De Clamp
Illustrations Mokona Apapa
Édité par Pika
Nb de tomes 4
Nb de pages 120

Sur le Web
Sites officiels
Clamp (en japonais)
Kodansha (en japonais)
Pika




 

Trèfle
(Clover)
 
La cité des enfants perdus
 

04/11/2001
Sommes-nous sur terre ? Dans un futur proche ? Personne ne pourra vous répondre. Entrez et ouvrez un Clover, n'importe lequel, pour découvrir la tristesse du bonheur...

RESUME :

T1 ET T2 : BIENVENUE DANS LE MONDE REEL -- KAZUHIKO ET SUH

Ryu F. Kazuhiko est un ancien militaire, il se voit confier par le général Koo, une vieille femme, la mission d'emmener une petite fille vers un endroit que seule celle-ci connaît.

Cette petite fille (14 ans environ), Suh, est enfermée depuis dix ans dans une grande cage avec de la verdure. Quand Kazuhiko vient la chercher, il remarque que l'environnement dans lequel vit Suh est incroyablement aseptisé et sur protégé. Il ne sait pas encore comment il va remplir sa mission mais son premier geste est d'emmener Suh chez Gingetsu son ex lieutenant colonel et son colocataire Ran un expert en technologie pour leur demander de l'aide.
Kazuhiko et Suh sont deux êtres solitaires et un peu perdus. L'un à cause de la vie qu'il a vécue, l'autre parce qu'elle n'a jamais rien vécu.

Au fur et à mesure nous découvrons un monde froid aux lignes épurées, où les habitants déambulent comme des robots, bercés (matraqués ?) par la voix d'une chanteuse morte Oruha, les incitant à rechercher le bonheur.
L'intrigue avance et les intentions du gouvernement se dévoilent peu à peu… qui est vraiment Suh ?

T3 : LE CHANT DU CYGNE -- ORUHA

L'histoire débute un an avant les événements qui ont eu lieu dans le tome 1 et 2, il s'agit cette fois des derniers jours d'Oruha (Oluha). On apprend pourquoi elle était si intimement liés à tout ce qui s'est passé dans les tomes précédents.

Comment par sa mort, Oruha changera la vie à jamais des personnes qu'elle aimait. Certaines réponses sont données mais cèdent la place aussitôt à d'autres questions. Gingetsu l'ami de Kazuhiko, a un colocataire bien étrange, qui semble vieillir bien trop vite. Ce dernier, Ran ne s'exprime pas beaucoup mais intrigue par sa curieuse manière de répondre aux questions qu'on lui pose…

T4 : LE CŒUR A SES RAISONS QUE LA RAISON N'EXPLIQUE PAS -- GINGETSU ET RAN

Encore un bon dans le temps, nous sommes un an avant le tome 3, et deux ans avant le tome 1 et 2, un pan est levé sur le passé de Gingetsu et de son colocataire Ran. On en apprend plus sur les circonstances de leur rencontre, car comme l'a précisé Kazuhiko dans le tome 1, ils n'ont pas toujours vécu ensemble.

Ran s'appelaient autrefois C. Sous la tutelle du gouvernement il a toujours vécu avec ses deux frères, A et B, jusqu'au jour où B est mort des mains de A (du genre psychopathe adorable, mais instable). Aimant son frère mais redoutant qu'il ne tue encore d'autres personnes par jalousie, C décide de fuguer. On confiera la tâche de le retrouver pour le ramener au centre à Gingetsu.
Et si le gouvernement peut tout contrôler, il ne sait pas contrôler les cœurs… Une touche positive dans un monde dépressif

CE QUE J'EN PENSE :

Clover est ce qu'on appelle un O.V.N.I. dans le monde du manga. L'univers est classable dans le cyper-punk, à cause de la technologie omniprésente et du pouvoir qu'elle représente. La magie consistant à pouvoir matérialiser le matériel électronique qui donne accès à tous. Dans ce mode le modem est synonyme de vie, l'absence de modem la mort à cours terme. D'un autre coté l'ambiance est indéniablement poétique, et le tempo de l'action participe à style féerique et surnaturel. Les chansons d'Oruha augmentent la mélancolie de l'histoire et participent à l'intrigue en reflétant les pensées intérieures des personnages.

Pour ce qui est du scénario béton, Les tomes se répondent entre eux avec la mécanique d'une horloge suisse, et la cohérence d'une construction minutieuse. Quatre tomes existent au total, bien qu'on puisse les diviser en trois cycles, pour les lire séparément. Dans chaque tome des questions sont posées, et les réponses ne viennent jamais dans le même volume.

L'originalité de l'histoire consiste à remonter dans le temps en donnant des réponses à un présent flou, un peu à la manière du film "Memento". Le quintet des personnages principaux est très attachant et on les retrouve dans chaque tome, chacun à leurs tours mis en valeurs.

Clover parle pour moi, du rêve perdu, de la solitude des gens et du prix à payer pour être heureux. Le retour au passé perpétuel, est une course perdue d'avance vers le paradis perdu. Cinq personnages principaux, cinq grands solitaires. Clover c'est aussi l'histoire de personnes qui apprennent à aimer, à s'aimer, et à vivre malgré tout. Le bonheur engendre la joie, mais à quel prix ? Clover pourrait aussi bien se passer sur terre et maintenant, car c'est une critique intemporelle de notre mode de vie, un rappel des faits. Si vous perdez votre humanité, alors votre vie deviendra grise et sans goût. La solitude ce n'est pas vivre seul, c'est de vire sans les autres, noyé dans une foule.

Le quatrième tome qui ne possède pas de suspense puisque que nous savons quel est le présent des personnages, est pour moi la plus belle histoire des trois cycles, sa conclusion souligne à quel point le pouvoir ne sert à rien sinon à s'isoler des autres.

- Tu aimerais sortir ?
- Non, il y a beaucoup de lumières, mais aucune ne brille pour moi. Jamais… "

La force d'être aimer si elle ne surmonte pas tous les obstacles, donne un peu d'espoir. La vie à demi-mot, c'est toujours la vie.

En conclusion , une des plus belles œuvres de Clamp, cependant difficilement accessible, à cause de son lent tempo, et de son ambiance surréaliste. Ce n'est pas le genre de manga par lequel il faut commencer. Il s'adresse à des gens plus âgées (ne serait-ce que pour les pirouettes narratives) en raison du thème, et des degrés de lectures, il n'y a quasiment rien à la surface (peu d'action, peu d'éclat) mais de la poésie à l'état pur, un vrai moment de grâce. Clover étant destiné à un public plutôt adulte.

PS :

Il y a quelques allusions, à des amours à l'encontre de la morale bourgeoise (Vous verrez tout de suite de quoi je parle… ^^ ;), mais ça reste platonique ou hors champs en raison de la nature de leurs participants. En gros rien de très appuyé, il faut cependant être aveugle pour ne rien remarquer, parce que si les paroles ne disent rien les regards en disent long, sans oublier la lecture entre les lignes… Vous voilà prévenus. A noter que Clover fait parti des rares histoires, où un personnage parle clairement de faire l'amour (Oruha et Kazuhiko), parce en général Clamp reste très soft, cela ne va jamais plus loin que l'esprit Beatles (I wanna hold your hand, >> je veux te tenir la main).

AUTOUR :

Il n'existe malheureusement aucun artbook sur un des plus beaux travaux esthétiques de Clamp. Si on reconnaît facilement le travail d'Apapa, les décors épurés comme l'ambiance sont uniques sur Clover. Autrefois publié dans le magazine "Amie", l'histoire de Clover reste aujourd'hui en suspens. Cependant si vous allez sur le site officiel de Clamp, vous pouvez voir que celui ci est placé dans la colonne des œuvres non terminées. X étant desormais la seule série en cours de Mokona Apapa (de plus bientôt terminé), on peut espèrer une reprise de ce formidable manga ?

On peut supposer, que si cinquième volume il y a, il suivra la progression logique existante en remontant encore plus loin dans le passé. On vous tient au courant.

Toutes les superbes illustrations que vous pouvez trouver sur le net sont en fait issues des magnifiques éditions japonaises (format B5). Si Manga player et aujourd'hui Pika édition, nous ont laissé les superbes couvertures, ils ont hélas retiré les illustrations couleur qui encadraient chaque tome. Parmi celles-ci, il y a Ran, dessiné bien plus vieux, avec des cheveux gris et son regard triste… (soupir d'extase) Bref n'hésitez pas à vous procurer les éditions japonaises, elles représentent ce qu'on peut faire de mieux dans le domaine du packaging.

Quant au multimédia, il existe un clip couleur de Clover en couleur. Produit assez rare, puisqu'il était diffusé avant le film n°1 de Card Captor Sakura au Japon. Improcurable sur internet car inexistant sur un support public

.::Anne
©Chroniscope : 2000-2021
Conception/design : Jean Bernard | Programmation PHP/Mysql : Fabien Marry | Articles : Sophie | Martin | Anne | Sébastien | Jean | Fabien | Oli | Dan | Samuel | Virae | Antoine
Les avis exprimés sur le site n'engagent que leur(s) auteur(s) | Mentions légales