Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
De Albert Cossery





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 4

Mendiants et orgueilleux
 
Plaisir de lire
 

23/06/2004
voir les images
Acheter le livreAchetez che Amazon.fr
Je ne connaissais pas Albert Cossery, et j’ai découvert en achetant ce bouquin qu’il a reçu le prix de la Francophonie en 1990, qu’il s’était établi à Paris en 1945 et s’était lié à Albert Camus, Lawrence Durrell et qu’il avait rencontré Louis Guilloux et Jean Genet. Et maintenant que j’ai lu le livre, je comprends mieux les connections avec ces auteurs, et les différentes thématiques que l’on croise dans cette œuvre.

Meurtre dans une rue du Caire

Tout se passe dans les rues du Caire, des quartiers pauvres et misérables où une sordide histoire de crime d’une prostituée va nous permettre de faire connaissance avec un milieu bien particulier, quelques personnages pittoresques et hauts en couleur, ainsi qu’un héros à la philosophie bien singulière. En fait, Gohar, un intellectuel qui a plus ou moins choisi sa déchéance et son statut de mendiant (en rébellion passive contre le gouvernement en fait) est accroc à sa dose de hachisch que Yéghen lui fournit quotidiennement.
Plus ou moins par erreur… et pris d’un coup de la folie du au sevrage, il étrangle une prostituée de la maquerelle Set Amina (alors que personne n’est à la maison close).
Ensuite une enquête a lieu, avec Nour El Dine, un flic homo (honteux) qui mène ses investigations, et plusieurs protagonistes que l’on rencontre et suit au fur et à mesure.

Phlisophies et principes

Ce bouquin est avant tout un véritable plaisir à lire pour son écriture et son style littéraire. Cet auteur manie réellement le verbe avec une poésie et une acuité fabuleuse. Ensuite, j’ai vraiment été charmé par les diverses philosophies et principes qui sont expliqués, ainsi que la manière dont l’auteur montre les différentes strates de la société égyptienne de l’époque.
Gohar fait parfois son Siddhârta, et pourtant c’est ironique presque de la part d’un junky qui vient d’assassiner une fille. Or il a aussi un discours d’une sagesse et d’un ascétisme confondant.

On a un plaisir infini à plonger dans ce monde tellement différent du nôtre, et à vouloir connaître le fin mot de cette intrigue policière (alors que ce n’est finalement pas le sujet du bouquin) mais surtout de voir comment les personnages évoluent entre le début et la fin. Il faut absolument que je lise d’autres ouvrages de ce type !

:: Le blog de Matoo ::

.::Matoo
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites