoir une liaison en dehors du mariage. » Ce livre sonne le glas pour la carrière et la célébrité de Kinsey.

Ainsi, en plus de toutes les informations précieuses que l’on pioche dans ce petit événement historique (on ne peut pas dire qu’on nous en ait pourtant parlé à l’école…), la trame romanesque de l’histoire n’est absolument pas en reste. En effet, Kinsey expérimente sur sa propre famille ses règles de « libération de la parole » en terme de sexe et cela ne vaut pas l’approbation de toute la famille (notamment son fils). De même en terme d’échelle Kinsey, ce dernier affirme ne pas être exactement au niveau 1… et le prouve.

Le film est très juste sur l’homosexualité, et je comprends que cette étude ait contribué à une libération globale des mœurs. J’aimerais bien savoir la part de fiction dans ce film, tant on pourrait difficilement croire une bio aussi « hollywoodienne ». Le mot de la fin (lesbien cette fois-ci) est très touchant, et je l’ai beaucoup apprécié malgré le côté « sentiment facile ».


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites