De Yuu Watase
Édité par Tonkam
Nb de tomes 14




 

Ayashi no ceres
 
L'amour, ça fait mal
 

04/11/2001
Résumé :

Aya Mikage est une lycéenne des plus heureuse. Elle va avoir seize ans, et malgré le manque de petit copain, elle a tout ce que l'on peut espérer : un frère, Aki, qu'elle adore et qui la chérit, des amis, la santé et l'aisance. Cependant (parce que sans hic, pas d'histoire) le jour de son anniversaire lors d'une réunion familiale des plus austères, son grand-père lui annonce froidement qu'elle va mourir parce qu'elle est la réincarnation d'une de ses illustres aïeuls : La nymphe céleste, nommée Cérès.

En effet Cérès essaye de se réincarner à chaque génération dans le corps d'une de ses descendantes pour se venger. Pour cause, elle fut violée par le premier des Mikage. Celui-ci avait volé la robe de plume de la nymphe pour l'empêcher de regagner le ciel. Et depuis elle recherche par tous les moyens à anéantir la descendance qu'elle a engendrée et qui la dégoutte. Pour compliquer le tout Aki, le frère d'Aya est la réincarnation du Fauteur-violeur.

Ainsi les deux très proches frère et sœur vont devenir le théâtre de l'affrontement de leurs ancêtres, perdant parfois leurs propres volontés comme leurs propres apparences physiques. Aki porte ainsi les stigmates de son ancêtre tandis qu'Aya sous l'emprise de Cérès se métamorphose physiquement, son visage devient plus adulte, ses cheveux ainsi que ses yeux change de couleurs.

Si vous ne trouvez pas l'intrigue obscure on peut rajouter que devenue orpheline elle trouvera refuge chez les Aigori (voir personnages), qu'elle tombe amoureuse de celui qui la poursuit, Toya, et que son cousin, Kagami, joue les nazis en blouse blanche.

LES PERSONNAGES :

Aya MIKAGE : Héroïne, fan de karaoké, elle est la réincarnation de Cérès, une nymphe céleste. Pour cette raison elle sera poursuivie par sa famille, et éloignée de son frère adoré. Si elle affronte courageusement cette nouvelle situation, elle souffre d'être une plume au vent, instrument du destin. Elle tombe amoureuse de Toya dans les premiers tomes.

Aki MIKAGE : Le frère jumeau d'Aya d'une nature calme. Il souffre d'être séparé d'elle. Surprotégé par les siens qui voient en lui leur sauveur, il est abusé par les faux-semblants que sa famille lui raconte. Il finira par développer une obsession malsaine pour sa sœur, que Kagami son cousin ne décourage pas.

Toya : Personnage amnésique mystérieux à la force surhumaine. Très attiré par Aya, il est tiraillé entre ses sentiments viscéraux envers elle et son travail pour les MIKAGE (il est chargé de traquer la nymphe céleste).

Suzumi AIGORI : Descendante d'une nymphe, elle protège Aya.

Yuhi AIGORI : Jeune lycéen, beau-frère de Suzumi. Par ruse, Suzumi, lui fait porter les bandeaux de soumissions à la nymphe (il ne peut les enlever sans une horrible migraine). Il se retrouve donc dans le rôle de garde du corps malgré lui. Il finira par tomber amoureux d'Aya.

Kagami MIKAGE : Le cousin d'Aya et Aki. Manipulateur, il ne recherche pas la mort d'Aya mais ses motivations n'ont pas l'air plus charitables. Véritable Dr Frankenstein, on ne connaît pas ses intentions envers Aya et Aki. C'est le personnage le plus complexe de la série, il sera celui par qui viendront les rebondissements les plus intéressants.

Ce que j'en pense :

Très dense, les deux premiers tomes nous racontent la légende de la nymphe et sa robe de plume ainsi que ses conséquences dans le monde d'aujourd'hui. Très drôle en même temps que très noir. L'auteur Watase, connue en France pour la série des FUSHIGI YUGI, a même reçu un prix pour "Ayashi no Ceres".

Après avoir lu l'intégralité du manga, j'avoue avoir été bien plus que déçue en ce qui concerne la fin. Aux premiers abords, les moments poétiques ne manquent pas. Par exemple quand Toya essaye d'enlacer Aya et qu'elle l'entend dire "Pour la première fois je comprends le sens du mot solitude" alors qu'ils ne sont pas au même endroit, "hanyaaaaan" je craque.

Les situations où des êtres chers s'affrontent atteignent leurs buts en touchant le lecteur au cœur et à l'âme. Cependant il y a des passages plus légers. Sans faire d'amalgame miteux entre la cuisine et les mangas. Watase maîtrise tout à fait l'art de faire des plats sucrés et salés. Mélange apparemment bizarre mais qui donne en réalité une histoire superbe où les situations dramatiques se font rattraper par des rires les plus salvateurs.

Mais car il y a toujours un mais, la fin est catastrophique, non pas au niveau de l'intrigue mais au niveau du message véhiculé. Je ne suis pas ici pour vous reveler la fin. Mais Watase sensei fait un revirement à 180° dans les derniers tomes du manga au niveau de certains personnages qui m'a carrément fait hurler.

Certes j'apprécie que le personnage de Kagami MIKAGE soit humanisé (le trauma de son enfance est plus que classique mais cela marche, et l'on comprend pourquoi en étant plus jeune, Aki est consideré comme le premier petit fils) mais de là à faire passer l'eugénisme (le fait de trier les populations pour leurs "puretés" génétiques)pour une manière d'éliminer les inégalités sociales, faut pas pousser... c'est un discours grave, qu'il ne faudrait pas laisser passer sous prétexte qu'Ayashi no ceres n'est qu'un manga.

L'histoire regorge de ce genre de moralité, non pas dépassé, mais complètement absurde.

Si le manga avait bien commencé, la fin m'a laissée un gout amer.


Si vous avez aimé, vous aimerez :

- Fushigi yugi, la première partie n'est pas trop mauvaise, si vous adorez les gamines pleurnichardes des shojo mangas destinés à être lu par les 12-15 ans pour laver leurs cerveaux
- Imadoki, une amourette sympathique, si vous ne craignait pas le manque de rebondissement, les choses convenues, et le discours ahurissant sur les lycéennes enceintes à 16 ans.

PAR RAPPORT AU D.A. : Une série de 13 épisodes est disponible au Japon. Disponible en dvd import USA.
.::Anne
©Chroniscope : 2000-2020
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales