Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 






votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Locataires
 
 

20/05/2005
voir les images
Je n’étais pas trop chaud pour aller voir ce film, étant donné que je m’étais déjà bien emmerdé devant des films coréens du même acabit. Un film posé et pratiquement muet (en tout cas, pour les deux héros) me faisait redouter une préciosité cinématographique toute coréenne qui souvent m’ennuie. Mais les diverses critiques m’ont poussé à y aller, et bien leur en a pris !

Ce film est d’une extraordinaire finesse, et il déroule délicatement, en toute quiétude, une histoire d’amour touchante et troublante entre deux hurluberlus. Les deux comédiens sont très bons et très bien dirigés. Ils sont aussi tout deux (Lee Seung-yeon et Jae Hee) extrêmement séduisants et donc troublants dans leurs expressions puisqu’ils n’ont pas de dialogues. Mais ils font montre d’une gamme d’expressions corporelles très large et ils usent de la mobilité de leur visage pour exprimer une kyrielle d’émotions. Nul doute que jouer ainsi est certainement aussi difficile que de se souvenir de son texte !

Jae Hee est un garçon lunaire et fantasque dont l’occupation consiste à pénétrer dans des appartements inoccupés afin de squatter. Mais il ne vole rien, il ne fait que demeurer peu de temps, et en profite pour remettre de l’ordre, faire la lessive, réparer des objets (une pendule, une chaîne hi-fi) et se prendre en photographie avec les photos de famille des gens. Un jour, il crochète la maison cossue de Lee Seung-yeon dont le mari l’a violentée, et qui se cache de peur et d’appréhension. Elle observe le jeu du garçon, et parvient à communiquer avec lui. Une relation se noue, sans aucune parole, juste des regards et des gestes. Le mari revient, et elle s’enfuit avec le garçon pour mener la même vie que lui. Ils leur arrivent alors quelques péripéties qui font qu’elle est même obligée de retourner avec son mari sadique.

Le film est lent mais pas ennuyant, il est au contraire exactement au bon rythme pour raconter une telle histoire. Tout se fait sans parole. En tout cas pour les deux protagonistes, parce qu’autour d’eux c’est le contraire, ça crie, ça gueule, ça tchatche. Mais eux se nimbent dans leur mutisme et fondent ainsi une communication singulière et surtout un monde de silence dans lequel ils se retrouvent. On voit peu à peu les sentiments éclorent et la relation amoureuse s’épanouir avec une beauté redoutable. Kim Ki-duk a vraiment fait très très fort avec les comédiens et la mise en scène, qui est sobre mais remarquablement efficace.

Au terme de leurs pérégrinations, on plonge de plus en plus dans la fable fantastique. Les personnages sont de plus en plus éthérés, et plus que jamais ils se referment sur leur monde fantomatique. Ils acquièrent l’aptitude et l’habileté à se cacher des autres pour mieux se retrouver même si l’on reste dans des situations réelles qui sont très violentes (femme battue, cruauté et brutalité des prisons). Et on est pris tout naturellement dans cette histoire si étrange et attirante. Ce film est un petit bijou de légèreté, de subtilité et de raffinement.


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites