Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Jim Jarmusch
Pays d'origine USA
Durée 1h45
Sortie en France 07/09/2005

Avec
Bill Murray (Don Johnston)
Jeffrey Wright (Winston)
Sharon Stone (Laura)
Frances Conroy (Dora)
Jessica Lange (Carmen)

Scénario Jim Jarmusch
Musique Mulatu Astatke
Production Jim Jarmusch et Jon Kilik
Distribution Bac Films (FR) et Focus Features (U.S.A.)





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 0

Broken Flowers
 
 

07/09/2005
voir les images
Un Don Juan sur le retour, Bill Murray, qui vient de se faire lourder par sa dernière conquête, reçoit un jour une mystérieuse lettre (non signée) d’une ex. Cette ancienne amante lui apprend qu’il y a vingt ans, elle est tombée enceinte et a gardé un enfant de leur relation, son fils donc. Ce fils de 19 ans est sur les routes, et peut-être va-t-il frapper à sa porte d’un moment à l’autre. Bill Murray informe son pote et voisin Winston, et ce dernier se fait un malin plaisir de jouer aux Sherlock et de dégoter les adresses des quatre femmes susceptibles d’être les épistolières anonymes. Bill Murray dont le nom est dans le film « Don Johnston » part à la rencontre inopinée de ses anciennes maîtresses et de son hypothétique fils.

Voilà les ingrédients pour une bonne comédie mais avec la touche Jarmusch, cela change considérablement la donne. On reste bien dans le répertoire de la comédie avec un Bill Murray particulièrement excellent (même si un peu engoncé dans un rôle qui se répète avec les films) et qui exprime des kyrielles d’émotions en un clignement de paupières ou un regard de travers. Mais si la comédie fait franchement sourire à maintes reprises, le film est avant tout plongé dans une ambiance douce-amère. Au final, et ça c’est bien du Jarmusch, le sujet principal du film, l’existence avérée ou pas du fils, devient anecdotique à côté des rencontres avec les quatre femmes. Ces dernières forment quatre portraits complètement différents et aussi drôles que pathétiques. L’auteur montre plus que jamais dans le regard et les expressions de Bill Murray le reflet de son existence actuelle. Et ce dernier semble tout lire dans les visages et vies de ses amantes.

Jarmusch filme de manière simple et délicate, sans trop d’effets ou de jeux de caméra, avec sobriété et efficacité. J’ai beaucoup aimé l’attention portée aux décors qui concourent énormément à l’ambiance du film et à l’histoire aussi en quelque sorte. Et surtout, on finit par entrer dans la peau de Bill Murray au sein de cette aventure picaresque qui lui montre à la fois ce qu’il n’est pas, ce qu’il aurait pu être, et la tragique conclusion qui s’impose. En effet, sous ce masque flegmatique, on voit bien qu’il n’est pas le plus heureux des hommes, mais manifestement les existences alternatives qui sont montrées lui prouvent qu’il n’a pas forcément pris de mauvaises décisions.

Il s’agit d’un film qui distille de manière incroyable des flots de pessimisme et de noirceur mais sous la forme d’une comédie improbable, qui arrive quand même à nous faire sourire. Périlleux exercice mais que Jarmusch a bien réussi, et qui donne beaucoup de charme à ce film en oxymoron.


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites