Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Robert Zemeckis
Durée 2h24

Avec
Jodie Foster (Ellie Arroway)
Jena Malone (Ellie (petite))
Mathew McConaughey (Palmer)
David Morse (Ted Arroway)
Geoffrey Blake (Fisher)
William Fichtner (Kent)
Larry King (Propre rôle)
Sami Chester (Vernon)

Scénario James Hart Michael Goldenberg
Musique Alan Silvestri
Production South Side Amusement company
Distribution Warner Home Video

Le DVD
Zone2
Pistes Son
Français 5.1
Anglais (5.1)
Italien (5.1)
Sous-titres
Français
Anglais
Italien





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 2

Contact
 
ET, Dieu et les Hommes
 

01/08/2002
voir les images
Acheter le filmAchetez che Amazon.fr
Acheter la musique du filmAchetez che Amazon.fr
Mea culpa

Faut-il critiquer un film que l'on a peu ou pas apprécié ? Je ne suis pas spécialement pour ce genre de pratiques, mais on me l'a demandé alors je le fais. En effet, pourquoi critiquer ce film plus qu'un autre pour des dérives qui sont celles du courant duquel il est tiré et qui ne lui sont donc pas propres ? Je m'explique. Contact est un film américain, fait par des Américains, pour des Américains selon le modèle américain. Peut-on lui reprocher plus qu'à un autre de suivre le modèle ? Si je veux faire la critique de ce film, devrais-je aussi refaire celle de Titanic, d'Indendence day, de E.T., ou de tous les autres films auxquels on pourrait reprocher les mêmes choses ?

Toutefois on m'a demandé une critique de ce film donc je m'exécute. Si comme moi vous n'aimez pas les poncifs, passez directement à la conclusion ou aller voir mon texte sur Matrix qui constitue l'antithèse de celui-ci.

L'histoire

C'est l'histoire d'une savante qui aime à écouter les étoiles des fois que des martiens lui parleraient. Il est CAPITAL de savoir qu'elle a perdu sa mère à sa naissance et son père qu'elle aimait beaucoup beaucoup à l'âge de 9 ans et qu'elle a beaucoup souffert. Elle cherche donc les martiens pour se sentir moins seule. Elle est très rationnelle et elle ne croit pas en Dieu. On nous fait remarquer à maintes reprises que c'est pas bien de pas croire en Dieu, mais passons : elle est presque parfaite.

Un jour, alors que le programme SETI (search for extra-terrestre intelligence, je crois), dans lequel elle travaillait, devait justement être interrompu, elle reçoit une lettre de la planète Véga. C'est un message superposé à des sons qui représentent les nombres premiers. C'est important, on lui envoie les plans d'une machine pour partir sur Véga en voyage ! Suit tout un tas banalités sur la représentativité des hommes de sciences par rapport aux croyants, sur le fait qu'on ne puisse pas prouver que Dieu n'existe pas, et que le monde n'est pas juste. La scientifique-presque-parfaite-mais-pas-croyante titube face à la bonne pensée américaine, mais finit par partir. En revenant, on ne la croit pas et elle doit reconnaître que sans preuve, son voyage pouvait n'avoir pu être que spirituel et que finalement c'était comme de croire en Dieu. Très fine la scène du procès !! Je raccourcis, mais le film dure plus de deux heures et je m'ennuie rien qu'en le racontant.

Grosse ficelle (et y en a qu'une)

En effet, ce film n'a rien de palpitant et l'on sait très bien qu'à la fin, tout va s'arranger. Le problème est que tout est fait pour qu'il y ait du suspens, mais qu'en ce qui me concerne, ça n'a pas marché. Alors, il y a des longueurs, des longueurs !

Techniquement irréprochable

Côté technique, c'est très réussi, mais en aurait-on douté ? D'ailleurs les Bonus vantent amplement cet aspect pour moi secondaire. Il y a quand même de très belles images. Les toutes premières minutes sont très belles. C'est une scène où l'on part de la terre pour s'en éloigner. On voit passer le système solaire, on sort de notre galaxie, on s'éloigne encore, encore… Après ça vous pouvez éteindre votre DVD et passer à autre chose.

Que dire de plus ? Le scénario aurait été beaucoup plus intéressant s'il avait commencé au moment où la savante est rentrée en contact avec les martiens. Car, je vous le dit tout de suite, ils n'ont pas pris de risques les scénaristes : le seul bout de martien que l'on voit, c'en est un qui a pris l'apparence du père de la savante et en plus il ne nous dit rien de très passionnant.

Verdict : lui aussi trouvé d'avance

Oui, Contact est encore une expression de la bonne morale américaine ; oui, Contact tente d'introduire une confusion entre les sciences et la religion, mais faut-il le fustiger de faire ce que tout le monde fait ? Mieux vaut ignorer ce film et prêter attention au bon cinéma. (Celui-ci n'est pas forcément français, et pour vous en convaincre, je vous invite à aller voir la critique du film Matrix, rédigée par mes soins, car il s'agit, certes d'une superproduction américaine, mais de bonne qualité et pas seulement technique).
Pendant ce temps, je regrette ce temps perdu à écrire ce texte !




.::Martin
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Manji a écrit le 07/06/2002 à 22h35.  Commentaire 214, Visiteur 129
Moi aussi, je regrette que tu aies perdu ton temps à écrire ce texte !
Je ne suis pas allé voir ta critique de Matrix parce que j'ai trouvé celle-ci (Contact, donc) assez superficielle et ça m'a un peu agacé... Quand on aime pas, c'est toujours facile de simplifier les enjeux d'un film et de les réduire à quelque chose de ridicule ("c'est très américain"... ah, ouiiii...). Je pourrais faire pareil pour Matrix, d'ailleurs ("à la fin les gentils y gagnent parce que l'amour est plus fort que tout", ce genre de truc), mais je m'en abstiendrai parce que j'ai bien aimé Matrix.
Matrix et Contact. Oui oui, les deux.
Bon, sans rancune, après tout je suis d'accord avec toi dans ton introduction : c'est dommage que tu sois obligé d'écrire sur quelque chose qui ne t'inspires pas.

GREG a écrit le 01/08/2002 à 14h00.  Commentaire 215, Visiteur 130
critique consternante. Fait autre chose...

Nicolas a écrit le 13/10/2002 à 13h09.  Commentaire 216, Visiteur 131
Salut Martin. Je viens de voir ce consternant navet américain, et je trouve ta critique tres bonne, bien écrite, mais je dois te le dire, trop gentille. Ce film est d'un mortel ennui, et en realité une resucée de ce que tous les réalisateurs américains les plus conformistes nous aient donné de voir. Il n'a pour objectif que de nous montrer avec l'habituelle pseudo finesse américaine bien calibrée (ne pas être premier degré pour faire intello, mais ne pas être second degré pour que le public et le business suive ...), que la bonne religion est la religion chretienne (voir les extremistes qui nous font penser à vous savez qui), car elle reste finalement en conhérence avec la science. On peut donc être scientifique (et intelligent) et croire en Dieu (et plein de spiritualité). Ce qui compte c'est la recherche de la vérité (ah oui?) qui est en chacun de nous (c'est confondant).

C'est vrai finalement qu'on perd son temps à écrire sur ce genre de films..

Guillaume a écrit le 21/07/2003 à 10h03.  Commentaire 1810, Visiteur 1022
Contrairement à l'ensemble des critiques déjà présentes, je serais plus partagé quant à ce que l'on peut retirer de Contact. Certes le scénario ne brille pas par son originalité. Certes, la fin est prévisible. Certes, le film est à la gloire d'un américanisme juste et bien pensant, ce qui devient pénible vers la qui fin du film ("ce sont les américains qui ont découvert, construit, payé, donc qui doivent partir"). Mais une fois passé outre ces déviances habituelles du cinéma d'outre-atlantique (et que l'on retrouve de façon latente dans Matrix), il reste un bon film, posant un certain nombre de questions relatives au liens entre science et théologie. Peut-être l'histoire d'amour aurait pu être soit évincée soit plus développée, mais le duo Foster-McConaughey est des plus convaincant, et l'actrice nous prouve une fois de plus qu'elle peut porter plus de 2h00 d'images sans faiblir.
Un bon film donc, un divertissement intéressant.
Dernière chose: si l'industrie cinématographique américaine a tendance à suivre certains poncifs (bien pensante et pro-USA), n'oublions pas qu'en face, notre 'exception culturelle' conduit également faire un certain nombre de films franchouillards et lourdingues. D'un côté comme de l'autre, meix vaut éviter les sentences creuses et à deux-sous (cf: "Mieux vaut ignorer ce film et prêter attention au bon cinéma.Mieux vaut ignorer ce film et prêter attention au bon cinéma."). Mais bon, tout est histoire de goût....

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites