Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 
Interprète Mogwai
Auteur Mogwai
Compositeur Mogwai
Label PIAS RECORDINGS
Editeur PLAY IT AGAIN SAM FRANCE
Sortie en France 10/06/2003

Liste des plages
1- Hunted by a Freak 
2- Moses? I Amn’t 
3- Kids will be Skeletons 
4- Killing all the Flies 
5- Boring Machines Disturbs Sleep 
6- Ratts of the Capital 
7- Golden Porsche 
8- I know you are but what am I? 
9- Stop Coming to my House 





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 5

Happy songs for happy people
 
La ballade des gens heureux
 

02/06/2003
voir les images
Acheter le CDAchetez che Amazon.fr
Pour tous ceux qui avaient hâtivement rangé Mogwai dans la catégorie des faiseurs plus ou moins habiles, voici la preuve indiscutable de la grandeur de ces écossais. « Happy songs for happy people », leur quatrième album, les renvoie enfin en pleine lumière et apporte un sérieux démenti à ceux qui les caricaturent souvent en sous Godspeed, tout juste capables de faire alterner systématiquement le calme et la tempête, dans leurs longues compositions instrumentales. Certes, il n’est pas faux de penser que Mogwai a peut-être donné le bâton pour se faire battre, en bâtissant la plupart de ses concerts sous cette unique logique des jaillissements électriques succédant à de trompeuses plages apaisées. Mais l’écoute des albums et divers ep du groupe donne inévitablement une image infiniment plus complexe et subtile. Comment nier les faits ? Mogwai est un très grand groupe, un des rares apparus depuis la fin des années 90. Il a su dépasser l’engouement éphémère autour de la vague post-rock pour construire une œuvre cohérente et innovante. En voici donc une nouvelle pierre et pas la moindre …

L’odyssée de l’espace

D’emblée, « Hunted by a Freak » impose sa marque, comme une évidence. Ce titre est un des meilleurs jamais composés par le groupe, décollant à la verticale dès les premières secondes pour un voyage spatial aussi dense que dépaysant. Pas de fausse apesanteur ici mais une vraie étreinte, puissante et exaltante. Content de vous retrouver les gars, vous nous manquiez, on embarque sans réserve dans votre nouvelle odyssée !
« Moses? I Amn’t » explore ensuite magnifiquement et sobrement le versant mélancolique de Mogwai, veine rarement mise en avant dans les commentaires autour des écossais. Ces deux premiers titres sont la meilleure réponse à leurs détracteurs, nous sommes loin de prétendues recettes éculées. Mogwai bouleverse l’auditeur comme peu savent le faire.
La suite du disque est du même tonneau. La beauté épurée et simple de « Kids will be Skeletons » nous ramène aux meilleures heures de l’aventure. Un nouveau grand sommet se profile alors avec « Killing all the Flies », qui débute comme un morceau des merveilleux islandais de Sigur Ros, avant de basculer brutalement dans le grand brasier allumé régulièrement par les écossais. Mogwai est fidèle à lui-même et ces premières morsures de l’album se fondent à la perfection dans ce climat contemplatif, qui se prolonge avec les voix éthérées de « Boring Machines Disturbs Sleep ».
Il ne sera pas dit qu’un seul album de Mogwai ne soit pas traversé par un imposant morceau de bravoure. Au panthéon des longues pièces construites au fil des années par les écossais, « Ratts of the Capital » tient alors son rang, fier de ses huit minutes, déroulées sans effort ni artifice.
« Golden Porsche » arrive ensuite, avec ses arpèges d’une insondable tristesse et son économie de moyens si féconde (une mise sous tension au ralenti, quelques notes de piano). La grâce de ce court morceau est infinie.
Mais les (bonnes) surprises sont loin d’être épuisées puisque tombe alors du ciel « I know you are but what am I ? », qui nous transporte du côté de la musique minimaliste de Boards of Canada. Cette longue plongée en apnée intrigue puis séduit par son motif répétitif et obsessionnel. Mogwai se renouvelle avec légèreté et sincérité, loin des expérimentations fumeuses et des calculs sinistres d’un Blur, dont les écossais se moquaient il y a quelques années. Le hasard des calendriers (et l’ironie de l’Histoire ?) fait que les deux groupes sortent un nouveau disque en même temps. La comparaison est accablante pour Damon Albarn et ses hommes.
Mais revenons à nos moutons et à ce splendide quatrième album de Mogwai. Sa conclusion est à la hauteur des morceaux précédents puisque « Stop Coming to my House », dans le style si caractéristique du groupe, orchestre une lente et panoramique montée en puissance et finit par dévoiler une incroyable profondeur de champ.
Le disque s’achève alors, le voyage se termine. Mogwai vient de livrer un chef d’œuvre. Un de plus.

.::Samuel
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites