Un film de Tony Kaye
Pays d'origine USA
Durée 1h56

Avec
Edward Norton (Derek Vinyard)
Edward Furlong (Danny Vinyard)
Beverly d'Angelo (Doris Vinyard)
Jennifer Lien (Davina Vinyard)
Ethan Suplée (Seth)
Fairuza Balk (Stacey)

Scénario David Mc Kenna
Musique Anne Dudley
Production Turman Morrissey
Distribution Metropolitan Film Video

Le DVD
Zone2
Pistes Son
Fançais (5.1)
Anglais (5.1)
Sous-titres
Français
Anglais




 

American History X
 
Dur, violent, mais tellement fort !
 

11/02/2002
L'histoire
Noir et blanc. Des vagues déferlent sur la plage et viennent mourir unes à unes sur le sable fin. Le calme. C'est l'étale.

Noir et blanc

"des nègres sont en train de casser la caisse!" crie le petit frère à son ainé, le dérangeant alors qu'il était au lit avec sa copine. Il sort son flingue, en abat un, blaisse l'autre et l'achève froidement. La police arrive. À genous, les mains derrière la tête, torse nu, crâne rasé à blanc, une grosse croix gammée noire tatouée sur le torse, il se laisse arrêter.

Couleur

Trois ans après. Il sort de prison. Il a changé. Les cheveux ont poussé, il porte un sweat blanc à manches longues pour mieux cacher les stigmates de la haine. Il a changé, on le sent, on le sait. Il est devenu plus tempéré, plus nuancé. Que s'est-il passé?
De retour chez lui ou chez ses "amis", tout le monde lui saute au cou. Il y a la joie, mais aussi le malaise. Il est devenu un héro chez les Nazi-Skins. Son frère est fier de lui, il l'idolatre plus que toujours. Mais il l'admire comme les autres Nazi-Skins l'admirent, pour l'image d'un chef qui est allé jusqu'au bout de ses idées. Et c'est là que se joue l'histoire: Le petit frère est sur les traces de son frère, il est très influençable par le politicien fascho du coin et s'apprète à reproduire le même schéma.

De nombreux autres retours en arrière explicitent le film. Le récit de la prison, des scènes familiales et bien d'autres encores donnent de la profondeur à ce film dont, finalement, le scénario est relativement simple. Car c'est bien le vécu des deux frères qui compte et permet de comprendre leur engagement, c'est l'expérience de la prison qui explique le changement d'attitude du grand frère.

Une excellence technique

American History X tient aussi sa force d'une technique de jeu et d'une réalisation excellente. Edward Norton joue le role du grand frère. Il est troublant de vérité. Qu'il joue la haine du Nazi ou la compassion du frère repanti, il joue le même personnage, mais sous deux angles différents avec la même sincèrité. On n'a du mal à croire que c'est un film et non un documetaire en le voyant. Le petit frère aussi est joué remarquablement. Le personage de l'ado révolté dont le seul repère est son frère trouve toute sa crédibilité dans un jeu parfait.
De plus, le jeu est servi par une réalisation géniale. Tous les plans sont travaillés et bon nombre d'entre eux mériteraient d'être exposés en tant que photos dans une galerie d'art. En particulier ceux en noir en blanc dont la force est vraiment décuplée par le contraste entre les deux couleurs. Le parrallèle est d'ailleurs intéressant entre l'utilisation d'une technique particulière: le noir et blanc et la vision qui est délivrée: la vision de l'antinomie entre... noirs et blanc.

Quelques imperfections toutefois...

Malheureusement quelques imperfections viennent noircir (un peu) la blancheur du tableau. En premier lieu, le scénario ne réserve que très peu de surprises, c'est un peu domage. On se doute que le frère revient de prison en ayant changé d'idées, on voit venir la fin. Tout se déroule comme une suite logique jusqu'à l'avant dernière scène qui aurait pu passer pour une surprise si elle n'avait pas été annoncée par une musique "tendue" deux minutes avant. Ensuite, le film est parfois un petit peu trop moralisateur. Et le professeur noir (deux fois docteur) récite peut-être un peu trop la bible (sans le dire heureusement, on serait tombé dans la série B!!).
Mais il y a un élément de plus qui m'embête dans ce film, c'est qu'il laisse penser que les skinhead sont tous d'extrême droite, alors que ce n'est pas le cas (malheureusement, c'est un travers que presque tous ceux qui parlent du sujet ont, on ne peut, bien sûr, pas en blamer seul l'auteur, mais il est bon de le signaler tout de même). En effet, le mouvement skinhead se compose d'au moins trois parties: une minorité de skinhead d'extrême droite, une majorité de skinhead apolitique (ambigüs), et une autre minorité d'extrême-gauche. Nous n'en dirons pas plus sur le sujet (contactez-moi pour plus de détails), mais de cette erreur découle un contre-sens: les lacets rouges que porte le petit frère à ses chaussure sont un des signes distictifs des skinhead d'extrême-gauche!

Malgré ces petites nuances, American History X reste un très bon DVD que je vous encourage à regarder.


Malheureusement, les bonus sont très pauvres : seules quelques scènes coupées au montages... Très loin du niveau du film !
Les scènes coupées sont néanmoins intéressantes.
.::Martin
©Chroniscope : 2000-2019
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales