Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 

Sur le Web
À voir :
The Register: section 3G
UMTS Forum
International Mobile Communication 2000





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 5

Etat des lieux de l'UMTS
 
L'eldorado aura-t-il lieu ?
 

05/01/2003
voir les images
Résumé

Alors que tous les fans de nouvelles technologies rêvaient il y a quelques années de réseaux UMTS fonctionnant dans toute l'Europe de l'ouest courant 2002, les opérateurs ont pour la plupart retardé leurs plans pour 2003 ou 2004, au mieux. Ce n'est donc pas demain que vous pourrez regarder le journal télévisé sur votre Nokia.

Qu'est-ce que l'UMTS ?

L'UMTS, acronyme d'Universal Mobile Telecommunication Standard, correspond à la prochaine grande évolution technologique de la téléphonie mobile. Cette technologie permet des débits pouvant atteindre 2Mb/s pour pouvoir ainsi visionner depuis son téléphone portable des images, du son et de la vidéo. Elle correspond à la troisième génération de téléphonie mobile présente en Europe, au Japon, et peut-être dans de nombreux autres pays, succédant ainsi au GSM (la deuxième génération) et son amélioration mise en service en 2002, le GPRS (la génération 2,5).

Deux normes concurrentes : USA contre le reste du monde (again)

La troisième génération de téléphonie mobile, encore appelée 3G, cache en fait 2 technologies différentes: le WCDMA, propriété d'une pléiade d'industriels du secteur, et le cdma2000, aux mains de Qualcomm seul.
Le WCDMA correspond à la norme UMTS et est le descendant direct du GSM, qui a connu un vif succès dans tous les pays disposant d'un réseau sans fil, à l'exception des Etats-Unis et de la Corée du Sud.
Le cdma2000 est quant à lui une évolution de la technologie CDMA, utilisée dans la plupart des réseaux mobiles étatsuniens et sud-coréens. Son propriétaire, Qualcomm, guère partageur, a un atout de taille: les modifications techniques pour installer un réseau cdma2000 sur un réseau CDMA préexistant sont mineures, et la compatibilité entre les 2 réseaux est très simple à mettre en œuvre. Malheureusement, la politique commerciale de Qualcomm, est de licencier sa technologie au prix fort et ainsi de limiter la concurrence au sein de sa propre norme, alors que les royalties versées dans le cas d'un terminal à la norme WCDMA ne dépassent pas 5% du prix de l'appareil. De plus, les débits sont pour l'instant trop faibles pour permettre la diffusion vidéo (158 kb/s théoriques, 70 kb/s en pratique, avec la version 1xRTT), et donc cette technologie s'apparente davantage à un bon « 2,5G » qu'à un vrai 3G. Et elle est sur son propre territoire en concurrence avec une amélioration du GPRS, l'EDGE, qui devrait atteindre des débits de 384 kb/s. Il faudra attendre la version 3xRTT pour permettre un réseau 3G digne de ce nom.
A noter qu'un opérateur japonais, KDDI, a lancé un service cdma2000 qui semble rencontrer un certain succès auprès du public.

Retards, demandes d'assouplissement et retraits en Europe

L'Europe a choisi le camp de l'UMTS dès la fin des années 90, avec 3 politiques différentes d'attribution des licences de téléphonie: les enchères, le concours de beauté gratuit et le concours de beauté payant. Le système des enchères a en particulier été utilisé en Allemagne et au Royaume-Uni, avec des sommes atteintes astronomiques (près de 100 milliards d'euros au total). Les opérateurs ayant remporté une licence dans ces pays se voient donc lourdement endettés, avant même d'avoir investi un centime dans la construction du réseau. La plupart des pays européens a toutefois choisi le système du concours de beauté, à l'instar de la France, avec une sélection sur dossier et engagement des opérateurs d'une large couverture nationale (voire de 100% de la population comme c'est le cas en Suède) et d'une mise en service rapide.
Devant le poids financier important des investissements, et le lourd endettement préalable des opérateurs, la construction des réseaux a pris du retard dans la plupart des pays. Des reports ont été annoncés par la plupart des opérateurs (exit le réseau Orange en France à l'automne 2002), ou bien demandés aux autorités de régulation lorsqu'un engagement d'ouverture à date déterminée existait dans le contrat de licence (Vodafone a ainsi été débouté par le PTS, l'autorité de régulation suédoise). Certains opérateurs se sont même carrément retirés, abandonnant leur licence parfois acquise au prix fort: c'est le cas de l'alliance Sonera-Telefonica et de MobilCom en Allemagne (sous pression de son actionnaire principal, France Télécom), d'Orange en Suède. Sonera la Finlandaise et Telefonica l'Espagnole ont de plus annoncé un gel de leurs investissement en Europe, à l'exception de leur marché national.
Un autre handicap à la mise en service des réseaux est l'approvisionnement difficile en terminaux. La plupart des opérateurs souhaitent en effet des terminaux bi-modes, compatibles GSM et UMTS, ce que les fabricants ont du mal à concevoir. Au lancement du service de J-Phone (filiale de Vodafone) au Japon, seuls 150 terminaux étaient à la vente, sur tout le territoire, le 20 décembre dernier. Ce problème est également rencontré par Hutchinson, un groupe hong-kongais, qui est pourtant prêt à lancer un réseau au Royaume-Uni et en Italie, et qui a même annoncé les prix de ses forfaits et de ses terminaux.
En fait, un seul réseau UMTS de grande taille est lancé à ce jour, celui du géant japonais NTT, depuis un an, et il ne rencontre pas le succès escompté, en raison du prix élevé des terminaux, de problèmes d'autonomie des batteries et de la faible couverture du réseau. A peine plus de 320 000 personnes ont souscrit à ce service à ce jour.
Conscients de ces problèmes, certains gouvernements européens ont consenti une baisse des coûts (France, Espagne), ou un report de l'ouverture du réseau (Belgique, Suisse).

L'UMTS aura-t-il du succès ?

Il est a peu près acquis que l'UMTS ne sera mis en service en Europe qu'entre cette année et fin 2004. Et le vrai boom des services ne devrait pas avoir lieu avant 2008. Les Etats-Unis vont donc prendre une longueur d'avance sur le passage au 3G, si tant est que les abonnés se manifestent dans un pays assez rétif à un mode de communication sur petit écran (le SMS est encore très peu utilisé outre-Atlantique, les gens préfèrent être devant un vrai écran 17 pouces).
Le succès de l'UMTS n'est pas garanti, et certains prétendent même que les sommes investies dans les licences d'opérateurs ont à elles seules tué cette technologie dans l'oeuf, accusant ainsi l'avarice des gouvernement ou l'inconséquence de la surenchère des opérateurs.
Dommage, on aurait bien aimé voir Harry Potter 5 sur son Ericsson.

.::Oli blog
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Jean a écrit le 06/01/2003 à 00h48.  Commentaire 87, Visiteur 41
Harry potter je ne sais pas....En revanche les flash info de LCI ou de Blomberg pourquoi pas !
Ou encore se mater un ptit clip bien sympa...

Ajoutez votre commentaire

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites