Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Un film de Jose Giovanni
Pays d'origine France
Durée 1h55
Sortie en France 25/04/2001
Sortie Mondiale
25/04/2001

Avec
Bruno Cremer (Joz)
Vincent Lecoeur (Manu)
Rufus (Grinval)
Michelle Goddet (Emilie)
Nicolas Abraham (Maître Hecquet)
Maria Pitarressi (Dorianne Teneraux)
Cédric Chevalme (barthy)
Charlotte Kady (la prostituée)
François Perrot (Santos)
Gabriek Briand (patron du bistrot)

Scénario J. Giovanni Bertrand Tavernier
Musique Surghjenti
Production Cine valse
Distribution Bac Distribution

Sur le Web
Sites officiels
Mon père
Bac Films





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Mon père
 
Un fils, un père
 

26/08/2002
voir les images
Autobiographique, fort, sincère

Le titre du film reflète une grande qualité de ce long-métrage écrit et réalisé par José Giovani : la sobriété.

Mon Père, c'est l'histoire du Père de l'auteur-réalisateur, et la sienne. L'histoire d'un homme qui se bat pour garder en vie son dernier fils, gangster par influence condamné à la peine capitale dans la France d'après-guerre (39-45).

L'histoire d'un homme a priori ordinaire qui se révèle extraordinaire dans la nécessité, avec l'humilité, la discrétion de ceux qui préfèrent les actes (toujours utiles) aux mots (parfois futiles ou trop difficiles à prononcer).

La réhabilitation du père dans la mémoire du fils ou une recherche de rédemption

Jamais le récit n'aura été important dans un film. La voix off qui nous guide tout au long du film, empreinte de regret et plus encore de nostalgie ne fait que justifier ce dire. L'histoire, donc. Giovanni raconte l'histoire de son père joueur par habitude, par nécessité, parce que jouer est ce qu'il fait de mieux. Grâce à cet étrange métier il obtient l'argent destiné à la révision du procès qui a condamné son fils à mourir.

Mon Père est plein de finesse, de justesse mais aussi et surtout exprime toute l'incompréhension et la maladresse qui ont caractérisé la relation virile et tortueuse entre les deux héros.

Giovanni se fait le narrateur de l'injustice de ses sentiments vis-à-vis de ce père dont chacun rêverait dans cette situation extrême.

On apprécie le rythme du film, le travail de l'image, la sobriété de la réalisation, la justesse des acteurs, leur jeu "vrai".

Un joli film.

A ne pas louper.


.::Sophie
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Passou a écrit le 05/03/2006 à 12h19.  Commentaire 17117, Visiteur 4845
D'accord avec vous pour dire l'intérêt de ce film, Sophie.
Mais je crois que ce genre de narration, de courage, d'exemple, se passe de mots. D'ailleurs, qu'ils soient ou non trop difficiles à prononcer n'aurait rien changé: ce qui compte, ce sont les actes. Après, qu'on pose ou non des mots sur ces actes, c'est un autre problème: je crois qu'il vaut mieux quelqu'un qui agit sans parler à quelqu'un qui parle sans agir, ou qui n'a pas de concordance entre ses discours et ses actes! Il me semble que c'est un autre apport de ce film, que de montrer simplment qu'au delà des modes psy (poser des mots), ce qui parle de nous ce sont nos actes.

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites