Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Bennett Miller
Pays d'origine USA
Durée 1h50
Sortie en France 08/03/2005

Avec
Philip Seymour Hoffman (Truman Capote)
Catherine Keener (Nelle Harper Lee)
Clifton Collins Jr. (Perry Smith)
Chris Cooper (Alvin Dewey)
Bruce Greenwood (Jack Dunphy)

Scénario Dan Futterman
Production UA
Distribution Gaumont Columbia Tristar Films





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Truman Capote
 
Artistique
 

04/04/2006
voir les images

Acheter la musique du filmAchetez che Amazon.fr



Ah Philip Seymour Hoffman, j’ai toujours su qu’on allait le voir sur le devant de la scène un de ces quatre. Depuis « Boogie Nights » ou « Magnolia », films dans lesquels je l’ai vu les premières fois, et dans le génial « Punch-drunk love », ce type est depuis quelques années l’acteur de second rôle parfait, mais il a vraiment l’aura pour une première place. Et c’est exactement ce qui arrive dans « Capote » où il incarne avec une justesse troublante le romancier américain.

L'histoire

Le film se focalise sur la genèse de l’écriture d’un des livres phare de Capote : « De sang froid ». Ce roman « non fictionnel » se base sur un crime sordide dans le Kansas, et la relation que l’écrivain a entretenue avec les deux assassins jusqu’à leur pendaison. Il a d’abord enquêté sur ce crime pour le New-Yorker en tant que journaliste, puis y a vu matière à un roman, surtout après une rencontre décisive avec Perry Smith, un des deux tueurs, avec qui il noue une certaine amitié et affection.

Interprétation Incroyable

Le personnage de Truman Capote est interprété avec un incroyable talent, et on reconnaît bien en l’acteur le romancier à la diction et au physique discordants. Il exprime aussi avec brio toute la complexité de cet homme très intelligent et torturé, qui oscille entre mondanité superficielle, altruisme, égoïsme, fourberie ou sincère amitié. Il ne s’agit pas de faire un film biographique mais plutôt de brosser le portrait de Capote pendant ces quelques années d’écriture et d’investigation, qui ont été charnières dans son œuvre, comme dans son existence.

Des seconds pas si secondaires

Les personnages secondaires qui l’entourent sont aussi très bien joués. Notamment son amie, Nelle Harper Lee (Catherine Keener), qui le soutient tout en condamnant son infamie de certains moments. Il y a aussi l’écrivain Jack Dunphy (Bruce Greenwood) dont on ne sait au juste s’il était l’amant de Capote. D’ailleurs le film n’est pas très clair sur le sujet, peut-être aussi indécis que le personnage l’était en réalité. Bisexuel ? Homosexuel ? Rien n’est clairement expliqué, mais des dizaines de gestes, regards et attitudes sont lourdes de sens. Son rapport à Perry Smith notamment reste ambigu jusqu’au bout.

Et puis il y a l’écrivain, le démiurge qui puise en lui et en l’autre pour faire son art, et subsister aussi. J’ai beaucoup aimé la manière dont le film met en perspective le travail de l’artiste en tant que créateur, mais aussi le manipulateur et le félon que pouvait être Truman Capote pour arriver à ses fins.

Un très bon film à la réalisation sobre et efficace, qui offre à Philip Seymour Hoffman un rôle à la hauteur de son talent.


.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites