Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Philippe Lioret
Pays d'origine France
Durée 1h25
Sortie en France 21/03/2001
Sortie Mondiale
21/03/2001

Avec
Sandrine Bonnaire (Claire Canselier)
jacques Gamblin (Pierre Cassini)
isabelle Candelier (Alice Cohen)
Zinedine Soualem (Karim Coutard)
Jacques Boudet (Jacques Frémont)
Patrick Mercado (Nounours)
Gérard Lartigau (Henri Blasco)
Philippe Beglia (Philippe Carioux)
Marie-Yvonne Schiltz (Elisabeth Carioux)
Gérard Lartigau (Henri Blasco)

Scénario E. Courcol P. Lioret
Musique Philippe Sarde
Production Aliceleo
Distribution Rezo Films





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 3

Mademoiselle
 
Parenthèses amoureuses ?
 

26/08/2002
voir les images
Claire

Claire est une femme comme vous et (pas) moi. Une femme qui a une vie bien réglée, un mari, des enfants et un travail dans lequel elle réussit. Elle vient justement d'obtenir une promotion qui est rendue officielle dans le colloque où se noue l'intrigue.

Le colloque

Le colloque est tout ce qu'il y a de plus classique en matière de colloque. Apéritifs, faux culs, complaisances et mondanités. Seule originalité: la présence d'une troupe d'improvisation qui anime la fête (le passage ou le serveur se met à faire signer sa pétition écolo et fait scandale sur la qualité du saumon des toasts est succulent!). Claire y fait la rencontre de Pierre, l'acteur qui joue le serveur.

La troupe

Au départ, claire manque son bus et se retrouve avec la troupe d'improvisation pour aller prendre son train, mais le rate à nouveau et prolonge son séjour avec la troupe. Elle fait connaissance de Pierre et de la troupe. Cette troupe est le reste d'une ligue d'improvisation en déliquescence. Elle est composée de quatre acteurs, une femme et trois hommes, dont Pierre. Les relations y sont tendues. S'opposent le réalisme économique qui pousse à faire des numéros pour gagner son pain, à l'artiste pur qui refuse de se prostituer. Ces malaises éclatent lors du mariage qu'ils animent, l'arrivée de Clair accélère l'implosion.

Pierre

Pierre est l'artiste dans sa caricature. Il est le plus libre des quatre acteurs dans le sens ou il n'en peut plus de faire le clown pour des bourgeois. Le mariage est particulièrement éloquent à ce propos, la satyre sociale est pendant ce passage très forte. Il ne supporte plus ce travail avec la troupe. Claire est pour lui une bouffée d'oxygène, une manière de sortir de son cadre quotidien. Ça peut d'ailleurs paraître paradoxal car on pourrait le croire libre! En fait il n'en est rien, car la vie dans la ligue a ses contraintes et il les sent comme étouffantes.

Pierre + Claire

Claire et Pierre forment donc un couple parfait. Claire, dont la banalité du prénom n'a d'égal que la banalité de sa vie cherche l'aventure, et Pierre au prénom lui aussi particulièrement original, cherche à changer d'air car celui de la troupe l'oppresse. Leur relation est intense mais comme l'étincelle s'achève par la force des choses aussi vite qu'elle était apparue.

La Mayonnaise des constances cachées

Mais vingt-quatre heures ne peuvent pas changer du tout au tout une vie et la séparation se fait par la force des choses. Claire doit prendre son train car son mari et ses enfants l'attendent. On ne s'extrait pas facilement de cette construction sociale qu'est la famille. De toute façon, même si le spectateur souhaite très fort qu'elle reste avec Pierre, Claire ne le veut pas, les contraintes étant trop fortement intériorisées.

Une parenthèse amoureuse ?

C'est ce que l'on peut penser lorsque que l'on voit Claire retourner à se petite vie. Mais il ne faut pas oublier que le film débute sur l'affiche de la pièce de théâtre que Pierre semble venir de monter, et que c'est dans le souvenir de claire que nous nous trouvons tout le long du film. La fin reste donc ouverte. On peut tout à fait imaginer qu'elle le retrouve après une représentation, mais je n'y crois pas trop quand même. Qu'en pensez vous? le forum est l'endroit rêvé pour en parler! (cliquer ici)

Mademoiselle

Pourquoi ce titre? À un moment du film quelqu'un appelle Claire mademoiselle. Elle fait la remarque à Pierre que cela faisait très longtemps qu'on ne l'avait pas appelée ainsi. Mademoiselle c'est aussi pour l'ensemble de l'épisode amoureux. Une liberté retrouvée pour un temps avec le téléphone qui relie au mari comme seule contrainte (vue comme particulièrement oppressante).

Un film touchant et humain

L'intrigue peut paraître banale. Elle l'est, je ne peux pas dire le contraire. Mais ce n'est pas ce qui compte dans Mademoiselle. J'ai été touché, tout le monde a été touché par l'humanité de ce film. Philippe Lioret a une vision très juste des relation humaine et les acteurs les ont remarquablement restituées. De plus, c'est un film qui touche parce que l'on se sent très proches des personnages. On aimerait tous vivre ce que ces personnages vivent, or ils sont si proches que le rêve paraît réalisable.


.::Martin
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Souad a écrit le 26/07/2004 à 17h10.  Commentaire 7696, Visiteur 2842
je suis entierement d'accord avec vous le film est touchant et fait rever il montre l'intensite d'un instant de bonheur vole a la monotonie d'une vie bien rangee bravo a sandrine qui encore une fois a mis toute sa fraicheur et sa douceur dans le film et il est vrai que la fin nous permet de rever a un autre denouement

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites