Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Mathieu Kassovitz
Pays d'origine France
Durée 1h36
Sortie en France 31/05/1995
Sortie Mondiale
31/05/1995

Avec
Vincent Cassel (Vinz)
Hubert Koundé (Hubert)
Saïd Taghmaoui (Saïd)
Abdel Ahmed Ghili (Abdel)
Solo (Santo)
Joseph Momo (Ordinary Guy)
Eloïse Rauth (Sarah)
Laurent Labasse (Cook)
Benoït Magimel (Benoît)
Médard Niang (Médard)

Scénario Mathieu Kassovitz
Production Polygram Kasso Inc Productions Cofinergie6 Les productions Lazannec Smart Egg Pictures





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

La haine
 
Sacrifice de poulet aux marrons
 

20/08/2002
voir les images
Synopsis

24 heures dans la vie de 3 garcons (un blanc : Vinz, un beur: Said, un black: Hubert), dans une cité parisienne au rythme des bavures policières et de galère incessante.

Jusque ici tout va bien…

La haine, n'est pas un film pour les jeunes de la banlieue, qui eux savent très bien ce que c'est que la banlieue. Ce n'est ni un documentaire. La haine est un film pour toutes les autres personne qui croient que les cités sont dans des pays étrangers loin de la France. La haine, c'est une journée dans une banlieue ordinaire, c'est l'histoire de trois jeunes gens victimes du chômage de la drogue et de la police. Le réalisateur s'est inspiré pour réaliser ce film d'un fait divers, la mort d'un jeune noir dans une banlieue, tué par un policier : Makomé. Mathieu Kassovitz, nous explique, ou du moins essai, de nous faire comprendre comment un policier peut en arriver là
Le film, réalisé en noir et blanc, nous donne un ton dramatique dès le départ avec des images de batailles entre jeunes et forces de l'ordre. Le scénario est très bien concu, plus les heures passent plus on sent la pression monter entre les personnages (la haine monte…). Durant cette journée, ces 3 jeunes (Vinz, alias Vincent Cassel, Said alias Said Taghmaoui et cousin Hub alias Hubert Koundé), vont nous faire vivre leur quotidien mélangeant dialogues chocs, leur agressivité, leur malchance, leur technique de drague..
Le rythme du film parfois lent, parfois rapide, impose une musique qui, ajoutées aux ruptures de ton fait bien ressentir l'atmosphère de la cité, de longues heures à parler de tout et de rien, de ce que l'on a vu à la télé hier soir, du match de boxe…. Des mouvements de caméra très rapides, voire nerveux renforcent cet effet.
La haine est un film moralisateur qui sert non seulement à dire que les cités et les jeunes qui y vivent dedans sont en danger mais sert aussi à préciser que tout comme les policiers, les jeunes possèdent des armes mais eux ne les utilisent pas (pas encore). Lors de leur virée sur Paris, on comprend vite le contraste de ces jeunes et du monde extérieur, la cité c'est un ghetto. La drogue un revenu, la police un ennemi. La sensation du phénomène de société est bien aussi présente notamment quand on voit les journalistes arrivés puis essayer de poser des questions aux 3 protagonistes principaux.
Il est clair qu'à la manière dont le film est tourné, on se voit nettement que Kassovitz a pris le parti des jeunes envers la police. Les agresseurs ce sont les flics, pas eux. Les 3 personnages on un caractère bien défini qui correspond bien à tous ces jeunes (je sais de quoi je parle, j'y ai vécu). Vinz, lui comme il le dit, est de le rue, peu d'éducation, peu de repère, pas d'envie de s'en sortir. Hubert, lui c'est l'inverse, il représente l'amour de la famille, le grand frère sympa, le fils idéal qui aide sa mère à payer le gaz en dealant et qui veut sortir de là. Said est plus un mélange entre les 2 autres, ni trop l'un ni trop l'autre. De la rue avec une légère envie de s'en sortir.

A noter l'excellent cd "la haine", inspiré du film, avec de grands groupes comme Ministère amer (chanson Sacrifice du poulet qui fut censurée), Iam, Assassin et tant d'autres qui prolongent l'univers du film.
Ce film a été récompensé par le prix de la meilleure mise en scène au festival de Cannes en 1995 et le césar 96 du meilleur film et du meilleur montage.
Pour conclure je ne dirai que 2 mots que vous comprendrez tout de suite après avoir vu le film : "Fracture sociale".

Le DVD

Le film, d'une durée de 1h35, chapitré en 12, est disponible en Français (dolby 5.1), Espagnol (1.0), Italien (4.0) et Allemand (2.0). J'aime bien voir la scène ou Hubert et Said sont "tabassés" par deux flics dans Paris en Italien, ca paraît tout de suite moins violent. Les sous-titres : Anglais, Portuguais, Hongrois (le premier qui trouve comment se dit shooter un keuf en hongrois est balaise), Néerlandais, et Français pour sourds et malentendants.

Parmis les bonus

Bande annonce cinéma
Coulisses du tournage (enfin c'est juste Mathieu Kassovitz qui nous explique pourquoi ce film)
Filmographies
Court métrage "Cauchemar blanc"
Scènes en couleur (et finalement on se dit qu'en noir et blanc c'est pas mal)
Affiches étrangères (le titre passe

.::Seb
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

ABDOULAÏ a écrit le 22/04/2002 à 16h26.  Commentaire 282, Visiteur 180
Analysez surtout la fameuse phrase: Ce qui compte c'est pas la chute mais l'atterissage

Vincette a écrit le 22/05/2002 à 10h21.  Commentaire 283, Visiteur 181
le faite que les tois personnages principaux soit de nationalité différente est super.comme la dit ABDOULAÏ la phrase:l'important c'est pas la chute c'est l'attérissage,c'est une phrase importante dans le film puisque dans celui ci l'attérissage est dur puisque vinz et hub vont tombé de très en se faisent butter par des keufs qui devraient se contenter de faire leur boulot!!!!

Erika a écrit le 23/07/2002 à 13h48.  Commentaire 284, Visiteur 182
Le mec au fur et à mesure de sa chute, il se repete sans cesse pour se rassurer "jusqu ici tout va bien, jusqu ici tout va bien";L important cest pas la chute, c est .......l atterissage.

Seb a écrit le 06/08/2002 à 21h45.  Commentaire 285, Visiteur 15
Un film culte quoi! Et la BO est phénoménale...

Smain a écrit le 20/01/2003 à 15h08.  Commentaire 394, Visiteur 258
un film plein de mystères que je suis entrain de résoudre mais il pète sa mère ce film .....
ps: maintenant je sais pourquoi Vinz a vu une vache

GroKaïd a écrit le 28/02/2003 à 17h56.  Commentaire 595, Visiteur 357
C'est super lucide : C'est vrai que les Beufs, les Feujs et les Keublas sont hyper-potes, potes de toujours. Les keufs ça craint, c'est des Blancs qui les comprennent pas.

Vas-y Mathieu, t'as tout compris !!

Feuj-rebeu=freres a écrit le 25/05/2003 à 22h21.  Commentaire 1152, Visiteur 700
grokaïd a raison mais les feujs et les rebeus sont bien plus que des potes c'est des freres à l'origine ne l'oublié jamais, on est dans le meme sac!!

Dav... a écrit le 01/01/2004 à 19h00.  Commentaire 4019, Visiteur 1804
bahh les gars, vous avez fais fort avec ce film
il ma vraiment beaucoup plus meme si tout le film est en noir et blanc, juste pour dire de continuer comme ça
la haine dans ce film ça se comprend tout a fait
la haine d un monde trop securisé par des flics qui nous manipules, je trouve le film vraiment trop exellent
apres l avoir vu j ai la haine des flics et de leurs comportement et des bavures policieres mais bon ...
je le verai 5 fois de suite, meme si je sais ce qu il va se passer, je l aimerai toujours autant
bonne continuation a toi Vincent et aux autres ...
ciao a vous tous

Netnette a écrit le 13/09/2004 à 12h58.  Commentaire 8197, Visiteur 3010
un film vrai car j'ai grandi dans cette cité des yvelines où a été tourné le film

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites