Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Peter Jackson
Pays d'origine USA
Durée 2h45
Sortie en France 19/12/2001
Sortie Mondiale
2001

Avec
Elijah Wood (Frodon)
Ian McKellen (Gandalf le gris)
Viggo Mortensen (Aragorn)
Sean Astin (Samwise Gamgee)
Liv Tyler (Arwen Undomiel)
Sean Bean (Boromir)
Cate Blanchett (Galadriel)
Christopher Lee (Saruman)
Ian Holm (Bilbo Baggins)

Scénario F. Walsh P.Jackson
Musique Howard Shore
Production New line cinema
Distribution Metropolian Filmexport





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Le seigneur des anneaux, la communauté de l'anneau
(The Lord of the Rings : The Fellowship of the Ring)
 
Chroniques de mes impressions
 

26/08/2002
voir les images
"One ring to rule them all." Un anneau pour les gouverner tous. La voilà donc la grande adaptation des romans de J.R.R. Tolkien, cette aventure tant attendue autant par les fidèles du romancier que les novices, amoureux du 7ème art ou simples curieux.
Et quoi ? Mais c'est que le film est bon, splendide même, emporté par cet élan de bravoure, cette flamme épique, ces décors somptueux, ces acteurs ensorcelants. A voir tout un chacun abuser de superlatifs pour toutes sortes de films (qui ne les méritent pas toujours), vous en viendriez à douter de cet afflux de positivisme envers Le Seigneur des Anneaux.

Je me garderai donc de laisser libre cours à tous les qualificatifs enthousiasmés qui foisonnent dans mon esprit, ces mêmes qualificatifs, qui, consommés, peut-être, avant la découverte du film, ont formé dans la bouche d'un spectateur blasé ces mots assemblés de façon si outrancière et barbare " plutôt décevant ce Seigneur des Anneaux ".

Point de louanges donc. Point d'exclamation. Se devrait-on, en lieu et place d'une critique émerveillée, de prévenir le spectateur potentiel que Lord of the Rings est un film ? Un superbe film, certes, mais rien de plus qu'un film ? Et rien de moins cependant.

Ne savait-il pas, ce spectateur injuste, que l'afflux de moyen, le recours massif au marketing, ne préservent pas un film d'une grande qualité, ne le vouent pas au statut de " bas " divertissement, de drôlerie grasse, de débauche gratuite d'effets spéciaux ?
Peter Jackson l'a bien compris, lui qui sait capter l'émotion dans les yeux de ses acteurs, décupler l'empathie qu'on éprouve à leur égard, prendre le temps de filmer de superbes paysages.

Voici qu'en 2 secondes Cate Blanchett (la belle Galadriel, elfe ambigu) nous transporte vers un autre monde qui nous submerge totalement. En des temps très anciens, 14 anneaux furent crées. Répartis entre certaines créatures du " monde du milieu " (les elfes, êtres les plus sages, les nains et les hommes), ces anneaux représentaient le pouvoir pour quiconque les posséderaient. Mais le Mal (sous les traits de Sauron, le seigneur maléfique du pays de Mordor) créa son propre anneau, capable de gouverner tous les autres, et de soumettre par conséquent toutes les créatures de ce monde.
Et ainsi le récit 1000 fois entrepris de la lutte entre le Bien et le Mal prend forme. Lutte vieille comme le monde (née avec lui), lutte parfois simpliste, lutte renouvelée par Le Seigneur des Anneaux. Encore une fois le sort du monde échoue entre les mains de la personne la plus improbable qui soit : un jeune Hobbit (les hobbits sont des étres innocents et de toute petite taille) que sa pureté préserve (momentanément ?) du pouvoir maléfique de l'anneau tout-puissant, dont le seul désir est de retourner auprès de son Maître.

Ce Hobbit n'est autre que Elijah Wood, yeux bleus comme l'azur, visage lisse comme celui d'un nouveau-né, pureté chevillée à l'esprit. Imaginez donc la pression qui a du un temps alourdir de façon incroyable les épaules des responsables du casting. Et voilà qu'ils choisissent Wood, et Frodo, c'est lui, pas de doute ! Qui pourrait rêver de quelqu'un d'autre ? Toute la confrérie de l'anneau est jouée par une équipe de rêve. Quel plaisir de trouver Ian Mc Kellen dans le rôle du magicien ! Et Christopher Lee, qui ajoute une touche étrange au film. De façon assez surprenante, Liv Tyler et Cate Blanchett sont relativement transparentes (mais que pouvait-on attendre d'autre ? Les femmes, aussi elfes soient elles, sont rarement plus que tolérées à la table du Bien et du Mal).
Et les petits Hobbits (Sam, Pippin, Merry), quant à eux, méritent les louanges réservées aux lions…

S'il fallait absolument formuler des reproches à l'encontre du film, j'évoquerais peut-être des transitions un peu abruptes, rarement néanmoins.
Je me souviens de la critique à l'égard des effets numériques de Gladiator pour représenter le Colysée (Dans Les Cahiers, ceci donc expliquant cela, puisque ces derniers préféraient à la technologie moderne les décors de La Chute de l'Empire Romain). En étant plus réservée et en reconnaissant à quel point le numérique est appréciable, je dois dire que certains effets me sont apparus moyens (la bataille du début, la " transformation " de Cate Blanchett).

Pourtant, visuellement, Le Seigneur est splendide. Un rêve qui devient réalité pour les amateurs de féerie jusqu'ici frustrés, les amoureux de récits épiques, grandioses et magiques.
Cet anneau qui exerce son pouvoir sur créatures du Monde du milieu, vous ensorcellera-t-il ?
Vous fera-t-il renier vos serments comme il a fait s'envoler ma résolution de renoncer aux superlatifs ?

Avec le premier volet s'évanouissent tous les doutes, toutes les craintes concernant la trilogie. Le film est bel est bien à la hauteur de ses ambitions et les 3 heures sont 3 petites minutes sous nos yeux ahuris.

" La suite s'exclamaient les enfants. La suite, la suite ! " (Monsieur Malaussène, Daniel Pennac).
La main sur le tome 1 (tout neuf et luisant) des romans tout puissants de Tolkien, le cœur battant, j'attends la suite, le pied ferme, et prêt à ruer mon être dans les salles obscures. Pour une fois, le temps qui nous sépare de décembre 2002 va sembler s'écouler comme une longue éternité.


.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Martin a écrit le 31/12/2001 à 14h45.  Commentaire 351, Visiteur 5
Pour avoir lu le livre quelques fois, je mettrai simplement un petit bémol.
Dans le film, les personnages sont un petit peu caricaturaux et manquent d'épaisseur. Ainsi, le "héro", frodon ressemble plus à tintin qu'au fêtard qu'il est dans le livre: c'est lui qui a Bree, en faisant la fête, en chantant et en dansant sur une table tombe et met l'anneau. Mais un héro qui boit n'est pas un héro à l'américaine, d'ou la modification.

Sinon les décors sont en effet magnifiques (hormis la forêt de lothorien ou la ville elfe n'est pas aussi discrette qu'elle devrai l'être... trop somptueuse).

Pour résumer, je dirai que les grandes lignes du livres sont maintenues, mais que tous les détails sont changés... Parfois de manière superlue !

Antoine a écrit le 02/01/2002 à 10h22.  Commentaire 352, Visiteur 226
Je suis absolument d'accord Jean cette réalisation est absolument superbe.
J'attends la suite avec impatience

Damien a écrit le 08/01/2002 à 09h26.  Commentaire 353, Visiteur 227
J'ai ete tres deçu par ce film. Comment resumer l'oeuvre de Tolkien a un film violent ou l'essentiel est oublie. C'est plus une serie de diapo qu'il m'a ete donne de voir qu'une oeuvre magnifique et majestueuse. Quand on fait quelque chose on le fait bien sinon on ne le fait pas.

Martin a écrit le 10/01/2002 à 12h36.  Commentaire 350, Visiteur 5
Je ne suis pas d'accord avec toi, damien. Certes le film a réduit la profondeur du livre (personages, histoire...), certes le scénario a été américanisé (comme l'épisode de Bree ou le baiser d'arwen et d'aragorn), mais il s'agit d'un très gros travail d'adaptation qui a été fait, et un travail nécéssaire, vu le temps limité imparti au réalisateur. Certains éléments on été ajoutés: pour mieux expliciter un trait de caractère (comme la dévotion de sam quand il manque de se noyer pour suivre son maitre).

L'adaptation n'était vraiment pas facile à mon avis; le livre se déroule sur une bien plus longue période et les choses se passent bien moins vite. Mais dans un film on ne pourait pas rendre cela sans y passer des heures, ce qui serait fastidieux au non passioné...

J'en reste donc à ce que j'en disais au départ: que ce n'est pas, loin de là, l'équivalent du livre, mais que c'est une adaptation très correcte.

Bibino a écrit le 28/02/2003 à 15h51.  Commentaire 586, Visiteur 356
damien si tu dit sa c que t'a rien compris o film t'a deja vu un film ossi bien fait.aussi cool et avec des acteurs vraiments pa mal dutou!!!!la violence les batailles c terribl tout sa la musique les decors tout sa sont vraiment manifique
sur ce film serieux ya rien a dire j'sé mm pa ou trouV des critique.serieux esta un!perfecto!ce film!!c tro d'la ball.le er film dur environ h é ben j'les ai pa dutout vu passer
aller salut
kiss
bibino

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites