Présentation
Leur vision au travers de leurs œuvres.



 

Dossier Clamp
 
B) Leur vision au travers de leurs œuvres.
 

31/08/2001
J'ai découvert Clamp, grâce à Card Captor Sakura. Et si Sakura est plutôt commercial, il faut reconnaître malgré tout que Clamp a réussi à y infiltrer sa propre thématique. Si leurs oeuvres sont nombreuses et variées(Parodies, Magical girl, Fin du monde, héroïc-fantastic, cyberpunk, Amour) on retrouve les mêmes personnages. En effet, s'ils sont destinés à n'être que des étoiles solitaires dans leurs propres constellations, leurs propres mondes, ils brillent en résonance autant par leurs apparences que par leurs esprits. Ce n'est pas par hasard si le rôle de la mère, et plus généralement du parent absent traverse les sujets de Clamp (Tous leurs Héros sont orphelins !). Dans tous les cas les histoires de Clamp sont toujours bien documentées et regorgent de philosophies religieuses et de symboles. Ainsi les formules magiques utilisées par leurs personnages ne sont jamais écrites au hasard, tandis que les histoires inspirées de faits surnaturels respectent toujours les légendes sans les déformer. Balzaciennes des temps modernes, leur oeuvre est comparable à la Comédie Humaine. On retrouve d'un manga à l'autre les mêmes personnages et les mêmes leitmotivs. On peut y distinguer trois thèmes majeurs, l'élitisme au féminin, la société et ses travers, et enfin l'amour.

L'élitisme au service des femmes.



Les personnages de Clamp ont une constante, ils sont parfaits. Je ne parle pas de perfections humaines mais bien d'une aura. Et dans leurs univers, la perfection si elle est atteinte par des hommes, c'est la femme la vraie héroïne de l'histoire. Curieusement leur définition de la perfection est différente de celle de notre monde. Grosso modo un monde égalitaire ce n'est pas un monde où les femmes sont enfin l'égal des hommes, c'est un monde où les hommes sont l'égal des femmes. Tous les garçons sont intelligents, beaux (principalement androgynes), sportif et savent faire la cuisine le ménage, bref ils savent et font tout mais malgré ça, ils n'égalent jamais leurs alter ego féminins. Et ces messieurs aussi bien jeunes (Li, Saïki) que plus âgés (Fujitaka, Obsidian, Aoki), quelles que soient leurs qualités, ne vivent et surmontent les épreuves, que dans le but de suppléer les femmes qu'ils aiment.
On atteint les sommets de cette tendance avec Clamp School Detectives qui doit être pris au trente-sixième degré tellement les personnages sont exagérés. Agés d'une dizaine d'années, nos trois Loulous représentent les trois faces de la perfection, et ils mettent tous leurs talents aux services des femmes en détresses. Surtout pour Nokuro, héritier du grand trust Inomoyama (montagne de pommes de terre en japonais), il considère les femmes comme des êtres suprêmes et ses capacités sont comparables à celles de superman quand il s'agit de celles-ci (il entend les femmes pleurer à une distance de 2 km).
En résumé, Ce sont les femmes les plus fortes, elles comprennent tout avant tout le monde (Tomoyo, Hokuto), mais elles ne peuvent pas se passer du soutien des gens qu'elles aiment. Féminine et féministe à la fois, elles sont le vrai élitisme de cet univers.

Les travers de la société.



Présent dans X, la conscience écologiste est un des thèmes forts de l'oeuvre de Clamp. En phase avec les légendes japonaises, les éléments de la nature sont des personnages en puissance dans le sens où ils ne sont pas seulement des décors mais aussi des intervenants dans l'intrigue. Dans X, l'avenir de la terre est compromis par la folie des hommes et le héros a le choix entre une terre sans hommes mais sauvée, et une terre morte où les hommes ont continué leurs destructions.
Le discours n'est pas très polémique mais, justement c'est parce qu'il n'est pas appuyé qu'il est remarquable. Chaque fois les personnages positifs ont des sensibilités écologistes très fortes et communiquent avec la nature (un des dragons de la terre(X), comme les anges de Wish, communique avec les animaux). Et en tant que citadines, les Clamp nous font partager leurs angoisses en ce qui concerne la pollution des pays industrialisés. Les fleurs (de cerisier surtout) et les plumes sont souvent présente dans les décors. Et il n'y a pas une seule page où la nature n'est pas présente dans leurs dessins. Elles se servent ainsi du langage des fleurs pour communiquer tout en déplorant que les Humains ne sachent pas lire celui de la nature.

La société japonaise, mais aussi par ce biais du système de valeurs de leurs contemporains est passé à la moulinette. Dans Tokyo Babylon, que certains considèrent comme un des plus grands chefs-d'oeuvre de la bd est emblématique du système de valeur Clamp. Ainsi durant sept volumes, le héros n'est qu'un fil rouge qui relie les drames à la fois poignants et banals que vivent chaque jour les citadins. Des thèmes aussi variés que la solitude de la vieillesse, le don d'organe ou le rejet des personnes handicapées sont abordés. Non contente d'inventer des belles histoires, Nanase Ohkawa, nous sert toujours une belle leçon de générosité et à travers son rejet du modernisme à tout pris et sa conviction en la tradition, elle est en avance sur son temps.

Il y a très peu de manichéisme dans les histoires de Clamp, et chaque histoire illustre parfaitement le concept du chemin de l'enfer pavé de bonnes intentions. Le héros doit souvent faire des actes monstrueux pour justifier sa cause, et les "salauds" ont souvent finalement de meilleures raisons de triompher que les soi-disant 'élu(es)'. Ainsi les notions de bien et de mal paraissent dérisoirent dans leurs univers.

"Ça n'existe pas une personne qu'on ne doit pas aimer." déclarait Hokuto, un personnage de Tokyo Babylon. La société de Clamp accueille tout le monde, et chacun à toujours une solide raison d'être aimer.

L'objet de nos désirs... jusqu'à la folie.



Le désir est une chose qui ne se décide pas, dans le monde de Clamp c'est une question de destiné. Le futur lui est déjà écrit. Et les personnages doivent l'accepter ou le subir. L'affection que les personnages éprouvent les uns pour les autres n'est pas exclusivement hétérosexuelle ou homosexuelle. Et c'est là une des grandes spécialités graphiques de Clamp, elles ont le don de créer des magnifiques couples et d'exprimer la douleur et le plaisir d'aimer. Car les raisons qui font que les personnages tombent amoureux, sont les mêmes raisons qui rendront cet amour impossible. Peu importe le sexe des gens qui s'aiment, parce que chacun possède un être cher à son coeur, et doit tout faire pour le rendre heureux.
Ainsi Tomoyo à l'âge de dix ans, comprend qu'elle a peu de chance de vivre avec celle qu'elle aime, sa meilleure amie. Elle poussera son amour jusqu'à sacrifier ses sentiments car "Pouvoir rendre heureuse la personne que [elle] aime, voilà [son] bonheur".
Il en sera de même pour la mère de Fuuma et la mère de Kamui (X). En plus du sacrifice que l'une fait pour l'autre (elle lui donne sa vie), elles représentent le syndrome de la mère absente. Etres omniprésents, elles sont la douceur oubliée de ce monde. Disparue encore jeune et belle, elles sont le moteur et le handicap de nos héros.

Les relations et la souffrance des personnages dans leurs quêtes de l'amour nous semblent parfois cruelles et quand un personnage est amoureux de la personne qui a tué sa soeur et qui deviendra son ennemi mortel (Subaru et Seishirou dans X), le fait que ce soient deux garçons est plus qu'anecdotique, parce que les problèmes en amour sont universels.
L'expression "aimer quelqu'un pour ce qu'il est, et pas seulement pour son physique" est pris au pied de la lettre. Et si on pousse ce raisonnement jusqu'au bout, qu'est ce qui nous empêche de tomber amoureux d'une fille ou d'un garçon si le physique ne compte pas ? Et c'est le cas d'une bonne partie des personnages de Clamp quand ils sont amoureux une fois sur deux ça tombe sur quelqu'un du même sexe. D'ailleurs les couples gay qu'elles dessinent sont souvent très attendrissants(To-ya et Yuki dans CCSakura sont un modèle du genre) et beaucoup plus romantiques et attachants que les couples hétéros des autres mangas
Au fond ce sont de grandes timides les Clamp, car si elles savent exprimer un sentiment par le regard ou par une main restée trop longtemps sur une joue, cela reste très pudique. Il est plus question d'un amour spirituel que d'un amour physique. Rien n'est dit, et on ne compte plus les euphémismes quand un personnage essaye d'exprimer ses sentiments, mon préféré étant "Tu es quelqu'un de spécial pour moi" qui représente le plus haut degré de la déclaration passionnée...
Les scènes où deux personnages ont ou vont faire l'amour sont extrèmements rares, sur toutes leurs oeuvres on en compte trois, parcemé sur trois série (Wish, clover, X)

Et si la souffrance est indissociable de l'amour, parfois cela se termine bien comme dans Wish, parfois les conclusions semblent plutôt noires et inévitables comme dans X mais aussi surprenant soit-il, les plus beaux couples sont ceux qui connaîtront le désespoir le plus profond qui l'emporte comme dans Tokyo Babylon.

finalement on retrouve des gens qui dans tous les cas s'aiment... peut-être jusqu'à la folie, mais jusqu'au bout et de toutes leurs âmes.

Je vais conclure en citant la devinette des Clamp dans X, dont la réponse m'a beaucoup touché par sa poésie. En effet lors d'un affrontement entre les défenseurs du futur (Dragon de la terre) et les défenseurs du present(Dragon du ciel), un dragon de la terre demande à son ennemie pourquoi elle s'acharne tant à protéger les Hommes qui détruisent tout, même involontairement, et qui égoïstement empêche les autres espèces de vivre, parce qu'ils ne les comprennent pas. Si les Hommes tuent les autres espèces pour leur plaisir au nom de leur prétendue supériorité. Pourquoi n'aurait-elle pas le droit de faire de même?

"Pourquoi n'ai-je pas le droit de tuer des Hommes ?"
"Parce qu'il y a sur terre déjà tant de gens qui pleurent les disparus."

"Doushite ningen o korushi chiyaikenai no?"
"kanashimu hito gairokara desu yo"

.::Anne
©Chroniscope : 2000-2020
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales