Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Sam Mendès
Durée 2h03
Sortie en France 11/01/2005

Avec
Jake Gyllenhaal (Swofford)
Peter Sarsgaard (Troy)
Jamie Foxx (Le Sergent Siek)
Skyler Stone (Davis)
Lucas Black (Kuhn)
Wade Williams (Major)

Scénario William Broyles Jr
Musique Thomas Newman
Distribution United International Pictures (UIP)





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Jarhead - la fin de l'innocence
(Jarhead)
 
Superbe avec quelques longueurs
 

27/02/2006
voir les images

Acheter la musique du filmAchetez che Amazon.fr
Un « full metal jacket » (light) sur une autre guerre, une guerre récente et dont on ne peut toujours pas en tracer les contours, tes tenants et aboutissants tant elle est proche de nous : la guerre du Golfe en 1991. Le film de Sam Mendes (réalisateur d’« American Beauty ») bénéficie de pas mal de qualités de réalisation, de bons comédiens et d’une narration soutenue, malgré quelques longueurs et un petit essoufflement en fin de parcours.

Ambiance macho

Anthony Swofford, dont le film est l’adaptation de l’histoire vraie (racontée dans un bouquin) de ce marine, est un jeune soldat qui s’engage dans les marines pour servir son pays. Le début du film est marqué par les dorénavant classiques périodes d’entraînement des marines avec leurs lots de bizutages, humiliations, imbécillités crasses, sergent instructeur aussi lobotomisé que mauvais comme une teigne. Le beau et sexy Jake Gyllenhaal qui joue le rôle de Swofford se demande parfois ce qu’il fait là, mais il adhère peu à peu au système, tout en conservant assez d’arbitre et de jugeote pour être marqué par ce qu’il vit. Cette partie est encore une fois un grand classique des films de guerres, mais révolte toujours autant devant la bêtise et les méthodes d’entraînement des militaires.
Cette ambiance macho et sexiste où la tension sexuelle est à son comble, la manière dont les soldats sont dressés à attaquer l’ennemi, et ces hommes qu’on amène à faire la guerre en les traumatisant, tout est très bien reconstitué dans le film.

Désert

Et puis ensuite, le désert saoudien. Les soldats américains sont envoyés là-bas, et ils y attendent patiemment l’action. Des mois et des mois à ne rien faire, sinon s’entraîner et attendre. L’aliénation mentale les gagne rapidement, et le cinéaste nous montre ces guerriers qui rongent leurs freins de ne pouvoir aller tuer de l’irakien. Ce sont aussi d’autres fêlures qui apparaissent, telles les femmes et petites-amies qui trompent, des personnalités qui craquent ou des désirs de libre expression, des idées politiques divergentes qui viennent fragiliser la vision unique made in USA.

Les images dans le désert sont somptueuses avec cette aridité impressionnante, cette chaleur qu’on sent irradier les hommes et les âmes, cette luminosité blanche et brûlante qui aveugle. Sam Mendes fait encore montre d’une très belle photo et d’une mise en scène aussi efficace que frappante.

Chef y a des longueurs

Je suis toujours autant choqué par cette façon dont on peut déshumaniser les gens, et dont on « fabrique » des soldats. Et pourtant cela paraît inexorable, rien ne change en ce domaine, et j’imagine que cela se passe exactement de la même manière en France. C’est tellement déprimant… En cela, le film est une preuve de plus de cet état de fait, de la connerie de ces mecs et des stratégies efficaces et éprouvées pour convaincre des types du bien-fondé d’être de la chair à canon dans le but de défendre des puits de pétrole. Et de voir ces mecs qui supplient de tirer au moins une balle dans la tronche d’un ennemi avant la fin des attaques, histoire de ne pas être complètement venu pour rien…

Quelques longueurs tout de même m’ont un peu fatigué sur la fin, et la voix-off avec son ton toujours aussi pénétré et son discours lénifiant était un peu de trop pour moi. Disons que la ficelle est un peu usée, malgré l’émotion qu’elle distille. Il reste de tout cela un beau film d’actualité dont l’écho des autres films du genre (dont on a des clins d’œil ironiques et grinçants avec des extraits de « Apocalypse now » ou « Voyage au bout de l’enfer ») m’a bien marqué et troublé.

:: Le blog de Matoo ::


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

D'jul a écrit le 01/03/2006 à 01h16.  Commentaire 17023, Visiteur 4601
Euh, rien à dire, si ce n'est que je suis amoureux de lui depuis Donnie Darko :)

Alors voilà, s'il me lit mon numéro de téléphone, c'est le ...

Aimée a écrit le 06/04/2006 à 10h52.  Commentaire 17584, Visiteur 4940
idem que d'jul voila un acteur qui sait jouer de son regard, et de son coté enigmatique, pour trouver la bande originale du film c un peu galère par contre...

Moi a écrit le 15/05/2006 à 16h33.  Commentaire 17878, Visiteur 5022
Ce film est une merveille. Tout les acteurs sont géniaux! Ja ke Gyllenhaal est un excellent acteur il aurait du avoir son putain d'oscar pour Brokeback moutain Depuis donne darko il fait de plus en plus de films et son talent ne cesse de grandir alors qu'il continu ainsi.

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites