Retour vers l'accueil
pub
 
 
 
 
arrondi gauche imprimer    Conseiller l\'article à un ami arrondi droit
 

 

 
 
voir les images
voir vos commentaires
onglet
 





votez Chroni au Weborama
Votez Chroni !
hotspot

Cette oeuvre a été notée 1

Constitution des extrêmes
 
En dansant la polonaise...
 

20/10/2005
voir les images
Encore une chronique provocatrice sous ma plume ? Que nenni mon brave Monsieur. La retenue qui me mu m’empêcherait d’agir ainsi. Et le titre ? Un fond de pensée qu’une Slovène forcément putain ou qu’un plombier / routier Polonais nécessairement responsables de la casse sociale pourraient approuver.

Car quoi ? Qui a vu la différence entre l’ordurerie d’un ramassis de gauchistes surfant sur le mécontentement contre un Raffarin usé et les apôtres de la ratonnade lors du référendum sur la constitution européenne ? Les deux ont joué sur la xénophobie latente des petites gens. Xénophobie nourrie par la peur du changement et le discours latent sur une pseudo décadence du modèle français.

Déteste ton prochain comme l’autre te déteste

Cessons d’être aveugle. L’extrême gauche, auréolée de son humanisme, s’autorise à haïr l’européen du lointain quand la droite nationaliste ou extrêmiste agitent l’épouvantable barbichette du Truc en babouche. Les deux sont pourtant européens. Mieux, ils sont juste humains. Des semblables. Et celui qui haït son semblable se détruit en réalité lui-même par le repli sur la soi et la fin des échanges.

Si l’autre possède c’est qu’il me prend. Quelle bêtise ! Quelle ignorance des mécanismes du progrès social. Le nationalisme comme réponse à l’avidité capitaliste. Une nouvelle fois, les peuples se trompent d’ennemi. Ce n’est pas la mondialisation qui est dangereuse, mais le repli sur nos intérêts matériels, la volonté de concentration toujours plus grande du capital. Posséder ne peut être un mal. Posséder à tout prix c’est le début de la destruction.

Bouh !

La peur comme outil de manipulation des masses. La désinformation comme matériau de propagande. Des députés qui mentent. Des journalistes incapables de rétablir la réalité d’un débat. Des syndicats soumis à des bases militantes plus politiques que membres des forces de progrès.

Au-délà d’une proximité des extrêmes, c’est surtout la faillite de notre sociale démocratie, l’égoïsme des peuples, la molesse des catégories les mieux informées que ce triste 29 mai a révélé.
Les Français qui ont votés non parce que le gouvernement ne leur convenait pas sont tout simplement des cons. Cela ne prend que 4 lettres mais me soulage le cœur à défaut de rehausser la conscience des masses.

.::Jean
   
imprimer | conseillez l'article à un ami|
Vos commentaires
Ajoutez votre commentaire

Aucun commentaire n'a encore été entré.

   
©Chroniscope : 2000-2017
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales

Valid HTML 4.01! Valid CSS! Level A conformance icon, 
          W3C-WAI Web Content Accessibility Guidelines 1.0
Hit Parade Positionnement et Statistiques Gratuites